Environnement

21 juin 2017 11:35; Act: 21.06.2017 11:37 Print

L'agriculture utilise peu d'énergies renouvelables

Selon le Conseil fédéral, elle utilise 80% d'énergies fossiles mais pourrait facilement réduire sa dépendance.

storybild

Les paysans pourraient notamment économiser le carburant des tracteurs oue mieux climatiser les étables. (Photo: Keystone)

Une faute?

L'agriculture comble 80% de ses besoins énergétiques en recourant aux énergies fossiles. Selon le Conseil fédéral, elle pourrait réduire sa dépendance en économisant le carburant des tracteurs, climatisant mieux les étables et optimisant l'emploi d'engrais et l'alimentation des animaux.

Le gouvernement a adopté mercredi un bilan requis par le National. En 2013, la consommation énergétique directe des bâtiments et des machines agricoles atteignait 16'300 térajoules (TJ), soit moins de 2% de la consommation énergétique finale de la Suisse. Mais il faut y ajouter 37'600 TJ d'énergie indirecte.

Cette énergie, dite aussi grise, représente plus de deux tiers des besoins de l'agriculture. Les matériaux utilisés dans la construction des étables et la fabrication de machines sont les premiers responsables. Mais l'énergie requise pour mettre à disposition des aliments pour animaux importés, l'énergie requise pour de l'énergie directe ou des engrais minéraux tient aussi une place considérable.

Pas de matières premières

En raison de l'absence de matières premières, la Suisse est entièrement dépendante des importations pour les énergies fossiles. Pour réduire les risques, le gouvernement préconise au secteur d'adopter une consommation économe et rationnelle d'énergie et de miser en parallèle sur l'utilisation de sources indigènes et renouvelables.

Pour économiser l'énergie directe dans les machines et les bâtiments, il faut d'abord réduire la consommation de carburants des tracteurs. Selon des expériences faites en France, la mise en oeuvre d'optimisations systématiques en ce sens permettrait de réduire la consommation de diesel de 20 à 30%.

La ventilation dans les étables cause 80 à 85% des pertes de chaleur d'étables isolées. Il serait théoriquement possible d'économiser jusqu'à 60% du chauffage en récupérant la chaleur de l'air évacué, mais il faut encore examiner des points liés à des exigences d'hygiène concernant l'air entrant. Du côté des moteurs électriques, une commande par fréquence permettrait une économie d'électricité.

Côté énergie grise, il s'agit d'abord de faire durer les machines et les bâtiments le plus longtemps possible. Mais les exploitants pourraient aussi se fournir en électricité verte à 100%, poser des panneaux solaires ou miser sur des installations de biogaz ou d'éolienne. En matière d'électricité, le potentiel supplémentaire réalisable est évalué à 7'300 TJ, pour la chaleur, il est estimé à 4'700 TJ.

(nxp/ats)