Assassinats de Rupperswil

14 mars 2018 12:53; Act: 14.03.2018 21:22 Print

Thomas N. condamné à l'internement à vie?

La procureure a requis mercredi la prison à perpétuité et l'internement à vie contre le quadruple meurtrier de Rupperswil.

Voir le diaporama en grand »
Georg Metger (à droite), compagnon de la mère assassinée, publie un livre sur le drame. (Vendredi 13 avril 2018) Thomas N. (à gauche) a été reconnu coupable de tous les chefs d'accusation. Il a été condamné à la perpétuité, assortie d'un internement ordinaire. (Vendredi 16 mars 2018) La procureure Barbara Loppacher s'est déclarée satisfaite du verdict. (Vendredi 16 mars 2018) L'avocate de Thomas N., Renate Senn, veut d'abord lire l'énoncé et les motifs du verdict avant de décider quelles suites à donner. (Vendredi 16 mars 2018) L'avocat Markus Leimbacher (gauche) et Georg Metger, le compagnon de la mère Carla S., ont exprimé leur soulagement au sortir de l'audience. (Vendredi 16 mars 2018) Thomas N. (au centre), avec son avocate Renate Senn. L'accusé âgé de 34 ans, portait une chemise grise et un Jeans avec une barbe de trois jours. Il est entré dans la salle sans menottes. (Mardi 13 mars 2018) Quelque 65 représentants des médias tant suisses qu'internationaux se sont fait accréditer pour le procès et quelques dizaines de particuliers y assistent. (Mardi 13 mars 2018) Un portique de sécurité a été installé et chacun doit montrer ses documents, passer au détecteur de métaux et passer une fouille de ses affaires. Les premiers journalistes sont arrivés plus d'une heure avant le début de l'audience. (Mardi 13 mars 2018) La police cantonale argovienne a mené des contrôles serrés à l'approche du bâtiment où a lieu le procès. (Mardi 13 mars 2018) Pour des raisons de place et surtout de sécurité, le procès se déroulera dans un bâtiment de la police argovienne à Schafisheim (AG). (Mardi 13 mars 2018) Le Ministère public argovien a inculpé Thomas N, le Suisse de 34 ans dans l'affaire du quadruple assassinat de Rupperswil (AG). (Vendredi 8 septembre 2017) Thomas N. était connu dans la région pour entraîner l'équipe locale de foot junior. Etudiant, il vivait toujours chez sa mère et passait pour un solitaire. Une expertise sur la responsabilité pénale de l'auteur présumé du quadruple meurtre de Rupperswil (AG) et sur son risque de récidive va être diligentée par le Ministère public argovien. Cette procédure et les interrogatoires vont durer plusieurs mois. Le procureur Philippe Umbricht informe les médias que selon les premiers éléments de l'enquête, l'auteur présumé du quadruple attentat, qui avait abusé sexuellement d'une des 4 victimes, âgée de 13 ans, n'avait auparavant jamais commis de tels actes pédophiles. (lundi 16 mai 2016) L'auteur présumé du quadruple assassinat de Rupperswil (AG) a été arrêté. Il s'agit d'un Suisse de 33 ans domicilié dans la commune. Il a avoué. (Vendredi 13 mai 2016) Les enquêteurs pensent que l'assassin présumé était sur le point de perpétrer un autre crime selon le même schéma. Ils ont retrouvé chez lui un sac à dos contenant une arme et du matériel de ligotage. (Vendredi 13 mai 2016) La police aurait procédé à plusieurs arrestations, selon la télévision alémanique. Une conférence de presse est attendue dans l'après-midi. (Vendredi 13 mai 2016) La police est en train d'analyser des milliers de données de téléphones portables, afin de tenter d'élucider le quadruple meurtre de Rupperswil (AG). (Vendredi 11 mars 2016) Les funérailles de la mère de 48 ans et de ses deux fils de 13 et 19 ans assassinés le 21 décembre 2015 ont eu lieu le 8 janvier 2016. Le directeur de la justice Urs Hofmann promet dans une interview au que le ou les meurtriers seront arrêtés. (8 janvier 2016) Quatre personnes ont été trouvées mortes lundi 21 décembre 2015 en fin de matinée dans une maison en feu à Rupperswil (AG). La population, sous le choc, a déposé des bougies et des messages en mémoire des victimes. (24 décembre 2015). La police a déployé de gros moyens pour trouver des éléments dans ce qui s'avère être un quadruple homicide déguisé en incendie. Elle diffuse son appel à témoins en allant directement voir la population. (24 décembre 2015). L'affichette de l'appel à témoins. (24 décembre 2015). En l'état, l'enquête a pu déterminer que l'incendie a été provoqué de manière intentionnelle, en vue de masquer le quadruple homicide. Une procédure pour multiple meurtre a été ouverte. L'alerte a été donnée en fin de matinée, le lundi 21 décembre: une maison familiale située dans un quartier résidentiel de Rupperswil, localité située entre Aarau et Lenzbourg, était la proie des flammes. L'incendie a été maîtrisé rapidement. Des spécialistes de la police, des médecins légistes et des représentants du procureur se sont aussi rendus sur les lieux. Afin d'établir les circonstances exactes de ce crime, le Ministère public a ordonné l'autopsie des quatre corps.

