Suisse

12 février 2018 17:55; Act: 12.02.2018 21:28 Print

Bientôt des rentes AI pour les accros aux jeux vidéo?

par Jennifer Furer/ofu/ats - Le «trouble du jeu vidéo» va être reconnu prochainement comme une maladie par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Une décision saluée par des experts en Suisse.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Bientôt, toute personne jouant pendant des heures à des jeux vidéo sans pouvoir s'arrêter et cela malgré l'apparition de conséquences négatives sera considérée comme psychiquement malade (lire encadré). Début janvier, l'Organisation mondiale de la santé a en effet décidé de reconnaître comme maladie le «trouble du jeu vidéo» (Gaming disorder). Les risques d'addiction liés à ce «trouble» vont être ajoutés à la 11e liste de la classification internationale des maladies (CIM), qui sera publiée en juin.

Cette nouveauté pourrait avoir des répercussions en Suisse puisque les autorités sanitaires nationales ainsi que les assurances se basent sur la CIM, écrivent lundi nos confrères de «20 Minuten».

«Donner un nom à cette maladie»

Selon des évaluations du monitorage suisse des addictions, 7% des jeunes âgés entre 15 et 19 ans souffrent d'un usage problématique d'internet. Isabel Willemse, psychologue et psychothérapeute à la Haute école zurichoise des sciences appliquées, salue la décision de l'OMS. Selon elle, il est plus que souhaitable que le «trouble du jeu vidéo» soit enfin clairement défini, notamment pour pouvoir faire la différence entre une personne qui joue beaucoup et une personne qui est réellement accro aux jeux.

Isabel Willemse note par ailleurs qu'une définition précise du trouble peut avoir des effets bénéfiques sur l'aspect thérapeutique. «De nombreux psychologues, qui ne sont pas spécialisés à ce niveau-là, pourront enfin donner un nom à cette maladie et poser un diagnostique avec l'aide des critères définis au préalable.» Pour finir, l'experte pense que cette reconnaissance facilitera la collaboration avec les assurances.

Davantage de diagnostics

Adrien Kay, porte-parole de l'office fédéral de la santé publique, rappelle que dans notre pays les comportements problématiques liés à internet sont d'ores et déjà rassemblés sous un même terme: «En Suisse, l'addiction aux jeux vidéo est pris en compte par la Stratégie nationale addictions. Elle n'est pas considérée comme une maladie, mais comme faisant partie d'un usage problématique d'internet.» L'annonce de l'OMS n'aura donc pas de répercussions directes sur la manière de traiter ce trouble en Suisse. Il pense néanmoins que cela engendrera davantage de diagnostics et une reconnaissance générale de la problématique.

Contacté à son tour, l'Office fédéral des assurances sociales explique que cette nouvelle reconnaissance ne donnera pas automatiquement droit à des rentes AI. «Les prestations AI ne sont pas liées à un diagnostic», précise Corinne Zbären-Lutz, la directrice adjointe du domaine AI. Elle rappelle que seules les personnes en incapacité de gain durable ont droit à une rente AI, tout simplement parce que l'incapacité de gain est assurée et non pas la maladie.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ivan Lesinge le 12.02.2018 18:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et le sexe ?

    Et une rente AI pour les addicts au sexe ?

  • Frandrew le 12.02.2018 18:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Roi fainéant

    et pourquoi pas pour les malades «fainéants».. ? Ben oui, ceux qui sont malade dès que lon parle travail !

  • Gamer le 12.02.2018 18:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non et non

    J'ai énormément joué pendant un temps (jusqu'à 16h à 17h/j durant mes vacances). Ado n'aillant que peux d'amis je me retrouvais là dedans. J'ai été "accro", donc je me permet de dire qu'un simple coup de pied aux fesses suffit amplement, jamais je n'aurais accepté une rente AI si j'en avais eu l'occasion, ça aurait été de l'arnaque à l'assurance pur et dur et on est déjà servis à ce niveau...

Les derniers commentaires

  • La GrandE le 13.02.2018 21:11 Report dénoncer ce commentaire

    C'est la merde qui se fou du balais !!!!

    Heuuuu..... On se fous de qui là??? Une rente AI????? Non mais, ça ne va pas la tête ??? Et puis les gens, qui souffrent dans leurs corps, à cause d'une maladie douloureuse et quasi invisible ????? Comme la FIBROMYLGIE. Maladie non reconnue.... MAIS DE QUI SE MOQUE T'ON???? ÀBon Entendeur !!!!!!!!!

  • Hicham le 13.02.2018 20:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Etat de Genève

    Message important ! il y a un manque de compétence dans le service AI à Genève.

  • Super Will le 13.02.2018 19:32 Report dénoncer ce commentaire

    Pas forcément une addiction

    Cette reconnaissance a surtout pour but de justifier la nécessité de nouvelle lois éventuelles. En tans qu'amateur de jeux vidéo, je dirait que ce n'est pas de laddiction la plus part du temps, mais simplement l'envie de persévérer dans un jeux et d'en voir le bout. C'est le cas dans les périodes ou l'on joue beaucoup.

  • roberto le 13.02.2018 19:25 Report dénoncer ce commentaire

    non mais.............................

    Non mais puis quoi encore ? se sont des gens qui ont passé leur temps a jouer au lieu de travailler, ou ils ont tellement joué que ils n'arrivent même plus se lever pour chercher du travail. NON NON et NON

  • Max pas content le 13.02.2018 19:21 Report dénoncer ce commentaire

    Jamais

    JAMAIS