Suisse

22 octobre 2014 08:47; Act: 22.10.2014 17:47 Print

Godets à l'effigie d'Hitler: Migros rompt le contrat

Des opercules de crème à café affichant des portraits de dictateurs ont circulé un certain temps en Suisse. Le géant orange regrette une «erreur grave» et sanctionne la firme qui en est à l'origine.

storybild

Les dosettes de crème controversées font partie d'une ligne appelée Cigar Bands qui met en scène des personnages importants de l'histoire contemporaine. (Photo: Lecteur-reporter)

Une faute?

En buvant son café au snack de la gare de Baden (AG), dernièrement, un lecteur n'en a pas cru pas ses yeux. «Tout à coup, j'ai vu le visage de Hitler devant moi, se souvient l'Argovien. C'est de mauvais goût et ça n'a rien à faire sur un godet de crème à café.»

Guido Moser, gérant du snack, est du même avis. Il a contacté tous ses commerces pour s'assurer que ces godets de crèmes ne soient pas proposés aux clients. En contrôlant les stocks, un de ses employés a en effet retrouvé la tête d'un autre dictateur: Benito Mussolini. «On fait confiance à nos livreurs. On attend d'eux qu'ils respectent certains principes éthiques», affirme Guido Moser. Au total, celui-ci a retrouvé un godet de crème montrant Hitler et un autre montrant Mussolini sur 200 pièces commandées.

Contrat rompu

Contacté, Migros explique qu'il s'agit d'une commande de la maison Karo Versand GmbH. Celle-ci a demandé à l'entreprise ELSA, appartenant à la Migros, de produire une série de dosettes de crème à café représentant 55 bagues de cigare (dont deux avec le portrait de Hitler et de Mussolini) et destinée aux collectionneurs. Au total, 300 cartons à 200 dosettes de cette série ont été distribués à certains restaurateurs alémaniques, explique Tristan Cerf, porte-parole de Migros. Aucun godet de crème issu de cette série n'a en revanche été livré en Suisse romande. Les têtes de Hitler et de Mussolini se retrouvent sur environ 2000 dosettes.

Migros a rompu avec effet immédiat ses relations d'affaires avec l'entreprise Karo-Versand. «Nous nous excusons pour cette erreur grave», regrette Luzi Weber, également porte-parole du géant orange. «Dans ce cas, nos contrôles internes n'ont pas été suffisants. Nous allons à l'avenir intensifier les contrôles à ce niveau-là pour nous assurer qu'une telle chose ne se reproduira plus.» Luzi Weber souligne que les godets de crèmes en question n'ont jamais été mis en vente dans des filiales de la Migros, mais qu'ils ont uniquement été distribués à des entreprises de la gastronomie. Tristan Cerf ajoute que les opercules ont, depuis, été rappelés.

(dia/ngl/sma/ofu)