Thurgovie

13 février 2017 12:51; Act: 13.02.2017 13:03 Print

Rolf Erb devra quitter son château

La justice fédérale confirme le jugement de la Cour suprême de Thurgovie. La famille Erb devra libérer le château du Mont-Eugène.

storybild

Le groupe Erb s'est effondré en 2002. (Photo: Keystone/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

En faillite, Rolf Erb et sa famille devront quitter le château du Mont-Eugène (Thurgovie) au plus tard le 1er mai. Le Tribunal fédéral (TF) a rejeté une plainte déposée par la compagne de M. Erb.

Le TF confirme ainsi la décision de la Cour suprême de Thurgovie; ses motifs n'ont toutefois pas encore été rendus publics. L'office des faillites avait initialement décidé que Rolf Erb et sa famille devaient quitter le château pour la fin du mois de janvier.

Après l'effondrement du groupe Erb en 2002, la résidence et d'autres biens avaient été intégrés dans la masse en faillite. Mais peu de temps auparavant, Rolf Erb avait cédé ce joyau du patrimoine architectural thurgovien - construit par le beau-fils de Napoléon - ainsi que l'inventaire, des actions, 13 voitures et de l'argent à sa famille. En novembre 2015, le TF a cependant confirmé que ces actifs faisaient partie de la masse en faillite.

Deuxième plus grosse faillite

En janvier 2014, la Cour suprême du canton de Zurich avait reconnu l'héritier du groupe Erb coupable d'escroquerie par métier, de faux dans les titres et de diminution effective de l'actif au préjudice des créanciers. Elle l'avait condamné à une peine privative de liberté de 7 ans, un jugement confirmé ensuite par le TF.

Il s'agit de la deuxième plus grande faillite d'entreprise dans l'histoire suisse: les dommages atteindraient plusieurs milliards de francs. Dernier dirigeant du groupe familial, basé à Winterthour, Rolf Erb a toujours nié les faits reprochés. Il rejetait la culpabilité sur son père, décédé, arguant que c'est lui qui avait tenu les rênes du groupe.

(nxp/ats)