Climat

07 novembre 2016 11:28; Act: 07.11.2016 11:51 Print

La Suisse se réchauffe plus vite que le reste du monde

Les températures annuelles grimpent beaucoup plus vite dans l'arc alpin qu'en moyenne mondiale. Des scientifiques tirent la sonnette d'alarme.

storybild

Selon un climatologue, les saisons de ski se réduiront de 4 à 8 semaines, par manque de neige. (Photo: Keystone/Archives/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Intempéries fréquentes, vagues de chaleur, sécheresse estivale: la Suisse est particulièrement concernée par le réchauffement climatique. Il est deux fois plus fort dans l'arc alpin qu'en moyenne mondiale. Il faut agir vite, avertissent des scientifiques suisses.

Les températures annuelles moyennes sont montées en Suisse de 1,8° C depuis 1850. Cette augmentation est environ deux fois plus forte qu'en moyenne planétaire, avertit lundi ProClim, le forum pour le climat de l'Académie suisse des sciences naturelles, à l'occasion de la publication d'un rapport.

Les conséquences sont déjà visibles. Les glaciers fondent, la limite des chutes de neige augmente. Les événements météorologiques extrêmes comme des vagues de chaleur ou des intempéries et inondations sont plus fréquents, de même que les chutes de pierres ou glissements de terrain.

Dur pour le ski

L'industrie du tourisme va souffrir aussi: d'ici la fin du siècle, les saisons de ski se réduiront de 4 à 8 semaines, par manque de neige. De nombreuses stations de moyenne altitude vont connaître des temps difficiles, estimait dimanche dans la NZZ am Sonntag un des auteurs du rapport, le climatologue de l'EPFZ Reto Knutti.

L'agriculture devra aussi faire face à de grands défis. Outre le manque d'eau, les maladies des plantes vont se multiplier. Les espèces nuisibles et envahissantes se propagent davantage avec des températures plus élevées et sont plus difficiles à combattre.

Les changements climatiques ne laissent donc pas la Suisse froide, écrivent les experts. Si l'on veut éviter des conséquences encore plus graves, il faut mettre en oeuvre rapidement les décisions négociées à Paris lors de l'accord sur le climat en 2015. Ceci implique une économie durable au niveau mondial et l'abandon des énergies fossiles.

Le Conseil mondial du climat a défini dans l'accord de Paris une hausse des températures moyennes mondiales limitée à 2° C. Les émissions de gaz à effet de serre doivent être ramenées à zéro dans la deuxième moitié du 21e siècle.

Mesures concrètes

Dans ce rapport, des scientifiques des écoles polytechniques fédérales et des climatologues suisses proposent des mesures concrètes dans des domaines précis: comportement des pendulaires et des voyageurs, logement, chauffage, utilisation de l'énergie ou encore alimentation.

Par exemple, les villes peuvent faire mieux en matière d'urbanisme, afin d'adoucir les effets des canicules. En 2003, quelque 1000 personnes avaient trouvé la mort à cause de la chaleur extrême, selon les estimations.

Alliances politiques

La mutation requise offre aussi de nombreuses opportunités dont la Suisse peut et doit tirer profit, assure ProClim. Cela suppose toutefois un processus politique efficace et des alliances majoritaires. «Nous devons agir», a insisté devant les médias la conseillère nationale Kathy Ricklin (PDC/ZH), présidente de l'Organe consultatif sur les changements climatiques.

Un réseau de 75 climatologues et 40 experts a rédigé le rapport «Coup de projecteur sur le climat suisse. Etat des lieux et perspectives.» Ils se sont fondés sur les travaux du Conseil mondial du climat et les ont complétés par de nouvelles analyses scientifiques portant sur l'arc alpin.

La première conférence mondiale sur le climat après celle de Paris s'ouvre lundi à Marrakech.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jobs le 07.11.2016 11:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trop de monde ?

    Si on réduisait la population en Suisse ? Qui soit dit en passant est passée de 1mio en 1900 à 8mio en 2016. N'y voyez surtout pas une corrélation entre la dépense énergétique et la pollution proportionnelle au nombre de consommateurs.

  • Darth Vader le 07.11.2016 11:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais oui...

    C est ca comme par hasard... Etude bidon sponsorisée par on sait qui... Et l Autriche et les autres pays de montagne de la planète ?? On veut nous faire croire que le CO2 se concentre sur la Suisse en particulier...attiré par ses beaux paysages?

  • Nesto le 07.11.2016 11:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réchauffement

    Normal, on est les meilleurs en tout.

Les derniers commentaires

  • dedemar le 10.11.2016 12:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ecologie bizness

    Une île dans l'Europe

  • Basler le 08.11.2016 11:20 Report dénoncer ce commentaire

    ARRETER DE FANTASMER !!

    Et voici une magouille pour justifier l'augmentation le prix de mazout, Gaz, Electricité et j'en passe. C'est vraiment du n'importe quoi ! On se croirait au Etat Unis. Totalement débile. Un non sens total et un mensonge de surcroit ! Si ce n'est pas EPFL c'est EPFZ qui publient des études à 2 balles. C'est des études pour justifier leurs existence qui ne rime et sert à rien du tout. Ils nous coutent cher pour leurs âneries qui sont peu crédible. Arrêter de fantasmer et commencer à être utile bon sens !

  • David le 08.11.2016 06:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Évident !!

    Bon, en même temps on utilise deux planètes rien que pour nous, donc, sa réchauffe deux fois plus vite !!!!

  • Méthane le 07.11.2016 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réchauffement pas égal pour tous

    Après lecture des commentaires, il y a comme de grosses incompréhensions. Le réchauffement est global sur toute la terre, mais pour certaines régions, il est beaucoup plus accentué, même que pour d'autres il pourrait y avoir une diminution de température. Pour les régions bordant un océan, le réchauffement est moindre car l'eau va absorber une partie de la chaleur. Pour la Suisse, au centre de l'Europe le réchauffement est 2 x plus élevé que la moyenne terrestre. Super si t'as un yacht sur le Léman, mais catastrophique si t'habites dans les Alpes avec la fonte du Permafrost.

  • temps pi le 07.11.2016 22:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    beau temps

    imaginer si on avait perdu 2 degrés