Bâle

13 juillet 2017 19:57; Act: 14.07.2017 07:49 Print

Cobaye de Novartis sans le savoir, il porte plainte

Un SDF polonais attaque le géant suisse de la pharma. Il aurait reçu un vaccin expérimental sans avoir donné son aval.

storybild

Les sans-abri recevaient une dose de vaccin ainsi que 4fr. (Photo: istock)

Une faute?

«Personne ne nous a informés qu’il s’agissait de tester un nouveau produit. Ils nous ont dit qu’il s’agissait d’un banal vaccin contre la grippe», a confié un sans-abri à l’émission «10 vor 10», diffusée mercredi par la télévision alémanique SRF. L’homme a porté plainte contre Novartis.

Affaire vieille de dix ans

L’affaire remonte à 2007, en pleine crise de la grippe aviaire. Le géant bâlois avait fait tester un vaccin dans une clinique de la ville polonaise de Grudziadz. Les cobayes recevaient l’équivalent de 4 fr. pour se faire piquer. Ils devaient noter leur température et revenir à la clinique dix jours plus tard. Parmi les cobayes: une vingtaine de SDF. Détail troublant: le foyer qui les hébergeait aurait connu un pic de décès l’année suivante, a relevé le magazine «Beobachter».

Déjà des condamnations

L’an dernier, trois médecins et six infirmières chargés de réaliser ces expérimentations ont été condamnés en Pologne pour avoir trompé les sans-abri et falsifié des signatures. Novartis, qui avait délégué les tests à une entreprise germano-polonaise, a déclaré à la SRF «s’être toujours astreint à respecter les plus hauts standards en la matière».

Dommages et intérêts

L’avocat du sans-abri réclame aujourd'hui à la pharma des dommages et intérêts à hauteur de 50 000 francs, alors qu’une médiation vient d’échouer. «Le commanditaire des essais, celui qui a retiré les bénéfices de l’opération, est responsable des actes de ses prestataires», indique l’homme de loi zurichois Philip Stolkin. Lors des tests, le Polonais aurait eu de fortes fièvres et aurait souffert de démangeaisons.

(jbm)