Suisse

17 juillet 2017 15:04; Act: 17.07.2017 16:19 Print

Se former en douce par peur de représailles

Certains salariés effectuent une formation continue sans le dire à leur patron. Une des raisons est la crainte de perdre son emploi, selon une étude.

storybild

(Photo: Keystone/Martin Ruetschi)

Sur ce sujet
Une faute?

Après une dure journée de travail, certains enchaînent avec des cours du soir. Et leur chef ne doit surtout pas être mis au parfum. Sur les 43 personnes interrogées par la faîtière Travail.Suisse, 23% affirment suivre ou déjà avoir suivi une formation continue en catimini. L'enquête a été réalisée auprès de participants de l’institut de formation ARC.

Sondage
Informez-vous votre patron des formations continues que vous effectuez?

Parmi les raisons avancées se trouve notamment la peur de perdre son emploi. Une des personnes interrogées écrit ainsi: «Je ne veux pas que mon patron l'apprenne parce qu'il pourrait croire que je cherche un autre poste.»

«J'ai fini par chercher un autre emploi»

Un autre individu sondé explique: «Mon chef aurait pris la formation continue comme un manque de confiance envers lui.» Une troisième personne ayant participé au sondage regrette, quant à elle, d'avoir été honnête envers son supérieur: «Après la fin de ma formation, mon employeur m'a mis toujours plus de pression. J'ai fini par chercher un autre emploi.»

Le phénomène est bien connu des experts en carrière. La coach lucernoise Andrea Waldispühl explique que c'est surtout dans les petites entreprises que la formation continue donne naissance à des suspicions de la part des patrons.

«Elle ne voulait pas perdre son travail»

L'experte note également que, parfois, les salariés souhaitent simplement éviter des questions pouvant éveiller d'éventuelles suspicions. Elle donne l'exemple d'une femme travaillant dans le domaine de la médecine scolaire et ayant effectué une formation continue spirituelle sans en avoir informé son chef. «Elle savait que ce choix allait susciter de nombreuses interrogations et elle ne voulait pas perdre son travail», affirme Andrea Waldispühl.

Anne Forster, qui dispose d'un cabinet en coaching professionnel à Zurich, note pour sa part que certains collaborateurs taisent leur formation continue quand ils ne sont pas soutenus par leur patron. Ils effectuent par exemple des cours en communication et en négociation sans rien dire parce que leur supérieur estime que ces cours ne sont pas nécessaires: «Les employés craignent des réactions désagréables de la part de leur chef. Ils ont par exemple peur qu'il leur demande s'ils arrivent encore à se concentrer suffisamment bien sur le travail avec tout ce qu'ils font à côté.»

Eviter la jalousie des collègues

Reste que la crainte de perdre son travail ou celle de devoir faire face à des réactions désagréables ne sont pas les seules raisons qui poussent les gens à taire leur projet de formation continue. Contacté par «20 minutes», un lecteur jurassien, travaillant actuellement comme micromécanicien, explique avoir commencé une formation de contremaître en industrie sans en informer ses patrons. Depuis 2014, il suit des cours de 4 heures une fois par semaine. Et ce n'est pas la peur de représailles qui a motivé son choix, mais la fierté: «Je voulais prouver à moi-même et à mes parents que je suis capable de suivre cette formation par mes propres moyens, sans l'aide de personne.» Le jeune homme explique par ailleurs que ses chefs l'auraient sans doute soutenu s'ils avaient été informés: «Ils ont le coeur sur la main.» Et d'ajouter: «Si je n'ai rien dit à personne, mis à part à quelques rares proches, c'est aussi pour ne pas devoir faire face aux éventuelles jalousies de la part de mes collègues de travail.»

Aucune possibilité d'évolution

Gabriel Fischer, en charge de la section politique économique chez Travail.Suisse, critique le fait que la responsabilité pour la formation continue incombe trop souvent aux employeurs. Il cite par ailleurs une étude selon laquelle trois quarts des salariés ne voient aucune possibilité d'évoluer. Et de manière générale, les personnes hautement qualifiées sont davantage soutenues que celles avec une qualification inférieure. «Il est donc compréhensible que les employés se forment sans en informer leur supérieur et qu'ils acquièrent ainsi des compétences qui les font avancer dans leur entreprise actuelle ou, le cas échéant, ailleurs.»

Phénomène marginal

Jürg Zellweger, en charge de la formation à l'Union patronale suisse, souligne quant à lui que les employeurs investissent beaucoup d'argent dans la formation continue: «Trois quarts des formations continues sont soutenues sous forme d'argent ou de temps accordé.» Selon lui, les personnes se formant en douce ne sont qu'un phénomène marginal. Il est par ailleurs persuadé que les patrons perçoivent positivement le fait qu'un salarié prenne l'initiative de suivre une formation continue. Et d'ajouter: «Celles et ceux qui parlent de leurs plans à leur supérieur peuvent bénéficier d'un soutien et ont souvent davantage de chances pour atteindre leurs objectifs professionnels.»

(bz/ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Meryl le 17.07.2017 15:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Statistique nulles ?

    43 personnes, quel magnifique échantillon de la population pour en faire des statistique

  • niouniou le 17.07.2017 15:20 Report dénoncer ce commentaire

    Ouais

    C'est normal, car à la moindre chose, les patrons en profitent pour licencier et réengager des personnes moins chers (jeune sans expériences, frontaliers, etc...). Il y a aussi les "petits chefs" qui par peur que quelqu'un d'inférieur soit meilleurs et mieux formé, ce qui est devient un risque et pourrait pour prendre sa place (dans ce cas ça se transforme généralement en mobbing par la suite!) Mais.....CHUTTTTTT! Il ne faut pas le dire trop fort car nos politique pourraient être désavouer, eux pour qui tout va bien dans le meilleurs des mondes.

  • M'enfin le 17.07.2017 15:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    23%?...

    "23% sur 43 personnes"... super représentatif de la population ce sondage!.. aujourd'hui, on demande la polyvalence, adaptation. Garder le même job toute une vie c'est fini depuis des lustres. Qui a t il de mal à se former, si l'entreprise ne le fait pas? C'est la responsabilité de chacun de gérer sa carrière, pas à son employeur.

Les derniers commentaires

  • lulu le 18.07.2017 07:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    obligatoire pour certains

    dans mon métier la formation continue minimum est obligatoire et les patrons ne sont nullement obligés de vous la payer ou de vous faire cadeau des heures, c'est à bien plaire. Maintenant si tu veux évoluer et que tu aimes ce que tu fais tu as intérêt à faire plzs que le minimum.

  • hu le 18.07.2017 07:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    big

    les grandes entreprises encouragent leur employes a se perfectionner et les aide

  • Marie le 18.07.2017 07:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Propagande anti-patrons

    N'importe quoi! Et le dialogue dans tout ça? Encore un truc de gauchistes qui diabolisent les patrons... c'est comme tout dans la vie, en discutant on peut désamorcer les éventuels conflits et éviter les malentendus. Et si on parlait des entreprises qui paient des formations à leurs employés plutôt??

  • Yes le 18.07.2017 06:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le bon choix

    Personnellement je me suis réorienté en Église. Bon je ne l'ai pas fait en douce.

  • Chalouve le 18.07.2017 06:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    passée par là

    Moi je l'ai fait car c'était pendant mes 3mois d'essai et la RH était contre ("on ne voudrait pas que vous vous fatiguiez ")mais j'avais déjà payé les cours avant de signer. En plus, ça me faisait une plus value pour trouver un nouveau job au cas où, on ne me gardait pas...