Suisse

06 octobre 2017 11:25; Act: 06.10.2017 22:19 Print

Les assureurs vont faire payer les clubs amateurs

Les associations de sport amateures doivent assurer leurs membres salariés contre les accidents. Mais les assureurs les refusent ou exigent des primes exorbitantes.

storybild

Les clubs amateurs doivent avoir des assurances accidents. Mais les assureurs n'en veulent pas, car jugés trop risqués. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les clubs de sport amateurs risquent de voir leurs charges grimper dans le sillage de l'annonce de la SUVA. La caisse d'assurance accidents a prévenu qu'elle n'allait plus couvrir les blessures des sportifs salariés dès 2018. Elle les considère désormais comme des accidents de loisirs.

Jusqu'à présent, la SUVA fermait généreusement les yeux et assurait à bien plaire les accidents déclarés lors de matches ou d'entraînements. Mais dorénavant, elle renvoie ces dossiers aux assurances privées que les clubs auraient dû normalement contracter, explique la Neue Zürcher Zeitung.

Avertissements aux clubs

Peu de clubs y ont souscrit bien que l'obligation existe depuis des années. La SUVA ne peut légalement plus assurer les sportifs amateurs salariés. Comme le résume Urs Dickerhof, président la fédération de football de Suisse centrale, cette décision va avoir de lourdes conséquences. «De nombreuses associations sportives ignoraient qu'elles devaient assurer leurs membres et leur personnel si ceux-ci gagnaient plus de 2300 francs par an.»

Les rappels à l'ordre se multiplient dans les clubs en cette fin d'année, qui se voient pressés de régulariser leur situation. Le problème est plus aigu dans les ligues inférieures, même si certaines équipes de catégorie supérieure préféraient investir leurs primes d'assurances ailleurs.

De lourdes factures

Les associations sportives jouent gros en cas de contrôle. Comme le rappelle Urs Dickerhof, sa fédération a dû payer 35'000 francs en 2016 et un club a dû régler 25'000 francs de primes. Ces sommes correspondaient à des arriérés sur cinq ans.

Même les associations en règle ont vu leurs factures grimper. Comme le FC Baden, qui a vu ses primes s'envoler après une série de blessures ces dernières années. Les sports de balle sont en effet considérés comme des activités à risques avec un taux élevé d'accidents et des blessures à forts coûts.

Les assureurs disent «non»

Dans ces conditions, les assureurs privés renâclent à couvrir des footballeurs, des hockeyeurs ou encore des handballeurs. Une situation d'autant plus frustrante pour la Fédération Suisse de Hockey qui ne s'est pas laissée surprendre, elle qui a déjà averti ses affiliés en mars 2016.

«Nous avons demandé au représentant d'une assurance qui nous soutient comme sponsor. Sa direction lui a intimé l'ordre de ne pas s'en occuper», a confirmé Walter Widmer, membre de la président du BSV Stans, club de handball de ligue nationale B.

Les fédérations sportives ont toutefois une porte de sortie. Après trois refus, elles peuvent se tourner vers la caisse supplétive de l'Assurance accidents obligatoire (LAA). Cette dernière est une fondation des assureurs privés, qui peut attribuer à un assureur les clubs qui ont pas réussi à faire assurer leurs membres.

(smk/nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Quillet le 06.10.2017 12:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les assurances

    Bizarrement les assurances ne veulent pas assurer ... elles nous servent à quoi ces assurances ???? ah oui elles servent à nous pomper notre argent pour les primes maladies là où elles gagnent beaucoup d'argent

  • Fifouille le 06.10.2017 12:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Alors baissés de primes

    Je me pose la question, vu que la SUVA ne prendra plus en charge les footballeurs de petites ligues début 2018, va-t-elle descendre aussi ses primes mensuels pour les assurés? J'ouvre les paris et perso 200% sûr qu'elles resteront pareils voir même une légère augmentation.

  • Neonic le 06.10.2017 12:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sale coût

    Ça pourra en choquer certains, mais ce n'est pas dénué de logique statistique. La même chose devrait se faire par le biais d'une taxe pour les abonnements de ski. Puis il sera temps de s'attaquer pour de vrai aux coûts des soins, la face immergé de l'iceberg.

Les derniers commentaires

  • luc le 06.10.2017 18:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    juste prix

    Pour moi, la Suva devrait mettre une case sport et chaque patron devait aussi demander à l'employé si il fait du sport. Puis la Suva devrait couvrir cette case avec une franchise ou un supplément sur la prime sans franchise.

  • Marie-Jo le 06.10.2017 17:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi pas

    Je n'y vois aucun inconvénient,

  • Toujours le 06.10.2017 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    Marre

    Les gens se plaingnent que les assurances sont trop chères, que ceci que celà, mais ne font rien pour faire baisser la note. Pire encore, ils font des sports à fort taux d'accident. Un moment donné, faut penser aux conséquences, et ce n'est pas aux autre de toujours payer pour les prises de risques de certains.

  • Assurance le 06.10.2017 17:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...

    Les gens parlent et écrivent sans rien comprendre...!!! les accidents seront assurés et pris en charge, mais plus par la Suva mais par des assurances privées (à choix) et verseront exactement les mêmes prestations vu qu'il s'agit de la loi sur l'assurance-accidents...! ça devient pénible de lire des commentaires de personnes qui croient tout savoir...

    • Jean Dubois le 07.10.2017 06:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Assurance

      L'article dit le contraire: luttes assurances privées refusent d'assurer.

  • Marc le 06.10.2017 17:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Taxes

    Taxer les clubs, pourquoi pas, pourquoi ne pas taxer également les clubs de tennis, ping-pong, volley etc, j'aimerai bien savoir où ira cet argent et de quelle façon il sera utilise, aux journalistes fouineurs de nous le dire, qu' ils passent une semaine au CHUV à Lausanne et qu' ils fassent un article au sujet des dépenses inutiles....

    • Rastaquère le 07.10.2017 18:01 Report dénoncer ce commentaire

      Allez voir un match ligues inférieures

      Au foot , c'est le joueur qui blesse volontairement son adversaire qui devrait payer la facture, plus amende pour lésions corporelles. Au tennis, ping-pong, volley les joueurs sont séparés par un filet. Une balle de ping-pong fait moins mal qu'un coup de pied dans les tibias.