Grande-Bretagne

28 novembre 2017 14:10; Act: 28.11.2017 14:10 Print

Belle au bois dormant: «Le bisou n'est pas consenti»

Une mère britannique estime que le conte n'est pas adapté aux petits enfants parce qu'il méprise les femmes. Une pédagogue et une féministe suisses lui donnent raison.

Sur ce sujet
Une faute?

Sarah Hall, maman d'un petit garçon de 6 ans, n'a pas apprécié que son enfant rentre de l'école avec un livre de la Belle au bois dormant. Estimant qu'il s'agit d'un conte sexiste, elle a laissé libre cours à sa rage sur Twitter: «Tant que de telles histoires sont discutées en classe, la société ne changera jamais.» La publication a été accompagnée du #MeToo, dénonçant le harcèlement et les abus sexuels.

Sondage
Les contes véhiculent-ils de mauvaises images?


Interrogée par la BBC, la mère explique que, selon elle, les contes véhiculent de mauvais messages. Puisque le prince embrasse la Belle au bois dormant pour la réveiller, le baiser n'est pas consenti, estime-t-elle. «Je pense que ce conte traite aussi de comportement sexuel et de consentement. Il montre à quel point ce type de comportement est ancré dans notre société.»

Tandis que le tweet de la Britannique a suscité de nombreuses et vives réactions de la part des internautes, elle est soutenue par des pédagogues et féministes suisses. Elisabeth Müller, pédagogue diplômée et enseignante à la Haute Ecole pédagogique de Zoug, affirme ainsi: «Les contes véhiculent des messages patriarcaux sur la manière dont un homme et une femme sont censés se comporter. Les enfants, eux, essaient par la suite de s'y identifier.»

Représentées de manière négative

Autre point dérangeant selon elle: les femmes sont souvent représentées de manière négative dans les contes, notamment lorsqu'elles incarnent des sorcières ou des belles-mères méchantes. Elles sont aussi souvent guidées par la jalousie ou l'envie, raison pour laquelle elles sont souvent punies. «Les hommes, en revanche, ne sont jamais punis à la fin de l'histoire et cela même lorsqu'ils abusent de leur fille comme dans Allerleirauh (ndlr: un conte des frères Grimm dans lequel un roi épouse sa propre fille).»

Même son de cloche auprès de Natalie Trummer, gérante de Terre des femmes: «Cette critique envers les contes et les livres pour enfants existe déjà depuis longtemps au sein des sphères féministes. Le débat semble désormais avoir atteint la société dans son ensemble.» Selon elle, ce sont entre autres les stéréotypes véhiculés par les contes qui sont responsables de la violence sexuelle faite aux femmes et de l'oppression de la femme au sein de la société. Natalie Trummer regrette aussi que les contes ne soient pas abordés de manière suffisamment critique.

Un exemple parmi tant d'autres

Pour Tamara Funiciello, présidente de la Jeunesse socialiste, les contes ne sont qu'un exemple parmi tant d'autres. «Que ce soit dans les contes, les vieux films Disney, dans la pub ou dans des magazines pour femmes: ce type de schémas se retrouvent partout.» Elle souligne néanmoins que les choses sont en train de changer, notamment avec des films plus récents comme «La reine des neiges», où l'héroïne est incarnée par une reine.

Conchi Vega, membre de la société suisse du conte, rappelle de son côté que ces histoires font partie de la culture: «Grâce aux contes, les enfants apprennent ce qu'est l'amour, la haine, la jalousie ou l'amitié.» Selon elle, il serait faux de priver les petits des contes parce que ces derniers renforcent leur imagination et leur fantaisie. Si elle concède que la critique féministe est compréhensive, elle estime néanmoins que les enfants sont tout à fait capables de faire la différence entre un conte et la réalité.

(daw/ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bob le penseur le 28.11.2017 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    ben voyons

    pis blanche-neige qui exploite des personnes de petite taille sans vergogne, là on dit rien hein. non mais ....

  • Florian Degoumois le 28.11.2017 14:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et Pinocchio?

    Quel honte! Un sortilège sexiste!... J'ai grandi et sans doute un peu oublié mais, sauf erreur, le baiser du prince charmant a pour but de sauver la princesse et non satisfaire une virilité déplacée. C'est en tout cas comme cela que, j'en suis certain, j'ai 'vécu' cette histoire étant enfant. Le féminisme n'a-t-il pas de choses plus graves à combattre? Ou devra-t-on bientôt réécrire et réapprendre le dictionnaire parce qu'il sera devenu intolérable que méchanceté, tornade, catastrophe ou agression soient des mots du genre féminin? A ce rythme, on peut brûler de nombreux livres, films et disques... Pas sûr que cela fasse progresser les murs ni la cause des femmes. Dommage pour le féminisme.

  • Ariane le 28.11.2017 14:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    jalousie

    Elles sont seulement jalouses parce qu'elles ont jamais été embrassées par un prince charmant.

Les derniers commentaires

  • tirelipimpon le 02.12.2017 09:09 Report dénoncer ce commentaire

    à la base, elle se faisait violée

    dans le conte original, elle se faisait violer par le prince, mais comme c'était un peu délicat, meme à l'époque, ils l'ont édulcoré en disant que c'etait un simple baiser...

  • Moix le 30.11.2017 20:07 Report dénoncer ce commentaire

    Fylyp

    80% de personne estiment que interprétation n'a pas de sens. 14 % ont unavis nuancés pour 5% de femidaech (resultat a 19:00 gmt)9

  • carole le 30.11.2017 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    conte de fée

    franchemment cette mère elle sort d'où??

  • Soeur Henriette le 30.11.2017 02:10 Report dénoncer ce commentaire

    Que savent ces enseignantes de la vie !

    Et dire qu'une "pédagogue et enseignante à la HEP de Zoug considère, elle aussi, que la Belle au bois dormant est un conte sexiste néfaste à l'éducation des enfants... Il faudrait se poser la question sur le sérieux de ces écoles "réputées" offrant une "haute" formation et un diplôme avec un tel enseignement ! Est-ce que l'on a besoin de faire des études pour bien s'occuper de ses enfants ou ceux des autres ? Les centaines de millions femmes de cultures différentes, partout sur le globe, qui n'ont pas un grand bagage intellectuel, savent souvent très bien aimer et éduquer les enfants !

  • Christophe Lyner le 29.11.2017 19:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bêtise

    Trop de féminisme va-t-il nous conduire à une interdiction des poupées Barbie?