Votations fédérales

24 novembre 2013 12:16; Act: 24.11.2013 17:16 Print

Non à l'initiative 1:12

Le peuple a refusé dimanche l'initiative populaire «1:12 - pour des salaires équitables» par 65,3% des voix. Aucun canton ne l'a acceptée, même si les latins ont montré plus de sympathies.

Sur ce sujet
Une faute?

L'initiative 1:12 a été rejetée par près de 1,8 million de votants. A l'inverse, un peu plus de 955'000 personnes ont inscrit un «oui» sur leur bulletin de vote. Alors qu'elle espérait rééditer le succès remporté par le texte contre les rémunérations abusives de Thomas Minder, la gauche n'a pas réussi à draîner au-delà de son réservoir habituel.

Dans un pays où la plupart des salariés rechignent à avouer leur revenu, la majorité n'a pas voulu exiger que dans les entreprises, le salaire le plus haut ne dépasse pas de plus de douze fois le salaire le plus bas.

Le corps électoral a été plus sensible aux arguments du Conseil fédéral, des patrons et de la droite. La crainte d'entraver la bonne marche de l'économie helvétique en imposant un carcan aux revenus des dirigeants a prévalu sur les considérations morales autour des dérives salariales constatées ces dernières années.

Tessinois en tête

Il s'en est fallu de 2100 voix pour que texte 1:12 soit adopté au Tessin (51% de non). Dans le Jura, le taux de refus a stagné à 52,2%, tandis qu'à Neuchâtel, il a atteint 55,5%.

Les Genevois se sont opposés à l'initiative par 56,9% des voix et les Fribourgeois par 61,9%. Le refus des Vaudois s'est élevé à 61,9%, alors que celui des Valaisans a atteint 67,3%. A Berne, 62% des votants ont refusé l'initiative,

Les cantons accueillant une forte densité de millionnaires se sont montrés les plus réticents à limiter les salaires. Les champions du «non» ont été les Zougois, avec 77% des voix. Ils sont talonnés par les Schwytzois (76,7%) et les Nidwaldiens (74,8%).

Patrons appelés à réagir

Le rejet de l'initiative populaire «1:12 - pour des salaires équitables» permettra à l'économie suisse de rester compétitive et attrayante pour les investisseurs, selon Johann Schneider-Ammann. Le conseiller fédéral a néanmoins appelé les grands patrons à entendre la colère du peuple face aux dérives salariales. «J'ai répété plusieurs fois au cours de la campagne que je n'apprécie pas les salaires excessifs touchés par quelques rares managers», a dit le ministre de l'économie devant la presse. Mais pas question pour autant que l'Etat intervienne, selon lui. Les entreprises doivent assumer elles-mêmes leurs responsabilités et faire preuve de plus de cohérence avec leur système salarial.

Nouveau vote sur les salaires

Malgré cet échec, la gauche affûte déjà ses armes pour la prochaine bataille. Une nouvelle votation sur les salaires s'annonce l'an prochain, avec l'initiative de l'Union syndicale suisse exigeant un salaire minimum de 4000 francs par mois. Le Conseil des Etats a déjà prône son refus, le National devrait en faire de même dès la semaine prochaine.

«Nous étudions de quelle façon nous allons agir contre les excès salariaux dans le futur», a annoncé le conseiller national socialiste Cédric Wermuth, sans vouloir donner davantage de détails. «Nous ne sommes pas parvenus à persuader le peuple que l'escroquerie pratiquée dans les cercles de direction des entreprises devait prendre fin», a réagi le président de la Jeunesse socialiste David Roth à la télévision alémanique SRF. Il est d'avis que les initiants ont mené une campagne engagée, contre des opposants qui ont fait peur aux citoyens.

Sujet bouclé pour la droite

La discussion autour des salaires abusifs en Suisse est définitivement close suite au net rejet de l'initiative «1:12 - pour des salaires équitables», estiment en revanche les partis de droite. «L'initiative de Thomas Minder suffit dans le domaine», a déclaré le conseiller national UDC Jean-François Rime. Christophe Darbellay est d'un avis similaire. Selon le président du PDC, les citoyens ont exprimé leur volonté de «ne pas changer une recette qui gagne.»

(ats)

Fragen und Antworten rund um die Kommentar-Funktion
«Warum dauert es manchmal so lange, bis mein Kommentar sichtbar wird?»

Unsere Leser kommentieren fleissig - durchschnittlich gehen Tag für Tag 4000 Meinungen zu allen möglichen Themen ein. Da die Verantwortung für alle Inhalte auf der Website bei der Redaktion liegt, werden die Beiträge vorab gesichtet. Das dauert manchmal eben einige Zeit.

«Gibt es eine Möglichkeit, dass mein Beitrag schneller veröffentlicht wird?»

Wer sich auf 20 Minuten Online einen Account zulegt und als eingeloggter User einen Beitrag schreibt oder auf einen Kommentar antwortet, der wird vorrangig behandelt. Hat ein eingeloggter User bereits viele Kommentare verfasst, die freigegeben wurden, so werden seine neuen Beiträge mit oberster Priorität behandelt.

