Formation

03 janvier 2018 20:04; Act: 03.01.2018 21:34 Print

Le manque de pratique dans les HES pointé

Des représentants de l'économie et de la politique estiment que les Hautes écoles spécialisées doivent davantage collaborer entre elles et avec les entreprises.

storybild

Le comité critique notamment le manque de pratique des enseignants, ce que les HES réfutent. (Image d'illustration) (Photo: Keystone)

Une faute?

Les Hautes écoles spécialisées (HES) suisses doivent se rapprocher de la pratique. Sans cela, la formation d'ingénieur va perdre en qualité, ce qui à terme nuirait à la place économique helvétique, estime un comité de représentants de l'économie et de la politique.

Depuis plus de 20 ans, l'enseignement supérieur spécialisé est réglementé par une loi fédérale. Des représentants de l'économie et de la politique estiment que le système ne remplit plus sa vocation. Il n'est pas assez proche de la pratique et ne se différencie pas assez des universités et des Ecoles polytechniques fédérales (EPF), ont expliqué des membres du comité mercredi devant les médias à Berne. Ce manque de pratique se trouve en premier lieu chez les enseignants. Le nombre d'entre eux au bénéfice d'une expérience pratique a reculé en 20 ans, regrette le comité.

Cent signatures

De leur côté, les diplômés ont une formation plus faible, a remarqué Lorenz Zellweger, directeur et propriétaire du bureau de conseil d'ingénieurs du même nom. C'est pourquoi il a signé avec une centaine d'ingénieurs et de représentants de l'économie de toute la Suisse un «Appel au renforcement de la formation dans les Hautes écoles techniques spécialisées».

Pour le comité, la solution passe par une meilleure collaboration entre les HES. Et cela doit être accompagné d'échanges étroits avec les entreprises.

Sur le plan politique, la conseillère nationale Andrea Gmür-Schönenberger (PDC/LU) et le député cantonal bernois Samuel Krähenbühl (UDC) ont déposé des postulats dans leurs Parlements respectifs. Ils veulent renforcer la définition des HES et encourager le lien à la pratique.

Les exigences ont changé

De leur côté, les HES réfutent ces critiques. Plus de la moitié des enseignants sont encore actifs dans leur branche parallèlement à leur mandat dans les HES, affirme Crispino Bergamaschi, directeur de la HES Nordwestschweiz et président de la chambre les HES swissuniversities.

Par ailleurs, les exigences envers les ingénieurs ne sont plus les mêmes qu'il y a 30 ans. Aujourd'hui, il est important de maîtriser des outils numériques et de communiquer des résultats à un environnement international. Ces demandes proviennent des partenaires pratiques, souligne M. Bergamaschi.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Daniel pragmatique le 03.01.2018 21:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Expliquer ou faire?

    Enfin on en parle, et ce nest pas seulement valable pour les HES. La pratique qui est la base de toute formation bien assimilée et vécue,est mise a mal depuis la vague d academisation à outrance de tous les secteurs de l enseignement professionnel. Les personnes compétentes professionnellement sur le terrain sont dissuadées de s impliquer par le niveau d exigence requis en terme de formation pédagogiques. La qualité de la formation suisse devient gentiment un mythe, et on glisse vers le système Gaulois ou le savoir expliquer, supplante le savoir faire. Il y a bien entendu des exceptions.

  • Créature le 03.01.2018 20:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    XP

    Complètement d'accord concernant la HEdS de Fribourg, certains pofesseurs font vraiment peur à écouter !

  • summerhill le 03.01.2018 20:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    voila voila

    Je suis une travailleuse sociale HES, une enseignante HES. Tant que la formation continue n'est pas obligatoire dans mon domaine, on trouvera toujours ce genre de statistique. La formation de base est plus ou moins solide mais, une fois formé, pour rester compétent, il est nécessaire d'interroger sa pratique . Être ou non un professionnel cohérent et en phase avec son époque , cela reste encore une question peu débattue. malheureusement...

Les derniers commentaires

  • Robin Bois le 06.01.2018 18:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Efficace

    Revenir à la formation duale, cest simple et efficace !!!!

  • Riro le 04.01.2018 12:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Swiss made..... la blague!

    Faudrait aussi que les entreprises Suisses donnent la priorité à des stages d'étudiants formés en Suisse. C'est la collaboration industries/HES à développer. Quand vous voyez des services de grandes marques horlogères qui jouent à fond le "swiss made", mais qui emploient 80% de frontaliers et des stagiaires de Grenoble..... c'est du foutage de gueule.

  • Dan Kober le 04.01.2018 12:08 Report dénoncer ce commentaire

    HES éloignées de la pratique

    Je confirme que les HES (au moins la HES sociale) s'est tellement éloigné de la pratique. Un responsable de formation m'a affirmé qu'il est normale et nécessaire qu'une personne fraichement diplôme doit être encore formé sur le terrain pendant 2-3 ans... En tant qu'employeur dans le social, non, je n'adhère pas du tout à cette vision d'une école qui se veut équivalent à un niveau universitaire et qui accepte que des personnes fraichement diplômes ne soient pas aptes à assumer un rôle de professionnel! Le système HES c'est perdu dans les méandre de lintellectualisme et loin de la pratique!

  • Hes le 04.01.2018 11:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Yes

    Ce qui est drôle c est que en économie dentreprise à la HES, on a pas mal de cours basés sur la pratique avec beaucoup de dossiers, mais du coup beaucoup délèves (surtout des filles désolé..) se plaignent parce quelles peuvent pas étudier par cur et avoir une bonne note ^^ je pense que Le soucis et aussi dans les formations avant (Matu etc..) où les gens font que du par cur et une fois quils doivent réfléchir il ny a plus personne ..

  • Georges le 04.01.2018 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    Vrai !

    Formation de physiothérapie suivie à la HESSanté Lausanne entre 2004 et 2008. Je peux vous assurer que quand on se retrouvait en stage, nos 4h de pratique par semaine ne pesaient pas lourd pour traiter des patients ! Par contre, on savait faire de la recherche documentaire, ça oui ! L'académisation à outrance des HES depuis l'entrée en vigueur des bachelors a provoqué une grosse péjoration niveau pratique, nos maîtres de stage (et les collègues professionnels) nous le disaient