Santé

14 juin 2018 22:13; Act: 14.06.2018 22:15 Print

Moins d’IVG grâce à la pilule du lendemain

par Pauline Rumpf - Un meilleur accès à la contraception, une bonne prévention et la volonté d’avoir des enfants plus tard fait décroître le nombre d’avortements.

storybild

(Photo: Keystone/Gaetan Bally)

Sur ce sujet
Une faute?

Lors de la légalisation de l’IVG (interruption volontaire de grossesse), il y a tout juste quinze ans, la crainte était de voir ce geste se banaliser. Aujour­d'hui, la Suisse connaît un des taux d’avortement les plus bas d’Europe, et les chiffres publiés jeudi par l'Office fédéral de la statistique montrent que la baisse est constante depuis plus de cinq ans.

«Un des facteurs les plus importants pour l’expliquer est la démocratisation de la ­pilule du lendemain, ou pilule d’urgence, explique Eliane Perrin, sociologue spécialiste des IVG. Elle est disponible, bon marché et discrète, ce qui limite bien sûr le nombre de grossesses non désirées.»

Une meilleure prévention des maladies sexuellement transmissibles et l’éducation sexuelle dispensée à l’école ont aussi joué, estime la chercheuse. Des facteurs sociaux entrent aussi en jeu, mais les études sont souvent contradictoires.

Avoir des enfants plus tard a aussi un impact

Les jeunes ont-ils moins de rapports qu’avant? La situation économique du pays a-t-elle un impact? Difficile de tirer des liens. Ce qui est sûr: la tendance à avoir des enfants toujours plus tard joue un rôle, selon Eliane Perrin: «Plus les années passent, plus la fertilité des femmes diminue, donc leurs chances d’être enceinte.» Et de rappeler que les femmes qui procèdent à une IVG ont pour la plupart déjà un enfant, ou disent en vouloir un ou plusieurs.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Abc le 14.06.2018 22:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    IST et non MST. Pilule durgence et non du lendemai

    Cela fait des années que les spécialistes de la santé sexuelle ne parlent plus de MST mais dIST. Les IST peuvent souvent être asymptomatiques et la personne porteuse peut infecter son, sa ou ses partenaires. Parler de maladie laisse penser que si on va bien, tout va bien. Et cen nest en aucun cas une garantie. Et bannissez lappellation « pilule du lendemain » et utilisez le terme pilule durgence puisquelle est efficace jusquà 72h pour un type de pilule. Et jusquà 120h pour un autre. Toutefois, plus vite lune ou lautre sont prises, plus elles sont efficaces.

  • dave le 14.06.2018 22:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le retard suisse

    euh.... comment ça, il y a 15 ans? L'avortement était interdit en 2002??? sérieux ???

  • san la le 15.06.2018 00:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les soldes ne sont pas pour tout le monde

    bon marché la pilule du lendemain? 50.00 c'est une honte et même parlons des tampons et tout le reste... je paie plus de 50.00 par mois pour juste parce que je suis née avec un vagin....

Les derniers commentaires

  • M. le 15.06.2018 16:39 Report dénoncer ce commentaire

    Une pillule pour tout !

    La pillule du lendemain c'est quand même une immense insulte envers le créateur que ce soit la nature ou quelqu'un c'est pareil. Je trouve ça irrespecteux faut assumer dans la vie mais aujourd'hui on s'est eloigner de la réalité on vit vraiment dans un monde de m...

    • Drzz le 15.06.2018 21:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @M.

      La branlette aussi c'est une insulte envers le créateur?

  • Guillaume Tell le 15.06.2018 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    La pilule du lendemain reste un meurtre

    Tout comme l'avortement. Il y a destruction d'un être humain dans les deux cas.

    • Sonor le 15.06.2018 17:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Guillaume Tell

      Tant mieux

    • Drzz le 15.06.2018 21:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Guillaume Tell

      Si une femme de votre entourage se fait violer vous allez raisonner pareil si elle prend la pilule du lendemain?

  • yep le 15.06.2018 12:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    heuu

    quoi??? vous voulez dire que on paye des avortements via l assurances maladie alors que cette infection peut facilement être soignee avec la pilules du lendemain ou evitee avec la contraception?? vous avez pas l impression de vous faire entuber par Hazard les payeurs? deja que vous proclamez que les chômeurs sont chômeur par leurs fautes et la vous dites rien?

  • input le 15.06.2018 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    pilules durgence: effet abortif

    Toutes les pilules durgence peuvent avoir un effet anti-nidation, donc même après la fécondation de lovule. Si lon croit que la vie commence avec la conception (et la science en fait preuve), on peut bien parler dun effet potentiellement abortif de ces pilules. Alors, si le nombre davortements en Suisse diminue « grâce » à une augmentation de lutilisation des pilules durgence, il sagit dune sorte de dissimulation

  • Nenette le 15.06.2018 11:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas un scoop

    "Moins d'IVG grâce à la pilule du lendemain", je ne trouve pas que ce soit une bonne nouvelle, car l'un dans l'autre... "Moins d'IVG et de pilule du lendemain grâce aux divers moyens de contraception et technologies modernes", là ce serait un scoop et une victoire.