«Warum wurde mein Kommentar gelöscht?»

Womöglich wurde der Beitrag in Dialekt verfasst. Damit alle deutschsprachigen Leser den Kommentar verstehen, ist Hochdeutsch bei uns Pflicht. Sofort gelöscht werden Beiträge, die Beleidigungen, Verleumdungen oder Diffamierungen enthalten. Auch Kommentare, die aufgrund mangelnder Orthografie quasi unlesbar sind, werden das Licht der Öffentlichkeit nie erblicken. (oku)

«Habe ich ein Recht darauf, dass meine Kommentare freigeschaltet werden?»

20 Minuten ist nicht dazu verpflichtet, eingehende Kommentare zu veröffentlichen. Ebenso haben die kommentierenden Leser keinen Anspruch darauf, dass ihre verfassten Beiträge auf der Seite erscheinen.

Haben Sie allgemeine Fragen zur Kommentarfunktion?

Schreiben Sie an feedback@20minuten.ch
Hinweis: Wir beantworten keine Fragen, die sich auf einzelne Kommentare beziehen.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Je suis employé et j'ai voté non ! le 25.11.2013 13:40 Report dénoncer ce commentaire

    L'argent ne fais pas le bonheur

    Je trouve fantastique tous ces gens qui se plaignent sans cesse... je gagne un peu plus de 4000.- par mois et ma copine aussi. nous avons un chouette appartement, une petite fille géniale, ce qui veut dire pas mal de frais et nous vivons très bien ! Après c'est sur que nous ne roulons pas en BMW, mais quand on veut quelque chose on économise pour se l'offrir et cela nous rend d'autant plus heureux que si ça nous tombais tout cuit dans la bouche... Et on savait que c'était pas en votant oui qu'on allait toucher 1000.- à la fin du mois. Donc arrêter de pleurer et aller bosser !!! ABE

  • Nico le 24.11.2013 14:26 Report dénoncer ce commentaire

    Débilité

    Faut vraiment être débile pour voter oui et ne rien comprendre à l'enjeu. Je suis quand même étonné de voir que 30% de la population le sont!

  • bibi le 24.11.2013 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vous rêvez

    et ca allait changer quoi le oui ? y'a encore des naifs qui pense que le plus petit salaire allait être augmenté à 1/12 ou que le patron allait diminuer ? a part des pertes d'impôts et d'emploi rien d'autre ! un salaire minimum ça oui !

Les derniers commentaires

  • Je suis employé et j'ai voté non ! le 25.11.2013 13:40 Report dénoncer ce commentaire

    L'argent ne fais pas le bonheur

    Je trouve fantastique tous ces gens qui se plaignent sans cesse... je gagne un peu plus de 4000.- par mois et ma copine aussi. nous avons un chouette appartement, une petite fille géniale, ce qui veut dire pas mal de frais et nous vivons très bien ! Après c'est sur que nous ne roulons pas en BMW, mais quand on veut quelque chose on économise pour se l'offrir et cela nous rend d'autant plus heureux que si ça nous tombais tout cuit dans la bouche... Et on savait que c'était pas en votant oui qu'on allait toucher 1000.- à la fin du mois. Donc arrêter de pleurer et aller bosser !!! ABE

    • citoyenne du monde le 26.11.2013 23:15 Report dénoncer ce commentaire

      largent ne fait pas le bonheur (y)

      quand on a 8'000.-par mois ya rien detonnant a voter non en meme temps...jvois pas trop ou est l'exploit la a part de penser qu'a sa gueule, ce qui dans ce monde, n'en est plus un non plus....faudra quon mexplique...ahhh mais non j'ai pas de formation et je nettoie des chiottes, donc forcement je suis une sous merde qui sait pas lire, javais oublié :-) heureusement que ma situation financiere me la rapellé dit donc! oufff! ;-) vais aller en laver dautres ca changera tout cest sur :-) je gagnerai ptere au moins 3000.- un jour! mdr

  • Michel 45ans le 25.11.2013 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Jalousie maladive des gauchos

    C'est marrant de voir tous ces gauchos, socialos et glandeurs professionnels déverser leur haine et leur jalousie maladive envers les gens plus aisés. Ce sont pourtant ces derniers, tout comme la classe moyenne qui supportent tous les coûts sociaux déjà bien trop élevés en raisons d'aides, allocations et subsides bien souvent trop généreusement distribués à de trop nombreux profiteurs. Ils pensent que cette initiative aurait augmenté leur salaire? on rigole On ne va payer 4'500 ou 5'000 francs à quelqu'un qui n'a aucune formation. Sans oublier tous les gauchos qui ne travaillent pas mais militent pour toujours plus dallocations !

