Suisse

17 mai 2018 13:16; Act: 17.05.2018 13:17 Print

Bloquer le web peut avoir des effets indésirables

Les opposants à la nouvelle loi sur les jeux d'argent mettent en garde contre les dommages collatéraux qu'elle pourrait provoquer.

storybild

(Photo: AFP/Archive/photo d'illustration)

Une faute?

La nouvelle loi sur les jeux d'argent en votation le 10 juin rendra Internet moins sûr et ne protégera pas assez de la dépendance au jeu. Pirates et opposants de gauche ont dénoncé jeudi les mensonges des partisans du «oui».

Avec la nouvelle loi, les sociétés de loteries pourront offrir de nouvelles formes de paris sportifs et les casinos suisses proposer aussi des offres sur Internet. Les joueurs qui veulent jouer au poker ou à la roulette sur un site étranger seront en revanche redirigés vers une page les avertissant que cette offre n'est pas légale en Suisse.

Cela montre à quel point la politique suisse est achetée, a fustigé devant la presse Pascal Fouquet du Parti pirate suisse. Casinos et loteries ont pesé de tout leur poids pour imposer leurs vues au Parlement. Non seulement les blocages sur la toile sont contraires au principe à la base d'Internet, mais ils auront de graves effets collatéraux comme montre un exemple russe.

Une tentative pour bloquer le service de messagerie Telegram a paralysé des milliers de sites Internet non concernés et mis hors d'usage des services de Google ou des services de paiement. Telegram a lui continué à fonctionner. Selon M.Fouquet, la proposition de blocage pour les jeux d'argent a été développée par des personnes ne maîtrisant pas la mécanique d'Internet.

Dangereux

Le camp du «oui» vante une page d'alerte éducative. Dans les faits, le blocage n'atteindra pas les personnes voulues, engendrera des pertes de chiffre d'affaires pour les commerces en ligne et fera disparaître des emails mal routés.

De nombreux internautes voudront se débarrasser de fausses alarmes irritantes. Ils ne seront dès lors plus avertis de réelles tentatives de fraude les concernant, a prévenu Bernie Hoeneisen d'Internet Society Chapter Switzerland.

Parler prévention côté romand

Les grands perdants de la nouvelle loi seront toutefois les personnes dépendantes au jeu car le texte contient très peu de mesures de protection efficaces pour elles, a relevé la conseillère nationale Sibel Arslan (Verts/BS). Les gains de loto ou de jeux en ligne ne seront en outre taxés qu'à partir de 1 million de francs, et les gains de casinos pas du tout, «une réelle incitation au jeu.»

Le comité compte miser d'abord sur ce volet pour convaincre en Suisse romande. Selon Luzian Franzini, co-président des Jeunes Verts et chef de campagne, la bataille y est beaucoup plus difficile, l'accent sera mis aussi sur les recettes fiscales.

Seul l'argent généré par les loteries profite actuellement au sport et à la culture et les revenus sont restés stables ces dernières années. Le statu quo n'engendrerait donc aucun déficit contrairement à ce qu'affirme la campagne mensongère du «oui». L'abolition de l'impôt sur les gains de moins de 1 million entraînera au contraire 63 millions de francs de pertes fiscales, a ajouté M.Franzini.

Si la loi est rejetée, le monde politique pourra élaborer rapidement un nouveau projet incluant des points exigés par les experts de l'addiction au jeu. Même le comité de droite contre la loi s'y dit entretemps favorable. Une extension du système de concessions aux opérateurs étrangers de poker pourrait générer jusqu'à 400 millions de revenus supplémentaires pour l'AVS, estime le comité.

Il oppose un budget total de 17'000 francs à plus de 3 millions pour le lobby des casinos et des loteries. Le comité pour la prévention de la dépendance et contre le blocage d'Internet se veut le seul comité non financé par de grands groupes économiques. Outre les Verts et les pirates, il regroupe une série d'associations liées à Internet et droitsfondamentaux.ch.

(nxp/ats)