Suisse

17 avril 2018 13:06; Act: 17.04.2018 13:19 Print

Le CFC, un précieux sésame sur le marché

L'Office fédéral de la statistique a analysé les parcours des 89'000 titulaires d'un certificat du degré secondaire II de 2012 à fin 2015.

storybild

La part des titulaires qui sont en emploi reste stable à environ 70% durant les trois premières années après l'obtention du certificat fédéral de capacité.(Photo d'illustration) (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Environ 85% des titulaires d'un CFC accèdent dans les trois mois suivant leur titre à un premier emploi, et 46% restent dans l'entreprise formatrice. Mais 19% vivent un épisode de chômage dans les deux ans et demi suivant leur titre, a indiqué mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

L'OFS a analysé les parcours des 89'000 titulaires d'un certificat du degré secondaire II de 2012 à fin 2015. La part des titulaires qui sont uniquement en emploi reste stable à environ 70% durant les trois premières années après l'obtention du certificat fédéral de capacité (CFC).

Parmi ceux qui étaient en emploi six mois après le titre, ils sont cependant 26% à avoir repris une formation, par exemple une préparation à la maturité professionnelle, une formation professionnelle supérieure ou un deuxième apprentissage. Certains effectuent ce retour en formation plus de deux ans après leur titre.

Ces résultats indiquent que la période de transition après le CFC dure plusieurs années et qu'il n'y a pas actuellement de frontière nette entre la période de vie consacrée à la formation et celle consacrée uniquement à l'emploi, note l'OFS.

Variations par secteurs

La tendance à poursuivre sa formation varie fortement selon le secteur d'activité. Elle est une des plus faibles dans le domaine des services aux particuliers (10% sont en formation 18 mois après le titre) et la plus élevée dans celui de la santé (30%).

Dans le domaine de la santé, l'entrée dans une école supérieure est fréquemment directe, surtout pour les jeunes de Suisse alémanique. Ce secteur est également caractérisé par la plus forte proportion de personnes qui obtiennent rapidement un titre du degré tertiaire (16% dans les trois ans et demi suivant le CFC).

Une minorité des titulaires d'un CFC a cependant de la difficulté à intégrer le marché du travail: 19% se sont inscrits à un moment ou un autre au chômage dans les 30 mois suivant le titre. C'est particulièrement le cas en Suisse italienne (38%) et en Suisse romande (28%), la Suisse alémanique présentant des proportions sensiblement plus faibles (17%)

Chômage de courte durée

Dans la majorité des cas, il s'agit de périodes de chômage de courte durée (jusqu'à 6 mois cumulés). La proportion des personnes qui sont dans cette situation se réduit rapidement dans la période suivant le titre. Elle passe de 4% 6 mois après le CFC à 2% 42 mois après. Ce sont les titulaires d'un CFC du secteur des services aux particuliers qui sont le plus souvent inscrits au chômage 42 mois après le titre (3%).

Le chômage ne montre toutefois qu'une facette de la situation car parmi ceux qui sont sans emploi, certains renoncent à s'y inscrire: 6% des titulaires d'un CFC ont passé plus de 15 mois dans une situation «ni en emploi ni en formation».

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Laeti le 17.04.2018 13:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fatalité

    Ah ah! Sortant de lécole de commerce AVEC la matue, je suis au chômage. Au revoir merci.

  • de pays le 17.04.2018 13:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    berat

    et ta soeur elle est précieuse... va voir les diplômés et pas qu'un peu dans les caisses de chômages et après on discute

  • Seb le 17.04.2018 18:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sinon

    Pourquoi tous les RH sont français sur Geneve ?

Les derniers commentaires

  • Bonjour le 19.04.2018 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas dans l'informatique

    Dans ce domaine, si vous n'avez pas de diplôme ES où Bachelor, vous êtes bon pour dépanner l'imprimante du client, et encore... Le CFC ne vaut plus rien de nos jours, et c'est bien triste pour les gens qui ne peuvent se permettre des études supérieures...

