Agriculture

06 septembre 2017 14:24; Act: 06.09.2017 17:15 Print

Un plan d'action pour réduire les pesticides

Berne a adopté un plan d'actions proposant 50 mesures pour les pesticides dans l'agriculture, avec le soutien de l'Union suisse des paysans (USP).

storybild

Berne prend des mesures contre les pesticides dans l'agriculture. (Photo: Keystone/archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Les paysans devront utiliser moins de pesticides dans les cultures. Le Conseil fédéral a adopté mercredi un plan d'action proposant 50 mesures pour atteindre ce but. L'Union suisse des paysans (USP) soutient la démarche.

Le plan d'action vise à réduire de 30% par rapport à la période 2012-2015 l'utilisation des produits phytosanitaires d'ici à 2027 et de 25% les émissions de pesticides. Les produits composés de molécules qui se dégradent lentement dans le sol devront être utilisés «avec parcimonie».

Ce plan d'action permettra à l'agriculture suisse de devenir plus durable en réduisant de moitié les risques pour l'environnement et les utilisateurs, salue le Conseil fédéral.

Face aux problèmes environnementaux posés par l'utilisation de ces produits, la Suisse veut initier une nouvelle approche, notamment basée sur le principe de précaution, a précisé devant les médias Bernard Lehmann, directeur de l'Office fédéral de l'agriculture. Une interdiction en Suisse du controversé glyphosate n'est cependant pas à l'ordre du jour.

Accès restreint

Dès 2022, l'accès aux pesticides sera restreint pour les jardiniers du dimanche. Les professionnels bénéficieront de formations afin d'utiliser de manière plus efficace et adéquate ces produits chimiques. Les permis délivrés pour les utiliser seront valides 5 ans, renouvelables après une nouvelle formation (contre des permis valables ad aeternam actuellement).

Le plan d'action prévoit d'utiliser des machines pour arracher les mauvaises herbes, des prescriptions plus sévères pour réduire l'écoulement des pesticides et herbicides dans les rivières ou de favoriser des techniques alternatives à travers les paiements directs. Des dispositions déjà appliquées, comme la sélection de variétés de plantes résistantes aux maladies, en font également partie. La Suisse compte également reprendre la pratique européenne concernant l'utilisation des pesticides pour mieux protéger les cours d'eau.

Pas davantage d'argent

Le plan d'action ne sera pas doté d'un budget propre. Pour inciter les paysans à modifier leurs comportements, la pondération des moyens financiers va changer dans la prochaine politique agricole 2018-2021, a ajouté Bernard Lehmann.

En consultation, le projet a suscité le mécontentement de l'industrie des produits phytosanitaires et des organisations écologistes. La première juge que ce plan ne repose sur aucune base scientifique. Les seconds estiment les mesures trop timorées : l'utilisation de ces produits devrait être réduite de moitié au moins.

Pour le Conseil fédéral, il n'est pas possible de renoncer totalement aux pesticides et autres herbicides: ils permettent de produire plus de fruits et légumes, et plus beaux. Les consommateurs peuvent participer à l'effort en se montrant plus tolérants quant à l'esthétique des produits et en achetant des fruits et du vin de cépages plus résistants.

Bilan dans 6 ans

Un rapport intermédiaire devrait être rédigé dans six ans afin de voir les progrès accomplis et déterminer si des adaptations sont nécessaires. L'évolution des connaissances sera prise en compte.

Le plan d'action a été préparé en collaboration avec l'Office fédéral de l'environnement, celui de la sécurité alimentaire, le Secrétariat d'Etat à l'économie, l'institut Agroscope et les milieux directement concernés.

Ce «plan d'action visant à la réduction des risques et à l'utilisation durable des produits phytosanitaires» fait suite à un postulat vert'libéral déposé en 2012.

Deux initiatives

Les récoltes de signatures pour deux initiatives qui s'attaquent aux pesticides courent encore jusqu'en 2018. Le texte «Pour une eau potable propre et une alimentation saine - Pas de subventions pour l'utilisation de pesticides et l'utilisation d'antibiotiques à titre prophylactique» souhaite que l'agriculteur qui recourt aux pesticides ou aux antibiotiques se voie couper les paiements directs.

