Suisse

12 mars 2014 11:45; Act: 12.03.2014 18:23 Print

La viande de cheval fait encore grincer des dents

A la suite des révélations concernant des maltraitances sur des chevaux dont la viande est vendue en Suisse, Denner va désormais attendre la mise en place d'une nouvelle certification et de nouveaux standards avant de remettre en vente ce type de viande.

Sur ce sujet
Une faute?

Les commerces de détail réagissent diversement suite à la dénonciation par l'association de protection des animaux «Tierschutzbund Zürich» (TSB) de la présence de viande de chevaux maltraités dans les rayons de magasins suisses.
L'entreprise importatrice mise en cause par TSB botte en touche.

«Nous avons pris la décision de suspendre la vente de viande de cheval fin février», a confirmé à l'ats Paloma Martino, la porte-parole de Denner, revenant sur une information parue mercredi dans «Le Matin». Une décision qu'a prise également la chaîne de commerces Spar, selon une responsable contactée par l'ats.

Denner a déclaré vouloir attendre la mise en place d'une nouvelle certification d'élevage et de transport conforme aux normes de protection des animaux en vigueur en Suisse, avant de remettre ce type de viande en vente. Les résultats ne devraient pas être connus avant l'été, selon la porte-parole.

Respect des standards suisses

La Société générale de surveillance (SGS), active dans l'inspection et la certification de produits, sera chargée d'évaluer les conditions d'élevage et de transports des chevaux destinés à l'abattoir.

La société bâloise GVFI Internationale, l'un des principaux importateurs de viande de cheval en Suisse, a confirmé que les premiers audits de certification menés par SGS débuteront à partir de juillet 2014. «Le but de GVFI est d«importer uniquement de la viande de cheval produite conformément à la loi fédérale sur la protection des animaux et contrôlée régulièrement par SGS», a indiqué mercredi à l'ats une responsable de l'entreprise.

GVFI ne nie pas que la viande de cheval qu'elle importe provient des fournisseurs canadiens Bouvry et Richelieu, mis en cause dans l'enquête effectuée par TSB et diffusée dans l'émission «Kassensturz» sur la chaîne SRF.

Elle précise cependant que «ces entreprises ont été testées l'an passé par des spécialistes, et des audits de contrôles ont été effectués. Dans le cadre des audits, la GVFI n«a constaté aucune divergence dans sa chaîne de production par rapport aux directives de la Société protectrice des animaux et à la loi.»

Une position que ne partage visiblement pas TSB, puisque l'association de protection des animaux aurait déposé une plainte contre GVFI, selon une information parue mercredi dans la «Basler Zeitung».

Viande certifiée SGS

Du côté des autres détaillants, Migros va pour sa part vérifier que les animaux sont bien traités, a souligné le géant orange dans un communiqué publié mardi. Si les conditions posées en matière d'élevage, de transport, d'abattage et de traçabilité ne sont pas respectées, Migros mettra fin à sa relation avec le fournisseur en cause.

Chez Aldi, un porte-parole a indiqué que la chaîne de magasins n'importera plus que de la viande certifiée SGS «dès que possible et au plus tard durant l'été». Chez Avec., on précise que la société ne vend que peu de viande de cheval. Des contrôles ont été opérés chez le fournisseur en février pour garantir que les animaux sont bien traités.

Interrogé par l'ats, l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), précise que ce sont les laboratoires cantonaux qui sont responsables du contrôle des denrées alimentaires. Depuis le début du scandale de la viande de cheval, il y a eu de nombreuses interventions, soit auprès des autorités en charge des dossiers, soit des entreprises importatrices, ajoute l'OSAV.

Ces dernières ont informé l'office que leurs exigences avaient été modifiées envers leurs partenaires, que l«importation en provenance de certains pays avait cessé et que des contrôles au moyen d«audits avaient eu lieu. Les autorités vétérinaires de l«UE ainsi que du Canada, du Mexique et d«Argentine ont également réagi à la suite de l«intervention de l«OSAV.

«Conditions inacceptables»

L'association de protection des animaux TSB a dénoncé mardi la présence de viande de chevaux élevés au Canada et transportés dans des mauvaises conditions dans les commerces de détail Aldi, Avec., Denner, Migros et Spar.

Il y a un an, TSB avait déjà dénoncé les conditions d'élevage et de transport des chevaux destinés à la boucherie aux Etats-Unis, au Canada, en Argentine et au Mexique. La situation n'a pas changé et reste inacceptable, a écrit mardi TSB dans un communiqué. Les chevaux sont maltraités et mal nourris.

(ats)