Rupperswil (AG)

28 décembre 2015 18:17; Act: 28.12.2015 18:17 Print

«Nous ne pouvons pas dire ce que nous savons»

Selon le procureur argovien, Philipp Umbricht, deux scénarios pouvant expliquer le massacre de Rupperswil sont actuellement à l'étude. Mais il n'en dira pas davantage.

Voir le diaporama en grand »
Selon un expert, l'auteur du quadruple meurtre de Rupperswil (photo) avait tout planifié dans les moindres détails. Il était donc très difficile pour ses proches de sapercevoir que quelque chose n'allait pas. 13.05.2016 La police et le Ministère public ont annoncé avoir arrêté l'auteur du quadruple meurtre. Il s'agit d'un Suisse de 33 ans, habitant le village. Dans un sac à dos appartenant au meurtrier présumé, de la corde, des liens, du ruban adhésif et un pistolet ont été retrouvés. 18.02.2016 Barbara Loppacher, procureure, entourée de Philipp Umbricht, procureur général du canton d'Argovie, et du chef de la police criminelle, Markus Gisin. Les autorités ont annoncé qu'elles n'avaient encore aucune piste sérieuse. 08.01 Le directeur de la justice, Urs Hofmann, promet dans une interview à «Blick» que le ou les meurtriers seront arrêtés. 28.12 Philipp Umbricht: «Nous ne pouvons pas dire ce que nous savons. Le grand public ne doit pas en être informé.» 28.12. Dans une interview sur une chaîne locale, le psychiatre Frank Urbaniok déclare qu'il penche pour deux auteurs, qui pourraient être récidivistes. 25.12 Après le quadruple homicide déguisé en incendie, découvert lundi 21 décembre à Rupperswil (AG), la police a lancé un appel à la population. Elle a distribué des tracts invitant d'éventuels témoins à se manifester. L'opération de distribution d'affichettes à Rupperswil et dans les communes environnantes a mobilisé «énormément de personnel» en cette veille de Noël, a indiqué le porte-parole de la police argovienne, Bernhard Graser. Sur l'affiche figure notamment une photo prise par une caméra de surveillance où l'on voit la mère de famille retirant de l'argent à un bancomat, le lundi matin. Les quatre victimes sont cette femme, âgée de 48 ans, ses fils de 13 et 19 ans, ainsi que l'amie de l'aîné, âgée, elle, de 21 ans. Tous quatre ont été découverts sans vie lundi dans l'habitation en flammes. Les corps présentaient des blessures à l'arme blanche. Les quatre victimes de l'homicide de Rupperswil (AG) sont identifiées, a annoncé mercredi soir le Ministère public argovien. Il s'agit d'une femme âgée de 48 ans... ... de ses fils de 19 ans et... ... 13 ans et... ... de l'amie de l'aîné, âgée, elle, de 21 ans. 23.12 Selon des informations de «Blick», les quatre victimes, retrouvées mortes dans une maison de Rupperswil, seraient Carla, une mère célibataire de 48 ans, ses deux fils Davin (13 ans) et Dion (19 ans) ainsi qu'une amie de Dion, Simona (21 ans). 22.12 Les quatre corps découverts ont été victimes d'homicides, selon le Ministère public de Lenzbourg-Aarau. 21.12 Quatre personnes sont décédées lundi à Rupperswil (AG) après un incendie qui s'est déclaré dans une maison. Une enquête a été ouverte. La police n'exclut pas un acte criminel. Des recherches de nos collègues ont permis de révéler que la maison était habitée par une femme et ses deux enfants adolescents. Selon Tele M1, les parents étaient séparés. Pour le moment, la police n'a pas voulu donner de précisions quant à l'identité des victimes. Plusieurs jeunes, des camarades de classe des deux ados, se sont rassemblés lundi devant leur maison. «Le plus jeune des deux est un très bon ami à nous. On n'arrive pas à le joindre», s'inquiètent deux filles.

Sur ce sujet
Une faute?

Une semaine après la quadruple meurtre de Rupperswil (AG), les autorités n'ont communiqué que très peu d'éléments concernant l'enquête. Le procureur cantonal argovien Phlipp Umbricht a néanmoins précisé lundi à la radio alémanique SRF qu'il en savait «davantage que ce qu'il pouvait dévoiler». Et d'ajouter que les enquêtes pénales sont principalement toujours tenues secrètes. «Nous ne pouvons pas dire ce que nous savons. Le grand public ne doit pas en être informé», explique-t-il. «La population est uniquement mise au courant lorsqu'elle peut permettre de faire avancer l'enquête.»

Interrogé par SRF, Philipp Umbricht a rappelé qu'il est faux de penser que le Ministère public ne sait rien lorsqu'il ne communique rien. Il a également expliqué que toute information dévoilée à la population doit au préalable être vérifiée et confirmée. «Et ça prend souvent un bon bout de temps.» Philipp Umbricht affirme également qu'il faut éviter à tout prix que le ou les auteurs soient mis au courant de l'avancement de l'enquête.

Selon Philipp Umbricht, deux scénarios sont actuellement à l'étude. Dans le premier, les enquêteurs partent du principe que les quatre victimes ont été tuées, puis la maison incendiée après les deux retraits d'argent effectués par la mère de famille, âgée de 48 ans. Dans le deuxième scénario, trois des quatre victimes étaient déjà mortes lorsque la quadragénaire a été retirer de l'argent pour la deuxième fois.

(dia/ofu/ats)