Suisse

09 novembre 2013 16:43; Act: 09.11.2013 16:57 Print

Le Centre suisse de la rage saisi de deux cas

Deux personnes ont répondu à l'appel lancé vendredi par l'Office fédéral de la santé publique. Elles auraient été en contact avec un chaton infecté par cette maladie au Maroc.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Centre suisse de la rage à Berne a reçu un appel venant de la Suisse romande et un autre d'une Suissesse actuellement en Thaïlande, a indiqué à l'ats son directeur Reto Zanoni.

La première personne a indiqué avoir reçu deux chatons correspondant à la description de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) - un tigré et un blanc - dont elle ignore la provenance. Le vétérinaire cantonal va examiner les félins. En cas de soupçon de rage, les chatons seront euthanasiés.

Le deuxième appel est venu d'une Suissesse qui a caressé des chatons sur la plage mentionnée par l'OFSP à Casablanca. Elle séjourne actuellement en Thaïlande. Mais selon les informations qu'elle a fournies, il est exclu qu'elle ait été infectée, selon M. Zanoni.

Problème de l'importation illégale

«Ce cas illustre très bien le problème de l'importation illégale d'animaux», a poursuivi le porte-parole du Centre suisse de la rage. L'an dernier, le centre a examiné 74 animaux suspectés d'être porteurs de la rage. Aucun d'entre eux ne s'est toutefois révélé positif. Mais 19 des 31 chiens et un des sept chats passés en revue avaient été importés en Suisse sans autorisation.

La rage a officiellement été éradiquée en Suisse en 1998. Une personne est décédée des suites de cette maladie en 2012, un cas unique depuis 1977. La victime, un Américain, avait contracté la maladie lors d'un séjour à l'étranger.

L'OFSP a lancé un appel vendredi à la suite de la mort récente d'un chaton en France causée par la rage. L'animal avait été rapporté illégalement du Maroc. Deux autres petits chats issus peut-être de la même portée se seraient trouvés sur la plage d'Aïn Diab, à Casablanca, et auraient été approchés voire rapportés par un touriste suisse.

Selon l'OFSP, ces chatons étaient contagieux et étaient en mesure de transmettre la maladie soit par griffures, morsures ou contact de salive sur une plaie ouverte.

(ats)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch