Immigration

17 avril 2018 11:59; Act: 17.04.2018 12:32 Print

Moins de demandes d'asile en Suisse

Les requêtes enregistrées pour demander l'asile en Suisse ont reculé de 14% au premier trimestre.

storybild

Une chambre dans un centre de requérants au Tessin. (Photo: Keystone/archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Quelques 4051 demandes ont été enregistrées au premier trimestre. Et durant le mois de mars, 1281 requêtes ont été enregistrées, en diminution de 22% par rapport à mars 2017, a indiqué mardi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Malgré la baisse des demandes durant les trois premiers mois de l'année, l'évolution de la situation dans les régions en conflit et sur les routes migratoires reste incertaine, nuance toutefois le SEM. Ces dernières années, la migration vers l'Europe a nettement augmenté au printemps et en été.

En mars, les principaux pays de provenance des requérants d'asile arrivés en Suisse ont été l'Érythrée (284 demandes/-26), la Syrie (107/ 4), la Géorgie (95/ 33), l'Afghanistan (80/-20), le Nigéria (55/ 1) et la Turquie (55/-4).

Pendant le même mois, le SEM a traité 2238 demandes d'asile en première instance.

Parmi elles, 465 ont abouti à une décision de non-entrée en matière (dont 421 sur la base de l'accord de Dublin), 512 à l'octroi de l'asile et 676 à l'admission provisoire. Le nombre de cas en suspens en première instance s'élève à 18'369; il a baissé de 810 unités par rapport au mois précédent.

Toujours en mars, 529 personnes ont quitté la Suisse sous le contrôle des autorités ou ont été rapatriées. La Confédération a demandé la prise en charge de 675 requérants à d'autres Etats Dublin, et 158 ont été transférés dans l'Etat compétent. La Suisse a quant à elle reçu 521 demandes de prise en charge émanant d'autres Etats Dublin, et 96 personnes ont été transférées dans le pays.

Programme de relocalisation

S'agissant du programme de relocalisation mis en place par l'Union européenne (UE), la contribution de la Suisse est arrivée à son terme. Au total, le pays a accueilli, depuis septembre 2015, 1500 demandeurs d'asile en provenance de Grèce et d'Italie, deux pays soumis à une forte pression migratoire. En mars, 7 personnes sont encore venues en Suisse en provenance de Grèce ou d'Italie.

La relocalisation consiste à transférer vers un autre Etat européen des requérants d'asile déjà enregistrés en Italie ou en Grèce, deux Etats Dublin confrontés à de nombreuses demandes à la frontière extérieure de l'espace Schengen.

Enfin, toujours durant le mois de mars, 74 personnes sont arrivées en Suisse dans le cadre du programme de réinstallation du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), indique le SEM. Le Conseil fédéral a décidé, en décembre 2016, d'admettre en l'espace de deux ans un contingent de 2000 victimes du conflit syrien.

Fin mars, 729 personnes avaient été accueillies en Suisse. Ce programme s'adresse à des personnes particulièrement vulnérables qui se trouvent en Syrie et dans les pays voisins, auxquelles le HCR a reconnu le statut de réfugié.

(nxp/ats)