  • margareth eigenmann le 18.04.2018 08:37 Report dénoncer ce commentaire

    pas marrant

    Encore des statistiques bidons. Ma fille est sortie avec cfc -diplôme et matu pour se retrouver en concurrence avec un français sans diplôme et juste une formation de 6 mois. Et comme par hasard le job a été donné au frontalier. Le résultat faire une nouvelle formation afin de trouver enfin un job correct et qui lui permette de vivre. Donc vos infos allez les chercher chez les personnes concernées et non chez les commissaires d'apprentissage des cantons.

  • un cheminot le 18.04.2018 07:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bientôt fini

    j'ai 55 ans, si tout va bien, dans 7 ans la retraite, je laisserais ma place à un jeune, si mon poste et repourvu, car au train où vont les choses, il faut toujours bosser plus avec moins de personnel, sans tenir compte de la vie des gens, les patrons, les gros je précise, ne pensent que, productivité, rentabilité, remplir les poches des actionnaires, les CEO, on en parle même pas !!

    • Vevey le 18.04.2018 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @un cheminot

      Ces pas seulement les grande entreprises qui font sa, je travaille dans une petit entreprise à Vevey bein mon patron na rien à faire de nous les employés, tous se qui lintéresse ses largent

    • Big Boss le 18.04.2018 12:30 Report dénoncer ce commentaire

      @Vevey

      change de patron, comme je dis à mes employés si tu n' es pas heureux ici, la porte est grande ouverte, tu donne ton congé et en prime je te libère même avant la fin du délais légal !

    • Kikou le 19.04.2018 22:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Big Boss

      C'est bien grasse à de pauvres ouvriers, que vous avez l'aire de maudire, qui vous permet d'être ce que vous êtes avec l'achat même indirecte de vos services. Le partage de la richesse entre l'état et les patrons CEO actionnaires et plus rien pour les ouvriers vous tombera dessus tôt ou tard. On va droit dans le mur et ça quand on a de l'argent on ne le remarque pas.

  • Moimeme le 18.04.2018 01:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bla-bla-bla

    Que des conneries moi qui a deux CFC quand je postulait on me retournait mon dossier en me disant vous êtes trop qualifiée pour notre entreprise. Cest à dire parce que tu as deux CFC sa coûte trop chère quand on peut avoir des frontaliers pour moitié prix. Cest sa leur système en suisse tu te fatigues a voir tes diplômes pour quils engagent des français . BRAVO

    • la claustrophobie le 18.04.2018 07:46 Report dénoncer ce commentaire

      en toute transparence

      Ils se disaient pas inquiets nos informaticiens à l'époque, certains s'attribuaient le titre "opérateur sur ordinateur" et, sans la formation continue, 90 d'entre eux se retrouvaient au chômage. Ils sont restés sur leurs DOS 3, dBase III+, Lotus 123... Sans la formation continue et sans la réorientation ou la reconversion professionnelle, un CFC ne vaut rien.

    • emploi santé le 18.04.2018 09:51 Report dénoncer ce commentaire

      fidélité, bravoure et intégrité

      Gentil employeur cherche employé intègre, honnête, stable, fiable et profitable. Travail de jour et de nuit, horaires irréguliers et variables, et heures supplémentaires sans compter. Ton avenir, tant que tu respires...

    • belle entreprise le 18.04.2018 11:44 Report dénoncer ce commentaire

      avantages sociaux - belle promesse

      Lorsqu'une belle entreprise, très respectable, embauche 10 employés, 7 de parmi eux quittent le travail pour toujours dans la même année car sans la vie familiale, sans les repas équilibrés et sans le repos quotidien, ils ne savent pas vivre. Il est peut-être temps de revoir vos conditions de travail avant la mort subite au boulot. Bonjour la belle entreprise, laquelle doit se reconnaître jusqu'à la maltraitance de ses retraités "pour une poignée de 70 francs volés"!

  • Tagada le 18.04.2018 00:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suite

    Baskim drôle de personnage qui ne donne pas le nom de sa société ???? Et qui emploie des gens qualifiés ??

    • Anti le 18.04.2018 13:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Tagada

      Sûrement pas...et probablement en faisant courrir des dangers à ses employés et je parle même pas des impayés à l'AVS.