Zurich

21 septembre 2017 09:51; Act: 21.09.2017 09:51 Print

Des drones pour faciliter la recherche de disparus?

L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich a créé un système afin que les drones puissent s'orienter même par faible visibilité.

Une faute?

Des chercheurs de l'Université et de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) ont créé un système permettant à des drones de s'orienter même par faible visibilité. Cela pourrait faciliter la recherche de disparus, par exemple.

Dans des environnements comportant des obstacles, zones construites, en forêt ou à l'intérieur des bâtiments, les drones connaissent des problèmes de navigation. Le système GPS des engins commerciaux arrive rapidement à ses limites, et l'orientation par caméra et algorithmes de reconnaissance d'image ne fonctionne que par bonne visibilité et vitesse réduite.

Pour résoudre ce problème, les drones professionnels utilisent des scanners laser chers et encombrants. Mais cela pourrait bientôt appartenir au passé: l'équipe de Davide Scaramuzza, à l'Université de Zurich (UZH), présente dans la revue IEEE Robotics and Automation Letters un nouveau système doté d'une caméra baptisée «Event», inspirée de l'oeil humain et dotée d'un logiciel spécialement adapté.

Image nette

La particularité de cette caméra est qu'elle ne capte pas l'ensemble de l'image en simultané mais les changements de luminosité de chaque pixel, indique l'UZH dans un communiqué. Cela permet à l'image de rester nette même par déplacement rapide et mauvaise lumière, et donc au logiciel d'en reconnaître les détails qui sinon auraient été flous.

Le logiciel apporte la touche d'intelligence artificielle au projet en permettant à l'engin de décoder les images, de se repérer dans son environnement et de calculer lui-même sa trajectoire en fonction des données reçues. Des tests en laboratoire ont montré que de tels drones sont capables de déterminer leur position dans une pièce.

Il s'agit encore d'un prototype, note l'auteur de l'étude Henri Rebecq, cité dans le communiqué: «Nous devons encore prouver que notre système informatique fonctionne en dehors du laboratoire». De tels drones pourraient par exemple être engagés pour la recherche de disparus par mauvaise luminosité ou dans des zones de catastrophes, écrit l'UZH.

(nxp/ats)