Meurtre d'Hemmental (SH)

19 juin 2017 10:41; Act: 20.06.2017 07:38 Print

Plus de 16 ans de prison pour avoir tué son père

Une femme de 27 ans a été reconnue coupable lundi de l'assassinat de son père de 55 coups de couteau en décembre 2015 à Hemmental (SH).

storybild

La victime de la jeune femme était âgée de 56 ans. (Photo: Keystone) (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Une jeune femme a été condamnée à 16 ans et demi de prison par le Tribunal cantonal de Schaffhouse pour lésion corporelle simple, de contraintes, d'infraction à la loi sur les armes et de violence contre des policiers. Elle a aussi été condamnée à une peine pécuniaire de 90 jours-amendes à 30 francs (2700 francs), à une amende de 500 francs et doit encore verser 50'000 francs de dommages-intérêts à sa mère.

Pour le tribunal, la prévenue est insensible, brutale, elle a agi de sang-froid et sans scrupules. Elle a tué son père de manière «ciblée et brutale». Quelqu'un qui poignarde pareillement une personne «veut sa mort».

Les juges n'ont pas cru à la version de la jeune femme qui affirme que son père et son mari se sont entretués et qu'elle n'est pas donné de coups de couteau. Cette version ne tient pas. Les indices sont clairs, comme le pull ensanglanté de la prévenue qui contenaient beaucoup de fibres du t-shirt de son père. Et les empreintes de pas de la jeune femme ont été trouvées là où les coups de couteau ont été donnés.

«Véritable massacre»

En condamnant la prévenue à 16 ans et demie de prison, les juges sont allés plus loin que le Ministère public qui avait requis 15 ans de réclusion. Durant le procès, le procureur avait qualifié les faits de «véritable massacre»: l'accusée a frappé son père 55 fois fois avec un couteau, dont 49 coups dans le cou, la nuque et les épaules. Lors de sa plaidoirie, la défense a demandé que l'accusation d'assassinat ne soit pas retenue contre la jeune femme. «Elle n'est pas parricide» et «il n'existe aucun aveu et aucun témoin oculaire vivant», selon son avocat. La jeune femme est revenue sur les aveux qu'elle avait, selon elle, faits sous la contrainte. L'avocat avait encore demandé aux juges de limiter la peine à 9 mois de prison avec sursis pour contrainte, voies de fait et violence contre des représentants de l'Etat pour avoir menotté sa mère et s'en être pris à des policiers. Si la Cour devait retenir un meurtre par légitime défense, l'avocat a plaidé pour une peine qui ne devrait pas dépasser deux ans avec sursis.

Motif inconnu

On ne sait toujours pas quel est le motif de cet assassinat. Selon un rapport psychiatrique, la jeune femme souffre d'un trouble de la personnalité incurable. Dans son réquisitoire, le procureur l'a décrite comme une manipulatrice au sang-froid, sans émotion et séductrice à la fois. Sa mère l'a qualifiée de «menteuse notoire». Le drame sanglant remonte au 13 décembre 2015. Après être rentrés de voyage de leur noce à Paris, la prévenue et son mari se sont rendus au domicile des parents de la jeune femme à Hemmental. Le père et son gendre se détestent. Ils en sont venus aux mains dans l'appartement, pendant que l'accusée menottait sa mère pour l'empêcher d'intervenir.

Participation active

Les deux hommes se sont battus à coups de couteau. Le gendre a succombé aux blessures infligées par son beau-père. Selon l'accusation, la prévenue a activement participé en frappant son père avec un couteau à 55 reprises. Le jugement n'est pas encore entré en force. La jeune femme peut faire recours auprès de la Cour suprême du canton de Schaffhouse.

(nxp/ats)