    • citoyenne du monde le 26.11.2013 22:36 Report dénoncer ce commentaire

      Jalousie? vous aimeriez bien ;-)

      cest barges ce genre de commentaires, si on a pas de formation on a pas le droit detre payé de facon a vivre dignement? Pourtant je pense que quand on passe la journee a nettoyer la merde de ceux qui pete plus haut que leur cul, on a le droit aussi detre un minimum renumerer, parce quon reste pa le cul sur une chaise deja! alors faut pas vous plaindre de nous voir trainer au social, tout simplement :-) Et jalousie??? Pk pensez vous quon est jaloux? L'argent ne fait pas le bonheur, il noffre pas la sante ni lamour, la beaute de mon coeur vaut bien plus que votre fortune, alors sans jalousie :-)

  • Malato le 25.11.2013 09:48 Report dénoncer ce commentaire

    On a évité le pire

    Cette initiative aurait été préjudiciable pour la Suisse et notamment pour la classe moyenne dont je fais partie. 10% de la population paient 75% des impôts... Ne faisant de loin pas partie des 10% les plus riches, je suis content que l'état n'aie pas besoin de compenser en allant chercher dans ma poche l'argent maquant. (Soit parce que certaines entreprises internationales seraient parties, soit parce que les patrons gagnent moins). Cela dit, ce qui me dérange vraiment, ce sont les personnes qui travaillent et ne gagnent pas assez pour vivre! Votez OUI à l'initiative pour le salaire minimum.

    • citoyenne du monde le 26.11.2013 23:41 Report dénoncer ce commentaire

      Une lueur despoir :-)

      merci, enfain quelquun de censé ici :-) parce que autant je tiens pas etre riche, jlaisse ca volontier pour les autres, autant je trouve aussi que toute personne qui travaille devrait gagner de quoi vivre decament, quon soit un petit employé ou pas, on donne notre temps et notre energie pareil et quand cest pr crever de faim a la fin du mois ya de quoi etre degouter quand meme, surtout si son patron gagne 200fois plus le cul sur une chaise le bide sur le bureau (parce quil creve jamais de faim, pourtant ca lui ferai du bien !mdr)

  • The Game le 25.11.2013 08:19 Report dénoncer ce commentaire

    un simple employé...

    A toutes les personnes qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez... Si cette initiative pro gauchiste était passée vous n'auriez pas eu 3000.- de plus par mois... Cela aurait juste entrainé une hausse des impôts car il faudrait bien combler le manque à gagner par les gros salaires... Et le fait que votre patron aurait juste fait passer plus de choses sous le compte de l'entreprise, ce qui est tout a fait légal... Donc arrêtez de vous plaindre et retournez bosser... A moins que vous ne vouliez que notre économie ne ressemble à celle de la France... ABE

    • Jean-Claude le 25.11.2013 14:27 Report dénoncer ce commentaire

      Juste !

      Je trouve très juste, surtout la référence à la France !!!

    • Julien F le 26.11.2013 14:35 Report dénoncer ce commentaire

      Employé

      Justement en France on à un salaire minimum. Bien que ce soit une évidence, les suisses ne semblent pas l'avoir compris.

  • Sous-fiffre le 25.11.2013 06:26 Report dénoncer ce commentaire

    Gardez à l'esprit....

    J'ai juste envie de dire: que serait un patron sans ses employés!? N'oubliez pas messieurs les grandes gueules bardés de soit disant diplôme et de relations qu'un directoire sans son "petit personnel" pour exécuter le travail ne serait rien! Pas de "produit" à vendre, pas de revenus pour qui que ce soit! Vous avez juste de la chance qu'en Suisse l'on ait pas le droit de faire grève. Le "grand" sans le "petit" n'est rien!!!

    • Suissesse le 25.11.2013 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      L'inverse aussi

      Pas de patron, pas d'employé! Ce raisonnement ne tient pas la route il est valable dans les 2 sens. Remerciez vos patrons d'avoir du job, surtout on ne signe plus "a vie" dans une entreprise. Quant a la grève, nous avons la possibilité de nous exprimer dans les urnes, pourquoi râler contre la démocratie directe? Le peuple a toujours raison, que ça vous plaise ou non.

    • bobo le 25.11.2013 08:52 Report dénoncer ce commentaire

      grève

      Si jamais le droit de grève existe en Suisse...Heureusement la majorité des employés peuvent discuter avec leur employeur sans en arriver là. On n'est pas en France et c'est tant mieux...

    • le président le 25.11.2013 09:16 Report dénoncer ce commentaire

      le président

      bonour

    • Ex-sousfifre Heureuxpatron le 25.11.2013 10:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sous-fifre frustré: à chacun SA place!

      Gardez à l'esprit: faire la grève n'est pas interdit en Suisse! Vous êtes libre de créer votre entreprise et faire un/des diplôme(s). Vous savez, vous avez le droit de demander une bourse, comme je l'ai fait après 15 ans comme employé et sous-fiffre heureux! Ce n'est qu'un question de volonté et d'organisation. J'ai constaté que dans ce domaine les Gauches sont assez gauche ;-) Les patrons ayant commencé à travailler comme sous-fiffres connaissent bien ce monde avec leur petit lot de frustrés qui estiment qu'ils méritent des salaires de cadres et savent toujours tout, sauf écrire et calculer!

    • N'importe qui. le 25.11.2013 10:48 Report dénoncer ce commentaire

      Oui maître

      Encore un qui se sent tout grand seigneur!!

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch