Suisse

12 janvier 2018 13:40; Act: 12.01.2018 14:09 Print

Les médias régionaux n'ont pas de plan B

Une bonne partie des radios et TV régionales risquent de disparaître si l'initiative «No Billag» est acceptée.

Sur ce sujet
Une faute?

Couverture d'élections communales, événements sportifs locaux, expositions villageoises: ces offres sont directement menacées par l'initiative «No Billag», ont clamé vendredi les radios et TV régionales. Le public doit en être conscient avant d'aller voter le 4 mars.

Plus d'un million d'auditeurs écoutent chaque jour une radio locale. On compte autant de téléspectateurs curieux de l'actualité près de chez eux. En cas d'acceptation de «No Billag», une grande partie de ce public serait privée de ces prestations. Les représentants des radios et TV locales ont exposé à la presse à Berne des exemples concrets.

En Suisse romande, si l'initiative passe, «seules quatre radios régionales continueront d'être exploitées au lieu des douze actuelles et des cinq chaînes TV. Partout ailleurs, ce sera la fin des programmes», a illustré Philippe Zahno, président des Radios Régionales Romandes (RRR).

La télévision régionale de la Suisse orientale, TVO, devrait couper par deux son effectif de 30 pleins temps, a imagé André Moesch président de TELESUISSE. Impossible dans ces conditions d'assurer le mandat de service public qui exige une couverture de l'actualité régionale.

Vaste impact

Plus une région est périphérique, plus elle est dépendante de la redevance, poursuit Philippe Zahno. Le Tessin et les Grisons seront directement concernés. La fin de la redevance ne menace pas seulement les émetteurs, mais aussi les langues minoritaires ainsi que l'économie qui profite des stations implantées dans le tissu local pour placer des annonces.

Les radios et TV locales hors agglomération ne tirent que 50% de leurs recettes du marché publicitaire. Il est illusoire de croire qu'elles pourront augmenter leurs rentrées d'argent dans ce domaine. Seules les stations basées dans les grandes villes comme Lausanne et Genève pourront survivre. Actuellement, TeleZüri est l'unique TV exploitée sans la redevance.

Les représentants des émetteurs locaux ne croient pas non plus au «plan B» des initiants qui prônent un système d'abonnement. L'exemple de Canal 9 en Valais est parlant: de 1984 à 2014, les ménages ont payé 36 francs par an via la facture d'électricité et de raccordement au câble pour deux heures d'émission par jour. Les rentrées se montaient entre 1,8 et 2,5 millions de francs par an.

En 2015, ce système a été abandonné pour passer à un système d'abonnement. A peine 8000 ménages sur 143'000 ont payé et les rentrées ont chuté à 300'000 francs par an. Résultat, la chaîne s'est séparée de cinq collaborateurs, a fermé son bureau à Martigny et a réduit son émission à une heure quotidienne.

Dès l'an prochain

D'autres systèmes par cartes de paiement dans le Jura n'ont pas non plus fonctionné. Il est tout autant illusoire de compter sur les cantons pour remplacer la redevance. Cette option n'est «pas réaliste pour des raisons juridiques, politiques et financières», ont fait savoir les cantons.

Pour les représentants des radios et TV locales, l'initiative émane de personnes qui n'ont aucune idée du fonctionnement des médias locaux. En cas de oui, le démantèlement suivrait très rapidement, soit dès le 1er janvier 2019, a martelé Philippe Zahno.

Bien décidés à rejeter cette initiative «destructrice, radicale et anti-suisse», les radios et TV locales n'en veulent pas moins demander des comptes à la SSR. «Le 5 mars, nous voulons reprendre les discussions», a lancé André Moesch. La SSR doit se concentrer sur le niveau national et laisser aux émetteurs de proximité l'actualité régionale. «Nous voulons une vraie complémentarité.»

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Morningstar le 12.01.2018 15:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi non plus

    Je crois que les gens ont compris qu'il y a pas de plan B. Mon porte monnaie non plus n'a pas de plan B.

