Votations du 10 juin

10 juin 2018 11:49; Act: 10.06.2018 16:06 Print

L'initiative «Monnaie pleine» balayée

Avec ce texte, les initiants voulaient confier l’intégralité de la création de monnaie à la Banque nationale suisse. L'initiative ne recueille que 24,3% d'avis favorables.

Sur ce sujet
Une faute?

La Banque nationale n'aura pas le monopole de la création d'argent. Les Suisses ont balayé dimanche l'initiative dite «Monnaie pleine» à 75,7 %. Aucun canton n'a accepté ce texte.

L'éventualité d'une nouvelle crise financière et ses conséquences étaient en toile de fond du débat. L'initiative «Pour une monnaie à l'abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale!» affirmait pouvoir mieux lutter contre les bulles financières et les faillites bancaires.

Les comptes en banque seraient aussi sûrs que des espèces dans un coffre-fort. Et l'Etat n'aurait plus à sauver des banques à coups de milliards versés par les contribuables. Durant la campagne, seule une petite partie du monde politique, essentiellement dans les rangs roses-verts, a été séduite par ces promesses.

Pour Jean-Marc Heim, coordinateur romand de l’objet «l’initiative a fait prendre conscience à une grande partie de la population les faiblesses du système actuel».

«Bon» résultat à Genève

L'initiative a reçu quelques soutiens d'estime. A Genève, où le PS et les Verts appelaient à voter «oui», Monnaie pleine n'a été refusée que par 59,7% des votants. Le coordinateur de la campagne romande Jean-Marc Heim parle même de succès au niveau national, car le texte a «réveillé une conscience au sein de la population».

Reste que le refus a été net au plan fédéral. Plus de 1,379 million de votants ont glissé un «non» dans l'urne contre environ 442'000 «oui». Les rejets les plus forts sont venus d'Obwald (82,1%), de Nidwald (81,9%) et de Schwyz (81%). Dans tous les autres cantons, Genève mis à part, le «non» dépasse les 70%. A Bâle-Ville, il est de 70,3%.

En Suisse romande aussi, le verdict est sans appel. Vaud a repoussé l'initiative, par 78,7%, le Valais par 76%, Fribourg par 75,1% Neuchâtel par 74% et le Jura par 72,5%. Le refus bernois s'élève à 76,8%.

Réforme risquée

Beaucoup ont craint que la Suisse ne joue les apprentis sorciers en se lançant dans une réforme radicale, jamais expérimentée. L'opération était risquée: affaiblissement du secteur bancaire, coûts supplémentaires se répercutant sur la clientèle, indépendance de la Banque nationale remise en cause.

Pour éviter les crises, mieux vaut miser sur des instruments tels que ceux que l'on connaît déjà (minima de liquidités et de fonds propres à respecter, couverture de l'argent déposé à la banque).

Les débats se poursuivront

Le PS Suisse, qui a appelé à voter «non», souhaite de nouvelles mesures. Le rejet de «Monnaie pleine» ne doit pas être interprété comme un blanc-seing donné aux banques et au monde de la finance.

Pour le conseiller national Olivier Feller (PLR/VD), co-président du comité contre l'initiative, il n'y a en revanche pas d'urgence à agir. Les citoyens aspirent plutôt à davantage de stabilité. Ils estiment qu'il y a d'autres préoccupations, comme les relations avec l'UE, la fiscalité ou les assurances sociales.

Les initiants ne se laissent pas démonter. «Les problèmes ne sont pas résolus, la prochaine crise financière va arriver.» Selon Jean-Marc Heim, le système bancaire devra être réformé, notamment pour intégrer la numérisation et réglementer les crypto-monnaies.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jerome le 10.06.2018 12:30 Report dénoncer ce commentaire

    lisez pierre jovanovic

    dommage que les gens ne comprennent pas l enjeu réel ! En refusant le texte , les banques privées pourront continuer a s endetter sans fin en créant de la monnaie invisible , alors qu une partie d entre elles est déjà en faillite , d ou le fait des taux négatifs et des frais de gestion qui explosent , puis en cas de crash boursier qui ne va pas tarder , les comptes des clients seront pompés par les banksters , bloqués, ou retraits limités , la Gréce, Chypre , l Islande ( seul pays qui a emprisonnés ses banquiers )l Inde en sont les exemples les plus visibles ! Sortez votre liquide des banques

