Lugano (TI)

14 juin 2017 20:00; Act: 14.06.2017 20:00 Print

Les toilettes de la gare servent de local d'injection

Les toxicomanes ont investi la nouvelle station de train. CFF et usagers des transports publics s'inquiètent.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un évier tacheté de sang, des seringues et autres restes gisant sur le sol: la situation est devenue de plus en plus fréquente. Les toilettes publiques de la gare CFF de Lugano sont visiblement devenues un point de rencontre incontournable pour les consommateurs de drogue.

Fréquentation de toxicomanes en hausse

Cette information de «20 Minuti» a été confirmée par la direction de l'ex-régie fédérale. «Depuis l'inauguration de la nouvelle gare, il y a en effet malheureusement eu plusieurs incidents», reconnaît le porte-parole des CFF Patrick Walser. Par exemple, celui vécu par un lecteur il y a quelques jours (voir photos). Les plaintes ne manquent pas du côté des utilisateurs. «Ma fille est allée aux toilettes, elle en est revenue très effrayée», raconte une mère au journal.

«Le nombre de cas a en effet augmenté, poursuit Patrick Walser. Nous avons signalé le problème aux autorités compétentes.» Mais les CFF n'ont pas les capacités suffisantes pour placer du personnel de sécurité en permanence aux toilettes. «Celles-ci sont déjà nettoyées de toute façon plusieurs fois par jour.»

Créer un local d'injection

Un député communal écologiste a plusieurs fois tenté d'empoigner le sujet, mais en vain. Gerry Beretta Piccoli estime que la situation est due à la proximité de nombreuses voies de passage. Selon lui, l'afflux de touristes peut également avoir contribué au phénomène.

La solution est à trouver du côté des locaux d'injection médicalisés, juge l'élu, qui prend pour exemple Genève ou encore Zurich. Lausanne a récemment décidé de créer son propre lieu. «Il faut créer des zones appropriées à la consommation de certaines substances, qui est en hausse, comme la méthadone ou l'héroïne, précise-t-il. Sinon, c'est juste cacher la poussière sous le tapis.»

(rmf)