Sur ce sujet
Une faute?

La prison à perpétuité et l'internement à vie: tel est le réquisitoire de la procureure contre le quadruple meurtrier de Rupperswil (AG). Elle réclame une condamnation du Suisse de 34 ans pour assassinats et actes d'ordre sexuel avec enfant, notamment.

Devant le Tribunal de district de Lenzburg (AG), réuni à Schafisheim (AG), la représentante du Ministère public a demandé mercredi l'internement à vie du prévenu, même si l'une des principales conditions d'une telle décision n'est pas donnée: la loi exige que deux experts psychiatriques déclarent, indépendamment l'un de l'autre, l'accusé durablement incurable.

Tel n'a pas été le cas mardi au premier jour du procès. Les deux experts ont en effet considéré que le prévenu pouvait être soigné, tout en admettant qu'une guérison n'était pas garantie. Un tel traitement durerait au moins cinq, voire dix ans.

Internement simple, au pire

La possibilité de soigner un condamné ne doit être accordée que s'il existe des troubles psychiques, a souligné la procureure. Or, les assassinats ne sont, en l'occurrence, pas dus à un trouble psychique soignable, estime-t-elle. Du moins, les deux experts ne s'accordent pas sur ce point. L'accusé ne peut donc pas être déclaré soignable, selon elle.

En tout état de cause, l'internement du prévenu est clairement indiqué, que cette mesure soit prise à vie ou non, affirme la procureure. La peine de prison à perpétuité ne suffit pas. Le risque serait grand de voir le meurtrier en sortir de manière conditionnelle après 15 ans.

De toute évidence, il s'agit bien d'un quadruple assassinat, souligne la procureure. Peu importe les circonstances et les causes qui ont amené le prévenu à agir, ce dernier a planifié minutieusement son acte. Le Ministère public demande aussi que les chefs d'accusation de contrainte, de prise d'otages et d'acte sexuel avec enfant soient retenus contre le trentenaire, parmi d'autres.

Deux autres familles visées

Le 21 décembre 2015 à Rupperswil, le prévenu a égorgé une mère de famille de 48 ans, ses deux fils de 19 et 13 ans ainsi que la petite amie (21 ans) de l'aîné au domicile familial. Avant cela, il a abusé sexuellement du fils cadet. Entré dans leur maison sous un prétexte, il y a bouté le feu avant d'en sortir.

Selon l'acte d'accusation, le prévenu préparait un coup similaire lorsqu'il a été arrêté en mai 2016. ll avait recommencé à chercher sur Internet des garçons du même âge que celui dont il avait abusé. Il faisait des recherches sur deux familles dans les cantons de Berne et de Soleure. Son matériel criminel était prêt à l'emploi, couteau excepté.

Excuses aux proches

Mercredi soir, l'accusé a présenté ses excuses aux proches des victimes, se désignant comme le seul coupable. Il a rejeté l'idée selon laquelle les victimes auraient, par leur comportement, influé sur le cours des événements.

Auparavant, son avocate a réfuté le caractère totalement planifié du crime. S'il avait un plan grossier en tête, son client ne portait pas de gants et n'était pas masqué. Il s'agit d'abord d'un délit sexuel commis sous couvert de brigandage, dans l'attente secrète que la police vienne l'arrêter avant qu'il ne passe à l'acte, puis ne tue ses victimes.

En outre, l'accusé ne s'attendait pas à ce que ses victimes se montrent aussi coopératives, selon son avocate, en se ligotant les uns les autres et, dans le cas de la mère, en allant retirer de l'argent sans avertir la police. Lorsqu'une voisine est venue sonner à la porte, il pensait que la police arriverait bientôt.

Face à l'attitude de la famille, il lui semblait plus facile de poursuivre dans sa voie criminelle que d'y mettre un terme et de se rendre, déclare l'avocate en citant le prévenu. Cette logique confirmerait la thèse du trouble narcissique et de son impact sur le crime.

La spirale meurtrière ne se serait enclenchée que lorsqu'il a été confronté au fils aîné qui s'était défait de ses liens. L'accusé n'a pas tué par plaisir, mais pour cacher les actes qu'il venait de commettre.

Trouble narcissique soignable

L'avocate de la défense a donc demandé à la Cour d'éviter l'internement à son client, le trouble narcissique n'étant pas incurable. Elle a demandé que sa peine ne dépasse pas 18 ans et soit assortie d'une thérapie psychiatrique ambulatoire en milieu carcéral.

Accusant les autorités d'avoir mené une campagne condamnant son client à l'avance, la défense y a opposé la bonne collaboration de l'accusé avec la police: il aurait avoué l'abus sexuel de lui-même, avant que les enquêteurs ne puissent le découvrir. Il a aussi adressé une lettre d'excuses aux proches des victimes.

Exigences des proches

Avant la défense, les avocats des proches des victimes ont demandé la même sentence que le Ministère public. Ils ont aussi présenté leurs exigences en matière d'indemnités et de réparation pour tort moral. Au total, ils réclament 754'000 francs à ce titre, dont 300'000 francs exigés par l'avocat de la famille de la petite amie de l'aîné.

Une grande partie de ces sommes sera sans doute versée par l'Aide aux victimes, le prévenu n'en ayant pas les moyens. Le jugement est attendu vendredi à 10 heures.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Louis14 le 14.03.2018 21:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Perpet

    A défaut de la peine de mort!!! Il ny a pas dautres voies dans un état de droit!!!! 4 morts dont 3 jeunes dont un violé sordidement!!! Avec une mise à mort par égorgement!!! Et ce triste sire était en préparation dun autre carnage!!!!!!! Faut pas pousser

  • Jean Duju le 14.03.2018 22:05 Report dénoncer ce commentaire

    Inadmissible

    C'est pas de l'internement qu'il faut après 4 meurtres! Pas envie de payer l'hotel et un traitement avec mes impots. Inexcusable, cela mérite...le même traitement qu'en Chine!

  • DouzexDouze le 14.03.2018 21:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelle question !

    faut-il vraiment se poser la question ? je serais même pour la PDM !

Les derniers commentaires

  • shelby le 15.03.2018 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aucune hésitation...

    Incroyable qu on veuille lui accorder une 2eme chance, l a t il accordé à cette famille, non !!! Et pour le viol sur mineur il doit certainement pas être à son 1 er coup, ça lui est pas venu subitement !!! S il s en était pris à la famille d un de ces psy ou juge, y aurait il aurant d hésitation pour une condamnation à vie mais et aussi, expulsé dans sin pays d origine pour purger sa peine, point barre !

    • shelby le 15.03.2018 12:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @shelby

      pardon je me suis mal exprimée... il devrait aller purger sa peine dans un pays genre "Asie ou Turquie etc.. " ou la dureté en prison est sans comparaison avec la suisse ou il n y a pas de luxe et confort...

  • Hélène le 15.03.2018 09:20 Report dénoncer ce commentaire

    Pas surprise...

    Je suppose qu'ils vont lui mettre 20 ans et il en fera 15 pour bonne conduite. Il me fait penser à une ancienne histoire d'un italien dans les années 80 ou 90 (en prison pour meurtre). Un ange en apparence, il avait fait des études en prison et c'était un condamné modèle, libéré pour bonne conduite. Il est ressorti et à recommencé à tuer...Ce sera certainement le cas pour cet homme...mr Hyde et mister Jeggings.

  • Truth le 15.03.2018 09:08 Report dénoncer ce commentaire

    Foutaise.

    La psychiatrie une foutaise !.. juste une niche commerciale et un débit médicamenteux bien défendu. Avez-vous déjà rencontré un ancien malade du cerveau totalement guérit ?

  • Marc Simon le 15.03.2018 09:00 Report dénoncer ce commentaire

    Justice?

    Autant je peux "comprendre" un meurtre (par accident, coup de folie) et encore mais 4!!! Cela mérite une seule sanction. PDM, Malheureusement non disponible mais je préconise un accord avec par exemple d'autres pays comme la Russie où l'on pourrait l'envoyer purger sa peine. ça coutera bien moins cher que nos hôtels et se serait que justice. Combien va couter un traitement avec la prison en Suisse????

  • shelby le 15.03.2018 08:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    peine de mort

    Ces meurtres étaient "prémédité" plus le viol... c est minimum 50 ans de prison (comme aux État Uni sans possibilité de sortie) et ces psy comme toujours sont des malades eux mêmes !! Qui prendra la responsabilité s il recommence, les psy se sentiront ils coupable, du tout ! c est homme est un grand manipulateur... exclu qu il ressorte dans nos rues un jour... et dommage que la peine de mort a été aboli car il la mériterait !!! odieux ce qu il a fait et s apprêtait a refaire...