EPFL

10 avril 2017 12:00; Act: 10.04.2017 12:03 Print

Les bébés prématurés suivis par des caméras?

Jugés sensibles et inconfortables, les capteurs sur le torse des bébés pourraient disparaître au profit des images.

Une faute?

Un système de caméras mis au point par des chercheurs de l'EPFL et du CSEM permet de mesurer en continu les paramètres vitaux des prématurés, sans contact et sans fil. De quoi remplacer les capteurs placés sur la peau, qui génèrent près de 90% de fausses alertes.

Cette technologie va être testée sur des bébés prématurés à l'Hôpital universitaire de Zurich (USZ), partenaire du projet. Elle est le fruit d'une collaboration entre l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), le Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM) à Neuchâtel et l'USZ, sous l'égide du programme Nano-Tera, ont indiqué lundi ces institutions dans un communiqué.

Dans les couveuses chauffées des services de néonatologie, ce système vise à améliorer la surveillance du rythme cardiaque et de la respiration des nourrissons. «Les capteurs actuels, posés sur le torse des bébés, sont si sensibles qu'ils génèrent près de 90% de fausses alertes, surtout dues aux mouvements des bébés», explique Jean-Claude Fauchère, médecin-adjoint de la clinique de néonatalogie à l'USZ, cité dans le communiqué.

Cela entraîne un inconfort pour le bébé, que l'on doit à chaque fois manipuler. C'est aussi un important facteur de stress et une mobilisation inutile des infirmières, dont le travail est perturbé et qui peuvent potentiellement moins bien gérer les vraies urgences.

Avec les caméras, aucun contact physique n'est requis. Le rythme cardiaque est détecté à partir des variations légères de la couleur de la peau du bébé, dues aux battements du coeur. La respiration est quant à elle analysée via les mouvements du thorax et des épaules. La nuit, des caméras infrarouges prennent le relais. Le contrôle peut donc être assuré en continu.

Infimes variations

Le système de vision a été conçu par les chercheurs du CSEM, qui ont sélectionné des caméras suffisamment sensibles pour détecter d'infimes variations de couleurs de la peau. Avec leurs partenaires de l'EPFL, ils ont élaboré des algorithmes permettant de traiter les données récoltées en temps réel.

Le CSEM s'est concentré sur l'analyse de la respiration des nouveau-nés, et les chercheurs EPFL, sur la détection du rythme cardiaque. «Une première étude a été menée sur un échantillon d'adultes, en suivant une zone bien définie sur le front des sujets», indique Sibylle Fallet, doctorante à l'EPFL.

Les algorithmes permettent de suivre cette zone lors de mouvements et de distinguer notamment de petites variations de couleur de la peau pour en extraire le rythme cardiaque. «Ces tests ont montré que les caméras obtiennent pratiquement les mêmes résultats que les capteurs traditionnels», ajoute Sibylle Fallet.

Tests imminents

A l'USZ, les tests sur des nouveau-nés sont imminents. Chercheuse au CSEM et responsable de l'installation sur place, Virginie Moser explique: «Nous allons effectuer des mesures sur un maximum d'enfants prématurés pour vérifier si, en situation réelle, les résultats livrés par nos algorithmes correspondent aux données recueillies par les capteurs placés sur la peau».

Si tel est le cas, le système mis au point dans le cadre de ce projet aura le potentiel pour remplacer les capteurs actuels. Le programme de recherche Nano-Tera, initié par la Confédération, vise à rapprocher des scientifiques de hautes écoles et de la recherche industrielle afin qu'ils élaborent ensemble des solutions à des problèmes concrets dans les domaines de la santé, de l'environnement, de l'énergie et de la sécurité.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Philipp le 10.04.2017 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Super avancée ! Bravo !

    Chaque instrument médical pouvant réduire les méthodes invasives est simplement une chose géniale. Nos petites jumelles sont nées prématurément, et je vous garantis que de voir tant de files et de capteurs ne rassurent personne. En tant que parents vous ne souhaitez que les embrasser, avec tous les capteurs c'est juste tellement impersonnelle... La distance entre l'enfant et les parents restent pour l'instant trop importante...

  • chalouve le 10.04.2017 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    causes

    Aider les prématurés c'est bien, les éviter c'est mieux ! Ils pourraient aussi faire une étude sur l'impacte de "l'égalité des sexes- la grossesse n'est pas une maladie" qui sert d'excuse aux assurances et aux patrons pour serrer les femmes enceintes comme des citrons pendant la grossesse et le nombre de prématurés...

  • Aléa jacta est le 10.04.2017 22:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faut juste assumer les bébés qu'on fait...

    Tout est dans le titre

Les derniers commentaires

  • Aléa jacta est le 10.04.2017 22:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faut juste assumer les bébés qu'on fait...

    Tout est dans le titre

    • jay 75 le 11.04.2017 07:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Aléa jacta est

      Tu penses que les parents de prématurés le font exprès? t as tout compris à la problématique toi.... parole prématurée avant l enclenchement du cerveau???

  • Philipp le 10.04.2017 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Super avancée ! Bravo !

    Chaque instrument médical pouvant réduire les méthodes invasives est simplement une chose géniale. Nos petites jumelles sont nées prématurément, et je vous garantis que de voir tant de files et de capteurs ne rassurent personne. En tant que parents vous ne souhaitez que les embrasser, avec tous les capteurs c'est juste tellement impersonnelle... La distance entre l'enfant et les parents restent pour l'instant trop importante...

