Affaire Yannick Buttet

30 novembre 2017 14:25; Act: 30.11.2017 16:50 Print

«C'est moche pour le Parlement»

Les présidences du Conseil national et des Etats ont fait une déclaration commune pour condamner le harcèlement. A Berne, c'est la consternation chez les parlementaires.

storybild

Yannick Buttet était à Berne pour la session d'hiver, malgré les révélations de la presse. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'affaire Yannick Buttet n'en finit pas de faire des vagues à Berne. Après les révélations du Temps sur une plainte pénale pour harcèlement déposée contre le conseiller national PDC valaisan par son ancienne maîtresse ainsi que sur des témoignages autour de son comportement inapproprié envers des politiciennes et des journalistes sous le Coupole, les Chambres ont réagi ce jeudi.

Dans une déclarations commune, les présidences du Conseil national et du Conseil des Etats ont condamné «toutes les formes de harcèlement sexuel». Celui-ci est une «forme de discrimination fondée sur le sexe et constituent une violation de la personnalité», ont-elles fait savoir, rapportent le Bundet le Tages-Anzeiger.

«Il faut agir avec détermination contre le harcèlement sexuel sous toutes ses formes», précisent-elles dans leur déclaration. Les deux présidences vont maintenant examiner si des mesures de prévention et de sensibilisation sont nécessaires. En attendant, elles en appellent à la responsabilité des parlementaires.

Démission inévitable?

Et parmi ceux-ci, c'est le choc à Berne, où les Chambres sont en pleine session d'hiver. Plusieurs parlementaires se sont montrés consternés. Pour beaucoup d'entre eux, le présumé comportement de Yannick Buttet va au-delà d'un simple dérapage lié à l'alcool. Une démission serait inévitable en cas de condamnation.

Pour l'heure la présomption d'innocence prévaut, a rappelé jeudi Jacques-André Maire (PS/NE). Mais ce qui arrive au Valaisan est très dommage au vu des qualités politiques qu'il a su montrer à Berne, ajoute-t-il. «En cas de condamnation, cela deviendrait très difficile pour lui.»

Pour Isabelle Chevalley (PVL/VD), «Yannick Buttet doit tirer les conséquences politiques de son comportement et démissionner». Les politiciens doivent selon elle se montrer exemplaires devant la société. «Ce qu'il a fait est grave; il révèle une perte de maîtrise de soi». La presse évoque un éventuel cas de harcèlement obsessionnel.

Incompatible avec ses valeurs politiques

Consternée: Ruth Humbel (PDC/AG) ne cache pas qu'elle est tombée des nues en apprenant les reproches à l'encontre du Valaisan. En l'état, il est prématuré de le condamner. Mais s'il y a condamnation elle ne voit pas non plus d'autre issue qu'une démission. «Cela serait incompatible avec les valeurs traditionnelles de la famille qu'il défend, estime-t-elle.

«C'est moche pour le Parlement», a lâché Yves Nidegger (UDC/GE). Mais l'affaire n'en est qu'à ses débuts et il reviendra à un juge de décider si cette affaire privée relève du pénal ou non, a rappelé le juriste genevois. Ces révélations tombent en plein contexte «balance ton porc» qui a libéré la parole des femmes pour dénoncer des agressions sexuelles. Cela donne un relief particulier à l'affaire.

«Une passe difficile dans sa vie»

Frédéric Borloz (PLR/VD) relativise aussi la portée des révélations. Pour lui, il faut remettre le comportement inadéquat du Valaisan dans le contexte de ses problèmes conjugaux. «Il traverse une passe difficile dans sa vie qui ne justifie pas pour autant qu'il parte», estime-t-il. L'homme, président de la commune de Collombey-Muraz (VS), a très bonne réputation dans le Chablais.

«Il y a du harcèlement partout. Le Parlement n'y échappe pas», s'est contentée de dire Adèle Thorens (Verts/VD) à l'ats. Sur la RTS, Céline Amaudruz (UDC/GE) a dit avoir été elle-même victime de harcèlement au Parlement, sans préciser par qui.

Pour rappel, le PDC Suisse, par la voix de son président Gerhard Pfister, a estimé jeudi le comportement de Yannick Butter inacceptable. Mais il a refusé d'évoquer pour le moment la démission du Valaisan. Selon le PDC, c'est une question à aborder d'abord entre l'intéressé, la présidence du parti cantonal et la présidence du parti Suisse. Quant à Yannick Buttet, il a indiqué qu'il ne démissionnerait pas tant qu'il n'était pas condamné.

(cht/ats/nxp)

Les commentaires les plus populaires

  • P. Dhéssé le 30.11.2017 15:04 Report dénoncer ce commentaire

    Et pour sa femme?

    Et pour sa femme, est-ce que ce n'est pas moche?

  • Jill le 30.11.2017 14:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    n'importe quoi

    Et de l'autre côté on pardonne tout et on revote pour Darbellay...

  • Citoyen suisse le 30.11.2017 15:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Abus

    C'est le moment de Bannir l'alcool durant le service, y compris durant les repas et apéros. Inacceptable pour un parlementaire de ne pas avoir ses pleines capacités pour exercer une haute fonction.

Les derniers commentaires

  • Expériences le 02.12.2017 06:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La pensée macho du PDC

    Cest la mentalité du PDC Valais quil faut faire évoluer en faveur de légalité hommes - femmes! Nest-ce pas sous lère Darbellay / Cina que notre CF Ruth Metzler a été sacrifiée au profit de Deiss? Aucune conseillère détat depuis le droit de vote des femmes ! Pkoi parce que les PDC valaisans tolèrent les femmes dans la mesure où elles font de la figuration sur les listes.

    • Dann le 03.12.2017 07:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Expériences

      ..et qu'elles répondent à certaines "demandes" non politiques.

  • marcValais le 01.12.2017 08:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voici noël

    À lire vos commentaires vous devez être tous parfait, fidèle, sobre, en parfaite santé, fidèle à votre employeur ..... le rêve en fait. Et vous vous attendez à des politiques exemplaires ???? Doux rêves et conte de Noël

    • Laurence le 01.12.2017 11:13 Report dénoncer ce commentaire

      @marcValais

      On peut être infidèle et avoir un coup dans le nez, ça ne signifie pas qu'on doit être excuser pour du harcèlement ! La plupart des hommes se comportent parfaitement décemment même bourrés et/ou pas en pleine possession de leurs moyens

  • Valentin L le 01.12.2017 08:07 Report dénoncer ce commentaire

    Ducon

    Affaire Tamoil pas fini ,à suivre de très près ??

  • Joss Rendall le 01.12.2017 07:28 Report dénoncer ce commentaire

    au nom de la loi

    tout ce qui est légal est légal, tout ce qui est illégal et bien est illégal, sil tombe sous le coup de la loi et qu'il est reconnu justiciable il doit ce retirer, dans le cas contraire il doit continuer son job. et comme on dit "ce qui se passe à Saint-Trop doit rester à Saint-Trop.

  • Garde à vous le 01.12.2017 07:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Prends garde à toi

    L'armée ça forme les hommes, les vrais... L'église les renforce? A la fin, on a un beau réac ...