Suisse

06 avril 2018 16:10; Act: 06.04.2018 16:10 Print

«Si vous n'avez pas de solution, je vais me tuer»

Depuis 2011, le nombre de jeunes ayant des pensées suicidaires et qui composent le numéro d'urgence 147 a quasi triplé. Pro Juventute explique pourquoi.

storybild

(Photo: Tommaso79)

Sur ce sujet
Une faute?

L'appel à l'aide vient d'un adolescent de 15 ans: «Je ne veux plus continuer à vivre comme ça dans ma famille. Mon père est un avorton de m***. Aidez-moi.» Il menace: «Si vous n'avez pas de solution pour moi, je vais me tuer.»

Tous les jours, près de 350 enfants et adolescents appellent le 147, un numéro d'urgence de Pro Juventute. L'an dernier, 5% des jeunes ont cherché de l'aide par rapport à la thématique du suicide ou alors parce qu'ils avaient eux-mêmes des pensées suicidaires. En 2011, ce pourcentage ne s'élevait qu'à 1,5%.

«Les jeunes en crise cherchent des solutions»

Selon Pro Juventute, cette hausse s'explique notamment par le fait que la pression et le surménage ne touchent plus seulement les adultes mais également les enfants et les ados. La fondation estime cependant que la hausse d'appels n'est pas uniquement négative: «Cela montre que les jeunes en crise cherchent des solutions», explique Thomas Brunner, en charge de la section conseil et soutien.

Dans la plupart des cas, note-t-il, les collaborateurs parviennent à stabiliser les jeunes. Mais dans environ 50 cas par année, une simple discussion ne suffit pas. «Nous devons alors contacter des organismes de secours. Dans ces cas, les conseillers restent au téléphone avec la personne concernée jusqu'à l'arrivée des secours.»

Chat avec des conseillers ados

Afin d'être encore davantage à l'écoute, Pro Juventute proposera dès le 9 avril, tous les lundis soir entre 19h et 22h, un chat avec des conseillers adolescents. Ceux-ci peuvent, en cas de besoin, contacter des professionnels.

(baz/ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Olivier le 06.04.2018 16:36 Report dénoncer ce commentaire

    Pas étonnant

    Pas étonnant, c'est une sale époque pour être jeune. Entre le coût de la vie qui explose, la pénurie de logements, les exigences professionnelles qui crèvent le plafond, l'absence d'apprentissages et de formations cohérentes et la concurrence extra-terriotoriale et transfrontalière (et oui, ça touche tout le monde y compris les jeunes) je peu comprendre pourquoi certains finissent par broyer du noir. Et ça, c'est uniquement les problèmes "locaux", je pourrais aussi en caler une tartine sur les réseaux sociaux et tutti quanti.

  • Julie le 06.04.2018 16:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suisse de précarité

    y a pas que les ados...jeunes en fin d'études universitaires aussi. pas de chômage en dessous de 25 ans...et pas de débouchés. Déjà 24 mois de recherche éperdue sans rien. Quel avenir ? ??

  • Bachi-bouzouk le 06.04.2018 16:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suisse, pays où il y a le plus de suicide

    Aller savoir pourquoi hein...

Les derniers commentaires

  • jeeel le 07.04.2018 15:19 Report dénoncer ce commentaire

    2è essais après censure

    je disais donc: d'une manière générale dans les com, il est plutôt mis en évidence les problèmes d'argent, de travail, la pression des études, le contexte familial... c'est pas faux, mais que dire du d..x Argent et de ses affidés, les .ieux Moi, Amusement, Envie, Consommation, qui exercent une pression constante et auxquels on sacrifie aveuglément. que laissent-ils, lorsque les yeux s'ouvrent ? le vide, le vide de l'âme. une course effrénée après ce vide, personne vers qui se tourner, chacun obsédé par son propre Moi. il y a bien une porte de sortie -autre que le suicide- ouvrez la Bib.

  • Machoman le 07.04.2018 14:53 Report dénoncer ce commentaire

    Société sexiste

    Ce que l'article et les commentaires ne disent pas est que la majorité des suicides concernent des jeunes hommes car cette société favorise les femmes. Si elles ne font pas l'armée, elles ne paient pas de taxes, elles peuvent partir à la retraire une année avant les hommes, elles touchent une rente de veuve en cas de décès de leur mari (pas l'inverse quand l'épouse meurt); en cas de divorce, elles ont automatiquement la garde des enfants : l'ex-mari lui n'est bon qu'à payer les pensions alimentaires et ne peut souvent pas voir ses propres enfants.

