Bâle-Ville

11 mai 2017 11:13; Act: 12.05.2017 06:40 Print

Le policier pro-Erdogan, un musulman radical?

Le fonctionnaire de police suspendu pour avoir surveillé des opposants à Erdogan s'affichait avec un signe extrémiste.

storybild

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) avait mis le policier bâlois sous surveillance depuis l'été 2016. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le profil d'Y. S., le fonctionnaire de la police de Bâle renvoyé pour avoir surveillé des opposants à Recep Tayyip Erdogan, se précise. L'homme, qui a été licencié et qui fait l'objet d'une enquête, aimait bien se prendre en photo, qu'il postait ensuite sur les réseaux sociaux.

Ces images ont attiré l'attention de la Basler Zeitung car elles montrent le policier avec le doigt tendu en direction du ciel. Pour de nombreux observateurs, il s'agit du signe de ralliement de musulmans extrémistes, qui affichent ainsi le «Tawhid», ou l'affirmation qu'«il n'y a pas de dieu autre qu'Allah».

Pas un geste anodin

Ce geste a été rendu populaire par les combattants d'Al-Qaïda ou ceux de l'état islamique, à tel point qu'il est désormais qualifié par des médias outre-Rhin de «salut hitlérien des djihadistes». Ce que démentent des organisations salafistes qui affirment qu'il s'agit d'une tradition chez les musulmans, au nom du premier pilier de l'islam.

Une affirmation fermement combattue par Maurus Reinkowski, professeur en sciences islamiques à l'Université de Bâle. «Le doigt tendu n'est pas un salut traditionnel dans le monde musulman. Ce geste n'était pas du tout populaire et a été connu uniquement en raison de son utilisation par les islamistes.»

Il estime qu'il s'agit d'une expression de l'islam politique. «C'est surtout un salut politique et il doit être compris comme tel. C'est un geste agressif, tout comme l'affirmation que l'islam est la seule vraie religion révélée.»

Partisan de l'islam politique

Des membres de la communauté musulmane de Bâle se distancient très clairement du salut affiché par Y. S. mais ne veulent pas s'exprimer publiquement par peur de représailles. «Auparavant, c'était un geste plutôt inoffensif mais, ces dernières années, il est de plus en plus utilisé par des extrémistes et des terroristes et il est mal vu des vrais musulmans.»

Pour un autre membre de la communauté, «quiconque s'affiche ainsi sur les médias sociaux est visiblement un partisan de l'islam politique. Il affirme qu'il n'y a qu'Allah et personne d'autre. Il faut le comprendre comme un rejet clair du pluralisme.»

L'image d'Y. S. effectuant le salut islamiste est déjà connue des services de police. Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a d'ailleurs mis le policier bâlois sous surveillance depuis l'été 2016 et a averti la police bâloise de ses activités. Les forces de l'ordre ne veulent pas s'exprimer sur le cas d'Y. S. à l'heure actuelle.

(nxp/smk)