Suisse

21 septembre 2017 13:25; Act: 22.09.2017 06:43 Print

Augmentation des morts sur les routes début 2017

La hausse touche particulièrement les passagers entre 15 et 24 ans, qui accompagnaient de jeunes conducteurs.

storybild

C'est surtout la vitesse qui tue sur les routes suisses. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Au premier semestre 2017, 109 personnes ont perdu la vie sur les routes de Suisse. L'augmentation la plus marquée par rapport à la même période de l'année dernière concerne les jeunes passagers entre 15 et 24 ans. Ils sont pour la plupart décédés suite à une mauvaise estimation de la vitesse par le conducteur.

Ces jeunes «ont trouvé la mort en dehors des agglomérations dans des accidents majoritairement liés à des dérapages, alors qu'ils étaient les passagers de jeunes conducteurs dont la plupart n'avaient pas adapté leur vitesse à l'état de la route (pluie, verglas ou neige)», indique jeudi un communiqué de l'Office fédéral des routes (OFROU).

Les deux-roues aussi

Selon lui, les jeunes conducteurs devraient acquérir davantage d'expérience de la route avant d'obtenir leur permis de conduire. L'obtention du permis de jeune conducteur à 17 ans et obligation de passer le permis pratique au plus tôt après douze mois en tant qu'élève-conducteur est en consultation.

Concernant les deux roues, le nombre de conducteurs grièvement blessés a augmenté dans toutes les catégories d'usagers: 67 personnes parmi les motards, 18 chez les conducteurs de vélos électriques et 14 chez les cyclistes.

Des victimes chez les seniors

Le nombre de décès dans cette catégorie, quant à lui, est resté relativement stable par rapport au premier semestre de l'an dernier: respectivement un et trois décès de plus ont été enregistrés pour les motards et les cyclistes. Pour les vélos électriques, on compte deux décès en moins.

Le nombre de piétons décédés sur les routes a augmenté ( 2) par rapport aux chiffres du 1er semestre 2016. Près de la moitié des accidents mortels ont eu lieu sur un passage pour piétons en agglomération. «Les trois quarts des personnes tuées sur un passage pour piétons étaient âgées de 65 ans ou plus», précise le communiqué.

(nxp/ats)