  • boubou le 12.01.2018 14:22 Report dénoncer ce commentaire

    Oui a nos Billag

    Et on continu de jouer avec la peur des gens.....

  • John Muller le 12.01.2018 14:21 Report dénoncer ce commentaire

    Ironie

    L'ironie c'est quand les médias luttent pour la redevance par une propagande délirante alors même qu'on veux la supprimer A CAUSE de la propagande...

Les derniers commentaires

  • Pierre C. le 14.01.2018 10:58 Report dénoncer ce commentaire

    Les Patriotes disent NON à nobillag

    Les Alémaniques paient plus quils ne reçoivent. Le produit de la redevance pour la SSR (environ 1,2 milliard) nest pas partagé proportionnellement au nombre dhabitants. La Suisse alémanique, qui récolte 885 millions de francs, nen touche en retour que 525. Elle reverse le solde aux Romands, aux Tessinois et aux Romanches. La Suisse romande fournit ainsi 280 millions, mais en touche 400. Voilà ce à quoi veulent mettre fin les initiateurs. Ce modèle de péréquation et de soutien aux régions périphériques et minoritaires est le coeur de ce qui a fait et fait la Suisse.

    • Jean-Marc le 15.01.2018 10:57 Report dénoncer ce commentaire

      @Pierre C.

      La Suisse, comme tous les autres pays, est faite d'un territoire et des lois qui gouvernent les relations entre les individus à l'intérieur des ses frontières! La SSR en est certainement une expression, mais tout réduire à elle serait très simpliste pour résumer notre pays!

  • Thierry morges le 13.01.2018 18:15 Report dénoncer ce commentaire

    Liberté

    J'ai l'impression d'être en France quand ça touche les médias on hésite pas à nous faire un matraquage du cerveau aussi bien journaux que télé

  • JonS le 13.01.2018 10:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vivre avec son temps

    Que ceux qui sont contre l'initiative continue de financer leur tv nationales et ou paient même plus si ça leur fait plaisir. Mais laissez les autres choisir de payer ou pas afin de consommer en fonction de leurs goûts personnels ! la liberté de choix c'est ce qui différencie la democratie de la dictature... Bon sang, on est en 2018 et plus en 1970!, certains devaient voir que les habitudes de consommation ont changé. On regarde YouTube, Netflix des Webradio, Spotify des sites d'infos online Prime Vidéo etc... Le plan B n'est pas mon problème en tant que consomateur payeur qui se fait pigeonnier depuis toujours. Laissez nous faire nos choix, librement, nous y avons droit ! stop à cette arnaque de Billag... J'irais voter un gros OUI

    • Guillaume Télé le 13.01.2018 12:08 Report dénoncer ce commentaire

      @Jons

      Avec votre logique les gens choisiraient de ne pas à aller à l'école obligatoire. Belle liberté ! L'information est un bien commun, notre société se bâtit sur sa culture !

    • rottie_rob le 13.01.2018 16:23 Report dénoncer ce commentaire

      pas que

      @guillaume télé : aucun rapport votre argument concernant l'école obligatoire. Et, je constate en ce moment, que l'information n'est pas si neutre. Je rajouterais qu'une société se construit sur plein de chose, dont la culture. Mais pas que. Je suis pour une redevance, mais je trouve les arguments avancés assez malhonnête.

    • Patrick Martin le 13.01.2018 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @JonS

      Et tout le monde doit s'abonner à un fournisseur (Swisscom TV, câblecom, ...) pour avoir plusieurs chaînes TV. Sinon, on a droit qu'aux 3 chaînes Nationales. En France, sans abonnement, on peut réceptionner au min. une vingtaine de chaînes et en français. Moi, je regarde les films et séries sur Neflix et je paie, comme je paie pour avoir d'autres chaînes en français. La RTS, je ne regarde pas. Alors pourquoi je devrait payer? Même pas pour le téléjournal, car il n'y a pas grand chose sur la Suisse, il y plus d'information sur l'étranger. Don plus intéressant de regarder sur une chaîne française. Pour la Suisse, il y a plus d'informations dans le 20 min et Le Matin qu'à la TV.

