Lugano (TI)

21 mars 2013 12:05; Act: 21.03.2013 13:02 Print

Gynécologue condamné pour actes sexuels

Un médecin a été condamné pour avoir contraint sexuellement des patientes, durant les années 2000, au Tessin.

Une faute?

Un gynécologue résidant à Lugano a été reconnu coupable jeudi de contrainte sexuelle et actes sexuels répétés sur ses patientes. Les épisodes ont eu lieu de 2001 à 2007. Le médecin a été condamné à 18 mois de détention avec sursis pendant deux ans.

Le procès a eu lieu à huis clos devant la cour correctionnelle de Lugano et selon la procédure abrégée. Le gynécologue, un Italien d'origine libanaise, âgé de 56 ans, a également été reconnu coupable d'avoir falsifié des factures à l'attention de 19 caisses-maladie qui se sont portées partie civile. Dans ce cas, il a agi avec la complicité de sa femme, une endocrinologue active à Bellinzone.

L'inculpé s'est établi en Italie en 1982 et s'y est formé comme gynécologue. Il est arrivé au Tessin en 1991 et a exercé sa profession à l'Hôpital régional de Lugano et dans son cabinet privé. La contrainte sexuelle répétée remonte à janvier 2001 lorsqu'il a abusé, à son propre domicile, de la jeune fille au pair de la famille, alors mineure.

Procédure de l'Ordre des médecins

Les actes sexuels sur ses patientes, des attouchements poussés, ont été commis durant les visites gynécologiques, à l'hôpital et à son cabinet, de 2003 à 2007, lorsque la dernière victime a déposé plainte. L'enquête a alors démarré mais le gynécologue a reconnu les faits en juin 2012 seulement.

Une procédure interne est également en cours contre l'accusé de la part de l'Ordre des médecins du canton du Tessin. Durant l'enquête, le gynécologue a perdu le droit à exercer en indépendant. Il aurait pu continuer à pratiquer dans un hôpital ou une clinique, mais n'a pas réussi à retrouver un emploi.

L'inculpé devra s'acquitter en outre des frais de la cause et rembourser les 19 assurances lésées qui lui réclament environ 75'000 francs de prestations encaissées de février à juin 2008. A cette époque, l'homme avait été licencié et pratiquait abusivement en établissant les factures au nom de son épouse.

(ats)