Suisse-France

20 mars 2017 10:38; Act: 20.03.2017 13:51 Print

L'Arc jurassien en mal de jeunes médecins

Le vieillissement d'une partie du corps médical dans l'Arc jurassien franco-suisse pourrait mener à une pénurie de médecins de proximité.

storybild

Le remplacement des médecins qui arrivent à la retraite représente un enjeu crucial pour la région de l'Arc jurassien. (Photo: DR/Photo d'illustration)

Une faute?

Les densités médicales dans l'Arc jurassien franco-suisse sont conformes voire même supérieures aux densités nationales. Mais le vieillissement d'une partie du corps médical pourrait mener dans un proche avenir à une pénurie de médecins de proximité des deux côtés de la frontière.

La moitié des médecins de proximité sont âgés de plus de 55 ans. Leur remplacement représente donc un enjeu crucial pour toute la région qui peine à attirer de jeunes médecins, estime l'Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) dans sa dernière publication présentée lundi.

Dans l'Arc jurassien, la moyenne d'âge des médecins de proximité, généralistes et pédiatres, se situait à 53,1 ans l'année dernière. Seuls 14% des médecins de proximité du territoire avaient moins de 40 ans. Le nombre de jeunes praticiens qui débutent n'est pas suffisant pour infléchir la tendance du vieillissement.

En 2016, plus de 2100 médecins de proximité exerçaient leur activité dans l'Arc jurassien franco-suisse, soit une moyenne de 9,7 médecins pour 10'000 habitants. Comme ailleurs, l'offre médicale de proximité est concentrée dans les zones les plus peuplées, dans les Villes comme Lausanne ou Neuchâtel.

Densité de dentistes

L'offre de soins se différencie le long de la frontière. C'est ainsi le cas des dentistes, avec moins de 3 praticiens pour 10'000 habitants dans les districts du Locle et du Val-de-Travers et plus de 7 pour 10'000 habitants dans le bassin de vie de Pontarlier (F).

Dans le Jura bernois et le Seeland, on dénombre 4,1 dentistes pour 10'000 habitants et 2,3 dans le canton du Jura. Des soins dentaires moins chers en France et qui ne sont pas pris en charge en Suisse par l'assurance obligatoire conduisent une partie des patients à faire du tourisme médical en France, avance l'OSTAJ.

Frontaliers dans la santé

Concernant l'emploi, le secteur de la santé en Suisse compte 3150 postes occupés par une main-d'oeuvre frontalière. Près de la moitié de ces personnes habitent dans l'Arc jurassien français et exercent pour l'essentiel dans les cantons de Vaud et de Neuchâtel. Elles représentent 6,2% de l'ensemble des frontaliers de l'Arc jurassien suisse. Il s'agit d'une proportion nettement inférieure à celle de certains secteurs industriels comme l'horlogerie.

(nxp/ats)