Berne

09 août 2017 20:30; Act: 09.08.2017 22:42 Print

Autoroutes réservées aux voitures autonomes

Le conseil fédéral imagine la mobilité en 2040 avec des autoroutes sur lesquelles seuls les véhicules sans conducteurs pourraient rouler, reléguant les autres usagers sur le réseau secondaire.

storybild

A l'avenir, seules les voitures autonomes pourraient filer à tout allure sur les autoroutes. (Photo: Keystone)

Une faute?

Et si les autoroutes du pays étaient réservées aux véhicules autonomes? L’Office fédéral des routes (OFROU) imagine, dans son orientation stratégique mise à jour il y a peu, reléguer les véhicules traditionnels sur le réseau secondaire et de réserver l’accès aux autoroutes aux voitures autonomes en 2040 rapporte l’«Aargauer Zeitung.»

Deux scénarios sont étudiés. Le premier prévoit un changement du jour au lendemain. Le second repose sur une transition progressive. Les voitures autonomes et les «Oldtimers» seraient traités de manière différenciée.

Des projets en Valais et dans le canton de Vaud

Certains tronçons pourraient faire l'objet de tests. «L'A1 entre Yverdon et Estavayer-le-Lac serait envisageable ou même l'A9 en Valais. Et pourquoi pas un long tunnel routier comme le Gotthard?» poursuit Thomas Rohrbach.

Pas de discrimination

Cette mesure ne serait pas discriminatoire souligne l'OFROU. Car ces voitures autonomes seraient une façon de mettre en commun des moyens de transport. Moyennant un paiement, plusieurs personnes pourraient utiliser un véhicule autonome. «En effet, avec une voiture autonome, personne ne doit posséder son propre véhicule, on se le partage», commente le porte-parole de l'OFROU Thomas Rohrbach.

Un rêve!

Plusieurs questions juridiques restent en suspens, en particulier en matière de responsabilité. En attendant, cette vision fictive laisse rêveur François Launaz, président d'Auto Suisse. Il se demande comment ou pourrait par exemple contrôler le système à deux vitesses consistant à introduire progressivement la cohabitation entre les autos avec et sans chauffeur.

Pour Manfred Wellauer de l'Union professionnelle suisse de l’automobile, le calendrier est utopiste. «En moyenne, le parc automobile change tous les huit à dix ans. Il faudrait donc qu'en 2030, la majorité des autos vendues soient des modèles autonomes. Ceci n'est pas réaliste.»

La branche automobile est dubitative. D'un côté, le fait d'avoir des voitures autonomes donnera du travail aux mécatroniciens automobiles. Par contre, les carrossiers risquent de se retrouver au chômage à cause de la baisse probable des accidents!

D'autres idées étudiées

La réflexion de l’OFROU va plus loin selon la RTS. «Nous nous concentrons actuellement sur la question des permis spéciaux pour les véhicules automoteurs» indique le porte-parole de l'OFROU Thomas Rohrbach. avec par exemple un permis de conduire plus simple à obtenir pour les personnes ayant des difficultés motrices. L’obligation de rester maître de son véhicule pourrait également passer à la trappe.

(jbm)