Scandale alimentaire

21 août 2017 15:33; Act: 21.08.2017 16:44 Print

Pas de fipronil dans les oeufs suisses

Il n'y a pas de traces de l'insecticide dans nos oeufs , selon l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires. Des échantillons ont été analysés la semaine dernière.

storybild

On peut consommer sans crainte des oeufs suisses. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que les pays européens n'en finissent pas de découvrir des oeufs contaminés au fipronil, la Suisse semble épargnée. Les résultats des analyses d'échantillons réalisées la semaine dernière par l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) et l'Association des chimistes cantonaux de Suisse montrent en effet qu'il n'y a pas de résidus de l'insecticide dans les oeufs du pays. Ils peuvent donc être consommés sans crainte.

Les autorités cantonales chargées du contrôle des denrées alimentaires ont prélevé par sondage 48 oeufs provenant des quatre centres de collecte du pays. Les grandes et les petites exploitations ont été prises en compte, tout comme les différents types de production (élevage au sol, KAGfreiland et bio), explique l'OSAV dans un communiqué lundi. Les analyses ont été confiées au Service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV) du canton de Genève.

Les produits de nettoyage et de désinfection auxquels une entreprise a mélangé illicitement l'insecticide fipronil, interdit en Suisse depuis 2014, ne se trouvent pas sur le marché helvétique, souligne l'OSAV. Rien n'indique que cette entreprise ait livré de tels produits à des exploitations suisses.

Par ailleurs, il n'y a rien qui suggère que cette substance est utilisée dans les élevages de poules en Suisse. L'OSAV estime donc qu'on peut renoncer à prélever d'autres échantillons et à effectuer de nouvelles analyses.

Une crise sanitaire a éclaté début août autour de la contamination de dizaines de millions d'oeufs, qui provient de la désinfection d'élevages de poules pondeuses en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France par un produit contenant du fipronil, un antiparasitaire strictement interdit dans la chaîne alimentaire. Elle touche désormais 18 pays d'Europe, mais aussi Hong Kong et le Liban.

Plusieurs entreprises belges ou néerlandaises sont dans le collimateur de la justice pour avoir commercialisé ou appliqué ce produit présenté comme «naturel», le DEGA-16, dans les élevages.

(cht/nxp)