  • Rich Bank le 10.06.2018 15:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Continuons à payer aux banques

    Les banques vous remercient de pouvoir continuer à utiliser la planche à billets virtuelle pour créer de l'argent avec la touche return. Et de pouvoir vous demander de juteux intérêts avec le chantage de saisir vos biens si vous ne les payez pas rubis sur l'ongle. Les pauvres et la classe moyenne continueront d'être les cochons payants. D'ailleurs ça marchait très bien pour enrichir les super-riches. Pourquoi changer ?

  • tecpress.ch le 10.06.2018 16:03 Report dénoncer ce commentaire

    L'argent n'existe pas

    Un jour ça va exploser à force d'utiliser de l'argent qui n'existe pas.

Les derniers commentaires

  • Gégé le 11.06.2018 12:21 Report dénoncer ce commentaire

    Temps de passer à la crypto

    Et hop, une raison de plus de passer à la crypto-monnaie.

  • Paul le 11.06.2018 01:42 Report dénoncer ce commentaire

    Trop tôt.

    La suisse comme toujours à 10 ans d'avance. L'initiative n'avais aucune chance, mais elle est visionnaire. La prochaine crise qui se rapproche si l'on se fie aux indicateurs va secouer. De plus supprimer l'argent dette est le seul moyen de résoudre le fiasco de l'écologie à l'echelle planétaire. La planète à besoin de milliards d'investissement dans des activités non lucrative. Le système monnétaire actuelle ne permet pas ce genre d'activité, alors que d'autre système monnétaire plus moderne, permettrait sans problème ce type d'activité (comme nettoyer les océans)

    • Marie le 11.06.2018 06:04 Report dénoncer ce commentaire

      La vérité est ailleurs

      Si seulement cétait aussi simple que ça, parfois je regarde avec nostalgie ces esprits enfantins a qui tout semble si évident sans la moindre nuance et qui croient tout ce que la presse raconte, sans confronter les différentes réalités et en jugeant simplement par idéologie, sans réfléchir...

    • Rolo le 11.06.2018 13:24 Report dénoncer ce commentaire

      La vérité est ailleurs, bis

      Eclairez-nous Marie ! Votre commentaire de sage est un peu obscure pour moi. Que proposez-vous ?

  • Michèle Herzog le 10.06.2018 22:42 Report dénoncer ce commentaire

    Pas d'idées nouvelles !

    Les idées nouvelles dérangent. Surtout en Suisse, quand ces idées touchent le sacro-saint domaine financier, bien gardé par les banquiers, le Conseil fédéral et les parlementaires. Ne surtout pas changer un système qui bénéficie aux banquiers !

    • Marie le 11.06.2018 06:07 Report dénoncer ce commentaire

      Comprendre à qui profite le crime

      Juste une question de bon sens du peuple suisse face à des manipulateurs allemands et anglais qui se moquent de notre démocratie directe tout en voulant tester ailleurs que chez eux des expériences sociales. Étonnant nest-ce pas quand on y pense...

  • Fabrice le 10.06.2018 22:38 Report dénoncer ce commentaire

    Cracher dans la soupe...

    Le petit mouton qui a voté oui, sétonne de lire certains commentaires. Dans un des pays les plus riches du monde ou la qualité de vie nous est enviée dans le monde entier, il faut une certaine mauvaise foi pour cracher sur le système actuel. Peut être quelques bobos à la philosophie macroéconomique douteuse ou de ceux qui vivent aux crochets des impôts payés par les riches. Pathétique

  • Chita le 10.06.2018 22:27 Report dénoncer ce commentaire

    Illusion

    Vive la monnaie de singe!

    • Océan 11 le 11.06.2018 07:08 Report dénoncer ce commentaire

      Hollywood

      Avec un taux de change avec l euro trafiqué pour le confort du patronat qui nous gouverne...