  • Frank Schaefer le 13.01.2018 09:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le bien fini par l'emporter

    Tous ces gamins qui croient encore au père noël ça fait peur. J'espère pas que dans un futur proche on soit dirigé par ce genre de personne comme le noBillag qui a des réflexions au niveau de son porte-monnaie poussiéreux pour qui tout doit être gratuit. Heureusement que la majorité à encore la tête sur les épaules, donc ça ne passera pas.

    • Bruno le 13.01.2018 10:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frank Schaefer

      Parole de quelquun qui a le porte monnaie plain et qui en a rien à faire du petit peuple. Ça fait peur dêtre diriger par des personnes comme vous!

    • Frank Schaefer le 13.01.2018 11:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bruno

      Eh non, je fai partie de la classe moyenne inférieur. Mais ça ne m'empêche pas de réfléchir.

    • Bruno le 13.01.2018 12:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frank Schaefer

      De réfléchir et de toucher des aides qui elle aussi vienne du peuple? Toujours plus facile de réfléchir avec largent des autres. Un truc de la gauche me trompe?

    • Frank Schaefer le 13.01.2018 12:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bruno

      Eh non, je suis du centre droite, et je paye toutes mes factures. Mais par contre je ne me paie pas des choses superficielles et inutiles comme la plupart de ceux qui se plaignent.

    • Bruno le 13.01.2018 12:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frank Schaefer

      Libre à chacun de choisir ce quil trouve utile ou inutile. Ce qui lest pour vous ne lest pas pas forcément pour dautre. Et dans un pays avec une démocratie direct tout le monde a sont mot à dire.

    • Frank Schaefer le 13.01.2018 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bruno

      Tout à fait d'accord, mais venez pas pleurnicher pour un montant de 33 frs par mois pour cette redevance, c'est totalement ridicule.

    • Frank Schaefer le 13.01.2018 13:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bruno

      Je rectifie, 37 frs par mois!

    • Bruno le 13.01.2018 13:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frank Schaefer

      Pas si daccord que ça vu que je doit payé 33frs par moi pour votre loisir à vous. En feriez vous de même pour le mien?

    • Frank Schaefer le 13.01.2018 15:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bruno

      C'est un raisonnement d'égoïste! Vous seriez content si un jour votre assurance maladie vous dit on arrête tout, et vous payez vous même ce que vous consommez?

    • Bruno le 13.01.2018 17:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frank Schaefer

      Ont parle loisir et pas santé. Et quelle belle exemple que LAMal. Véritable bombe à retardement social.

    • Max Muller le 13.01.2018 18:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frank Schaefer

      Je paie Swisscom TV et Netflix pour pouvoir regarder la TV. Pourquoi encore payer Billag? Personne ne me paie mes autres abonnements.

  • Citoyenne le 13.01.2018 08:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La peur

    Quand les partis ont peur dune initiative, ils cherchent a nous faire peur . Si Billag disparait, on trouvera une meilleure solution. On a toujours ete capable de trouver une autre solution..

    • Frank Schaefer le 13.01.2018 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Citoyenne

      Celui qui a peur c'est celui qui réfléchit, celui qui n'a pas peur c'est le téméraire, et le téméraire est dangereux puisqu'il ne réfléchit pas.

    • Jimmy le 13.01.2018 09:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Citoyenne

      C'est clair que tu en a une...

    • Jean naimarre le 13.01.2018 11:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Citoyenne

      C'est qui "on" ? Certainement pas vous. C'est trop facile de détruire et de dire "y'a qu'à trouver une meilleure solution". Pourquoi ne pas proposer ces fameuses meilleures solutions avant de tout foutre en l'air ? Je pense que le grande majorité des pro-initiative sont en train de jouer avec le feu et de se faire empapaouter par les initiants qui se frottent les mains en pensant au pognon qu'il vont se faire si l'initiative est acceptée. Ils prônent le libre choix d'engraisser des sociétés privées avec des actionnaires gourmands. Si vous n'avez pas compris ça, on n'est pas sorti de l'auberge.