Suisse

26 mai 2016 14:55; Act: 26.05.2016 15:07 Print

Un prof veut virer les étudiants peu motivés

Quatre étudiants sur dix n'ont pas leur place sur les bancs de l'université. C'est le constat d'un enseignant bernois.

storybild

A Berne, 10% des étudiants en droits ne continuent pas après la première année. (Photo: Keystone/Gaetan Bally)

Sur ce sujet
Une faute?

Le professeur de droit Martino Mona, de l'Université de Berne, en a gros sur la patate. «Les études juridiques sont idéales pour ceux qui ne sont à l'aise ni avec les sciences ni avec les langues», tonne-t-il dans le magazine pour étudiants «NZZ Campus». Par conséquent, il doit composer avec un grand nombre d'étudiants pas assez motivés ou indécis sur leurs véritables aspirations.

«Certains pensent qu'apprendre le droit est idéal pour ceux qui sont médiocres dans toutes les branches, mais qui veulent gagner de l'argent», assène-t-il. En outre, une grande proportion d'étudiants ne s'intéresse pas assez, selon lui, aux questions politiques et sociales. Il appelle donc à un meilleur tri, dès la première année. Actuellement, un sur dix quitte le cursus après deux semestres à Berne. Il estime que ce chiffre devrait quadrupler. Ainsi, il en serait fini des étudiants sans but, «qui feraient mieux d'ouvrir un bar.»

«Ceux qui ne sont pas motivés ne terminent pas leurs études»

Livia Vogt, présidente de l'association des étudiants en droit de l'alma mater bernoise, est scandalisée par ces propos. «Ceux qui ne sont vraiment pas motivés ne restent pas pendant six semestres, jusqu'à l'obtention de leur bachelor», souligne-t-elle. Et l'accusation du manque d'intérêt pour le social et la politique la fait bondir: «Le droit ne peut pas être appris sans un intérêt fondamental pour la société. Et le processus législatif est, jusqu'à preuve du contraire, une affaire politique».

Un avis partagé par Christian Schwarzenegger, professeur de droit pénal à l'Université de Zurich. Son expérience lui fait dire que ceux qui s'accrochent après la première année sont très motivés. Que l'on étudie le droit par intérêt financier ou par vocation, «les deux raisons sont légitimes». Et si Berne fixe à 10% la proportion de ceux qui doivent s'en aller après un an, c'est bien peu par rapport aux 30% fixés à Zurich. «Chaque établissement fait ce qu'il veut», souligne-t-il.

Ouverture aux sciences humaines et sociales

Chez les diplômés, le discours est plus nuancé. Melanie Aebli, secrétaire générale de l'association des juristes progressistes, rejoint Martino Mona sur le manque de connaissances sur les questions sociales. «La question des relations entre le droit, la justice et le monde politique doit être abordée dès le début des études», estime-t-elle. Un point sur lequel Livia Vogt est d'accord: «Il serait utile de donner la possibilité aux étudiants d'élargir le spectre de leurs connaissances aux sciences humaines et sociales», admet-elle.


(jho/dmz)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Commentaires sélectionnés

"Quatre étudiants sur dix n'ont pas leur place sur les bancs de l'université. C'est le constat d'un enseignant bernois." Quatre professeurs sur dix n'ont pas leur place à l'université. C'est le constat d'un ancien étudiant lausannois. Quand on voit "l'envie" d'enseigner et l'enthousiasme "débordant" qu'on certains professeurs, quand on voit leurs "compétences pédagogiques" hors-normes, pas étonnant que certains étudiants préfèrent ne pas suivre les cours et préparer leurs examens à la bibliothèque. On fait comment pour virer les profs incompétents? – Marcel

Les commentaires les plus populaires

  • Marcel le 26.05.2016 15:17 Report dénoncer ce commentaire

    Et virer les profs incompétents?

    "Quatre étudiants sur dix n'ont pas leur place sur les bancs de l'université. C'est le constat d'un enseignant bernois." Quatre professeurs sur dix n'ont pas leur place à l'université. C'est le constat d'un ancien étudiant lausannois. Quand on voit "l'envie" d'enseigner et l'enthousiasme "débordant" qu'on certains professeurs, quand on voit leurs "compétences pédagogiques" hors-normes, pas étonnant que certains étudiants préfèrent ne pas suivre les cours et préparer leurs examens à la bibliothèque. On fait comment pour virer les profs incompétents?

  • munjol le 26.05.2016 15:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oui mais...

    si on peut virer les étudiants, il faudra aussi envisager de faire de même du côté des professeurs!!! car là, il y a de quoi faire aussi!

  • Eddy Zière le 26.05.2016 15:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N'importe quoi

    Et les profs qui sont peu motivés, ils pourront aussi être virés ?

Les derniers commentaires

  • Olivier Michaud le 27.05.2016 23:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Droit ?

    C'est moi où en lisant ces commentaires, j'ai l'impression que la moitié du monde a fait des études de droit (ou commencé) ?? C'est drôle, il y a des gens soit qui s'inventent des vies et ils connaissent même pas le sujet du problème, soit on a des gens qui ont fait du droit mais qui semblent décousus de la réalité ! En effet, faire des études de droit, notamment à Lausanne et ne pas aller en cours, c'est comme sauté du haut de l'Internef en croyant s'en sortir avec quelques griffures !! HEC ou les lettes, cela ne m'étonne pas, mais le droit...

  • Stefano Gatto le 27.05.2016 15:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jeunesse

    Cest assez difficile de distinguer qui s'inscrit par discipline de qui le fait par vraie passion. Jai connu des passionnés qui se sont révélés nul a la fin, et jai connu des etudiants disciplinés et non motivés qui sont devenus des star ensuite. Je pense que jeunesse doit se faire et que y toucher serait pire.

  • expérience le 26.05.2016 22:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    de qui se moque-t-on?

    Je crois rêver en lisant cet article : la faculté de Droit de Berne offre un cursus de première année d'une pauvreté affligeante avec des semaines de 2 jours et demi de cours au 2 ème semestre ! Les étudiants eux -même se plaignent. Je me demande vraiment qui n'est pas motivé, les élèves ou les profs?

  • Les Eleves Qui L'ont Eu le 26.05.2016 22:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Profs et élèves droit dans le mur!

    On a répondu à la classe d'une fille 1ère de collège à Genève: "-Moi je suis là mais vous on sait pas!" Super motivant le prof d'anglais! Il nous en A fait bavé toutes les années heureusement que tous ne sont pas pareils....élèves qui l'ont eu chaque année était une année d'échec! Merci monsieur!

  • des connectés le 26.05.2016 22:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    inversons le problème

    Personnellement je m'ennuyait à mourir à l'école. Une fois cette étape passée je n'ai trouvé que de l'intérêt dans mes activités. Alors commençons par virer le vrai problème que sont ces profs plus trop motivés mais toujours trop puissant.