Suisse

08 juin 2012 10:42; Act: 08.06.2012 14:49 Print

Réserves d'eau assurées pour 20 ans

Les changements climatiques ont aussi des répercussions sur les ressources en eau de la Suisse. Aucune évolution n'est attendue dans les 20 prochaines années, mais, sur le long terme, les quantités d'eau à disposition vont diminuer.

storybild

Selon un rapport de la Confédération, les réserves d'eau sont assurées pour les 20 prochaines années. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV), dans le cadre du projet «Changement climatique et hydrologie en Suisse» (CCHydro), a fait examiner l'impact de l'évolution du climat jusqu'en 2010. Cette étude doit permettre à la Suisse de se préparer suffisamment tôt aux changements. Les résultats de ces recherches ont été présentés vendredi à Berne à la presse.

Le niveau annuel des ressources ne va pas beaucoup évoluer ces vingt prochaines années. Seules les régions de montagne, fortement englacées, verront leur débit d'eau augmenter temporairement avec la fonte des glaces.

A plus long terme, les ressources en eau vont cependant diminuer suite à l'augmentation de la température de l'air. Celle-ci va entraîner une élévation de la limite des chutes de neige. Les réserves de neige et de glace vont par conséquent diminuer dans les Alpes.

Moins de neige

Pour la consommation d'eau domestique, la couverture neigeuse a bien plus d'importance que les glaciers, a relevé Rolf Weingartner de l'institut de géographie de l'Université de Berne. Or, les hivers neigeux vont devenir toujours plus rares, l'eau tombant plus sous forme de pluie.

Les scientifiques partent du principe que dans une vingtaine d'années, le manteau neigeux va fondre de 20 à 50%. D'ici 2085, ils évaluent cette perte entre 50 et 60%.

L'impact des changements climatiques se feront cependant surtout sentir en été. D'ici la fin du siècle, les experts s'attendent à une augmentation des températures de 4 degrés et à une baisse de l'étiage de 20%. Les vagues de chaleur seront plus fréquentes et dureront plus longtemps.

Dans les Alpes, une partie des étiages ne se produira plus en hiver mais à la fin de l'été. La période de crue potentielle dans les régions du Plateau sera aussi déplacée ou prolongée.

Plus de conflits

La quantité des précipitations saisonnières va également se modifier: il pleuvra moins en été et plus en hiver. Cette redistribution va du coup influencer le débit des cours d'eau, plus faibles en été, explique l'OFEV dans un communiqué. Ce constat vaut autant pour les petits ruisseaux que pour les grandes rivières.

Cette situation peut créer de potentiels conflits entre les utilisateurs d'eau, projettent les scientifiques. Ils recommandent donc un réexamen de la réglementation quant aux prélèvements et régulations de ce précieux liquide. Les mesures contre les inondations doivent également être revues.

Le Conseil fédéral a adopté en avril dernier la première partie de sa stratégie énergétique et définit ses objectifs, défis et champs d'action. Pour le secteur de l'économie hydraulique, le gouvernement décrit quatorze stratégies, échelonnées selon leur urgence, qui prennent en compte l'augmentation de la sécheresse en été et du risque d'inondation. Un plan d'action doit être présenté fin 2013.

(ats)