L'autre initiative réclame l'interdiction des pesticides de synthèse dans l'agriculture et l'entretien du paysage. Elle veut également bannir de Suisse les aliments pour la production desquels des pesticides ont été utilisés. Quelques citoyens neuchâtelois, certains actifs dans le bio, sont à l'origine de ce texte.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Manu Negra le 06.09.2017 15:47 Report dénoncer ce commentaire

    Fuera Monsanto !

    Quelle contradiction... commençons déjà par bannir Monsanto !

  • ruedu le 06.09.2017 17:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    consommer de saison

    interdire les importations superflues aux besoin. récompenser la production indigène propre. consommer les fruits et légumes de saison. nous auront ainsi fait un geste contre la faim dans le monde, car les pays ayant du céder bananes / oranges etc. pourront les consommer eux-même

  • david le 06.09.2017 20:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    non

    et le petit jardinier du dimanche qui utilise 1 litre de glyphoste pour traite 12 m2 de son terrain... on lui dit qqch a celui ci? c'est tellement facil de taper sur le paysan parce qu'on touche de subvention... faut arreter...

Les derniers commentaires

  • lettre à Doris le 07.09.2017 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réduire les pesticides...

    Trop tard !!!! quand le vers est dans la pomme , c'est trop tard !!!! Le monde a fait son cycle c'était prévu... Ca ne sert plus à rien de nous faire payer des taxes pour "réparer" le vers est dans la pomme.

  • Heliot le 07.09.2017 07:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et la saveur ?

    "les pesticides permettent d'avoir des légume plus beau..." mais on s'en fou de leur beauté, l'essentiel c'est le goût, arrêtons de trier les légumes par leur esthétisme... et vendre les légumes moche à part... et une tomate produite en masse, bourré de flotte et sans goût, on en veut plus... faudrait revenir au base élémentaire et retrouver le saveur originel...

    • marmotte le 12.09.2017 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Heliot

      il ne va pas y avoir moins d'eau dans la tomate si y a moins de pesticide

  • bantares le 07.09.2017 07:23 Report dénoncer ce commentaire

    Poison !

    Mon père était viticulteur-arboriculteur, je me souviens très bien ( annees 70 ) des sacs de produits chimiques entassés dans la "remise", et je me souviens des pommes et raisins tachés de bleu ! Ça m'a tellement rebuté que , aujourd'hui, je ne mange plus volontiers ni pomme ni raisins ! Cette image me reviens chaque fois.

  • James le 07.09.2017 07:14 Report dénoncer ce commentaire

    Trop pessimiste ou pas

    "Un peut hors sujet", Aujourd'hui une question est simple... peut-on nourrir 8 milliards d'habitants avec du bio !? Et c'est la même chose pour l'élevage de bétail... impossible pour tout le monde de manger de la viande si c'est simplement des animaux élevé à la ferme nourrit avec des aliments bio. Donc le résultat est simple... famine partout dans le monde, "c'est déjà le cas" mais à une échelle encore jamais vue. On prédit 10 millions d'habitants sur terre en 2050, mais à mon avis on pourras divisé ce chiffre par deux voir même plus.

  • Adrien le 07.09.2017 06:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien mais....

    C'est bien de scandalisé sur des produits qu'on traite dans nos champs. Mais au lieux d'absolument bannir tous les traitements que vous ingéré indirectement et en très faible dose ( Ben oui, les journaux sont tous fière de dire que ils ont trouvés des traces, mais pour les quantités, ils sont muets.) les médicaments ou maquillage, que vous ingérée ou appliqué directement sur la peau ? j'ai pas vu beaucoup de personne ce plaindre. Ah mais oui, dès que ça concerne directement la personne et que cela peut améliorer quelque chose pour lui , on fait profile bas !

    • Anne le 07.09.2017 13:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Adrien

      Nivellement par le bas, c'est votre solution?