  • chalouve le 10.04.2017 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    causes

    Aider les prématurés c'est bien, les éviter c'est mieux ! Ils pourraient aussi faire une étude sur l'impacte de "l'égalité des sexes- la grossesse n'est pas une maladie" qui sert d'excuse aux assurances et aux patrons pour serrer les femmes enceintes comme des citrons pendant la grossesse et le nombre de prématurés...

    • Gabriel le 10.04.2017 19:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @chalouve

      Rien à voir. Quand on ne connaît pas, on s'abstient de commenter.

    • Maman 2x qui travaille le 10.04.2017 20:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gabriel

      T'es une femme? T'as été enceinte une fois? Moi oui et je te garantis qu'on ne peut pas imaginer ce qu'on subit tant qu'on n'est pas passé par là. Et oui, si les femmes enceintes étaient plus respectée on pourrait sûrement éviter bien des soucis. Un minimum d'adaptation nous permettrait de travailler plus longtemps sans mettre en danger notre enfant. Ce qui limiterait les arrêts précoces et les risques de prématurité.

    • Maman 1x qui travaille aussi le 10.04.2017 21:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Maman 2x qui travaille

      J'ai bossé debout jusqu'à deux semaines du terme et ma fille n'était pas prématurée. Et combien de mes copines se sont mises à l'arrêt dès qu'elles se sont senties fatiguées... Faut arrêter d'exagérer, être enceinte c'est pas une maladie ! Et de nouveau on trouve des gens qui gueulent sur la société alors que l'article nous parle d'un progrès pour les parents et les enfants. Vous n'avez jamais envie de vous réjouir ?

    • Hernya69 le 10.04.2017 22:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gabriel

      Au contraire, c est pertinent comme remarque.

    • chalouve le 10.04.2017 22:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Maman 1x qui travaille aussi

      Les grossesses sont toutes différentes. J'ai lu plein de témoignage de femmes dont les gynécologues menacés par les assurances n'osaient pas mettre d'arrêt qui ont eu des prématurés voir pire. Moi même j'avais beaucoup trop de fausses contractions (risque d'ouverture du col). La gynécologue m'a baissé mon taux de moitié, depuis j'en ai presque plus. Par contre elle m'a mis en garde en signant le papier que les assurances venaient des fois après coup refuser de payer, que c'était à moi de prendre le risque ou pas. Ce qui me dérange c'est qu'on est tellement dans le rendement et dans le médicalisé qu'on se permet d'aller contre la nature parcequ'on a trouvé des gadgets électroniques pour réparer le soucis. Alors oui c'est génial pour les petits prématurés, mais ça serait mieux de tout faire pour les éviter avant tput

    • Maman 2x qui travaille le 11.04.2017 07:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Maman 1x qui travaille aussi

      Moi aussi j'ai bossé jusqu'à 3 semaines du terme de mon plein gré pour mon premier. Mais j'ai quand même eu plusieurs alertes. Et merci la culpabilisation que j'ai subie quand j'ai demandé de prendre plus de charge administrative (à l'époque j'étais soignante dans un hôpital et travaillait toite la journée debout sans compter le port de charge), le but étant justement de ne pas être arrêté trop tôt. Ou que j'ai quand même dû baisser mon temps de travail mon col ayant trop bougé. Malheureusement c'est une réalité: les femmes sont souvent considérées comme des boulets une fois enceinte (parfois même avant) et même lorsque l'on fait de notre mieux pour concilier vie active et grossesse (en ne respectant évidemment pas le cadre légal qui est sensé nous protéger) on nous met des bâtons dans les roues. Les profiteurs il y en a partout. Mais la majorité des femmes sont honnêtes et font vraiment de leur mieux. Alors oui, si dans certaines situations on avait un peu plus de respect et d'empathie pour les femmes enceintes, pour éviter quelques naissances prématurées et accessoirement aider les futures et jeunes mamans à prendre leur place sans culpabiliser

  • Lesylyak le 10.04.2017 16:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toujours plus de robotique !

    À quand les accouchements sous assistance robotique? Pour les bébés une surveillance humaine n'est-elle pas plus saine qu'un oeil électronique ?

    • Kevin le 10.04.2017 16:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lesylyak

      Les infirmières ne peuvent pas rester debout à côté de chaque bébé a juste les observer. De plus un il "humain" ne permet pas de voir le rythme cardiaque ou respiratoire. Arrêtez d'être technophobe.

    • Gabriel le 10.04.2017 17:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lesylyak

      Ayant eu deux bébés prématurés, je peux vous certifier qu'un oeil humain n'est de loin pas suffisant. Encore moins quand le service de néonatologie est complet.

    • Une soignante qui a travaillé avec des p le 10.04.2017 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lesylyak

      Vous avez déjà côtoyé ou travaillé avec des prématurés? Non? Alors mieux vaut s'abstenir de commenter quand on ne sait pas de quoi on parle. Tous ces appareils sont juste une question de survie pour ces bébés jusqu'à ce qu'ils aient atteint leur terme et puisse gérer leur organisme seul

    • Technoman le 10.04.2017 22:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lesylyak

      Et vous employez quoi pour commenter ? Du papyrus et une plume de pigargue ?