  • Pierre-Robin le 07.04.2018 10:55 Report dénoncer ce commentaire

    Accepter de l'aide

    J'ai eu de très gros problèmes perso de 15 à 18 ans. J'ai été mis en clinique spécialisée. Car tenter de me suicider. Après, j'ai repris mes études dans une école privée française. Exceptionnellement j'étais en chambre avec une camarade (Marie-Hélène). Elle est vite devenue une amie proche. Habitant à côté de l'école, avec la permission de ses parents, j'ai pu passer tout les weekend chez elle durant nos études. Elle m'a juste fait remonter la pente. Études réussies, nous nous sommes mariés. C'était une évidence. Maintenant on est profs. Merci à mes parents, à ses parents et à Marie-Hélène.

    • Cool le 07.04.2018 11:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pierre-Robin

      C'est une belle histoire comme j'aimerais en lire plus souvent. Tout le meilleur pour la suite.

    • Amédée Prougnard le 07.04.2018 12:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pierre-Robin

      Belle histoire, mais preuve que vous n êtes pas totalement guéri, vous avez fait prof. Je compatis.

    • Marie-Hélène le 07.04.2018 15:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pierre-Robin

      Mon Pierre-Robin, Que de chemin parcouru depuis notre première rencontre à l'école. Tu étais comme tu étais. Nous étions presque à l'opposé. Toi tu sortais du monde marginal et moi, issue du monde bourgeois. Tu t'es vite aperçu que tu n'étais pas dans le style de l'établissement. Du coup malgré que nous avions le même âge, je t'ai donné des cours de bonnes manières. Politesse, respect, courtoisie, honnêteté, ... . Je t'ai réappris le vrai partage et la générosité. Et je t'ai aidé à sortir définitivement de l'alcool. Tu as fait un chemin exemplaire. Lorsque tu étais sorti de tout cela et redevenu un homme, tu t'es aperçu de la chance que tu avais de m'avoir à tes côtés. Si je n'ai pas baissé les bras et que je t'ai emmené avec moi chaque weekend, c'est qu'au début, notre amitié était précieuse. Par la suite, après ton combat, je me suis aussi aperçu de l'amour véritable que je portais pour toi. Aujourd'hui, je sais pourquoi je l'ai fait. Je t'aime très très fort, Pierre-Robin. Ta Marie-Hélène

  • dave le 07.04.2018 10:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cqfd

    la raison numéro 1, c'est le JUGEMENT ! il faut mettre les gens dans des cases, si tu dépasses tu es mobé, et le grand malheur c'est qu'après une enfance surprotégée à l'abri du cocon familial, surgit le monde réel où chaque fait peut être relayé sur les réseaux. Aussi, il ne faut pas oublier les suicides très nombreux des personnes qui se questionnent sur leur identité de genre.

  • roro le 07.04.2018 10:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    solution

    la vie à 15 - 16 ans difficile, tous réagissons d'une manière différente suivant la famille. Mais ceux qui se renforce à cette âge seront fort toute leur vie. Alors profiter des mauvais passage en un tremplin pour votre futur les jeunes, courage je sais de quoi je parle.

    • S.W le 07.04.2018 11:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @roro

      Raison de plus pour les jeunes de ce dire et ce mettre dans la tête que ce ne sont pas les autres qui font leurs vie et qu'ils doivent ce fier à des personnes de confience qui ont une bonne moral, dans la vie on ne peut pas tout avoir et ce n'est qu'avec la patience que tout ce paye. Protégez-vous et laisser l'orage passer, changez et évitez les mauvaises fréquentations changez (améliorez) vos habitudes, vous serez plus fort et ce sera que mieux pour votre avenir. Peine de cur? Oui vous y'avez cru ça fait mal. Adoptez un être vivant qui n'est pas là pour vous juger ou vous critiquer, vous connaitrez le véritable amour dans ce petit monde. Acceptez les critiques dans un sens c'est grandir évoluer. Les personnes qui vous veulent du mal sont des frustré des jaloux de votre façon d'être et de votre savoir être ne soyez pas mauvais à votre tour envers les autres, c'est vous mener en erreur dans votre sens. Sur ce... on a qu'une vie elle est faite pour vivre.