Pollution au mercure

02 décembre 2014 12:19; Act: 02.12.2014 14:43 Print

Une information peu transparente déplorée

Les Hauts-Valaisans se plaignent de la mauvaise communication de l'Etat et de l’entreprise Lonza dans le cadre de la pollution au mercure dans la région de Viège.

storybild

(Photo: Keystone/Jean-christophe Bott)

Sur ce sujet
Une faute?

Les habitants concernés par la pollution au mercure dans le Haut-Valais réclament des informations plus détaillées et transparentes de la part de l'Etat et de Lonza. Ils demandent aussi un assainissement plus rapide pour les parcelles fortement contaminées.

La communication de l'Etat du Valais et de l'entreprise chimique Lonza à l'égard des propriétaires touchés par la pollution au mercure dans la région de Viège est jugée mauvaise et lacunaire par le groupe d'intérêt mercure. «Sans transparence, on ne peut pas créer la confiance», a prévenu mardi devant la presse l'ex-conseiller d'Etat valaisan Thomas Burgener, coprésident du groupe.

Le groupe mercure a indiqué n'avoir pas pu consulter le cahier des charges de l'entreprise mandatée pour analyser les sols. Il a aussi pointé du doigt un document du canton censé renseigner un propriétaire sur l'état de sa parcelle: «Il faut être prophète pour le comprendre», a ironisé Thomas Burgener.

Avant l'automne 2015

Le groupe mercure estime que ce n'est pas à lui d'aller à la pêche aux informations: «Lorsque le canton nous renvoie vers Lonza pour obtenir certains renseignements détaillés, il ne remplit pas son rôle d'autorité de surveillance».

Le groupe n'est pas non plus satisfait du délai d'assainissement prévu à l'automne 2015»: «C'est trop tard, surtout pour les terrains les plus pollués», a souligné Thomas Burgener. Il demande aussi que l'Etat du Valais et les communes concernées renoncent à une éventuelle prescription, comme s'y est déjà engagée Lonza.

Etude sur la santé attendue

Le groupe mercure attend beaucoup de l'étude qui mesurera l'impact du mercure sur la santé des habitants de la région. Confiée par le canton à l'université de Zurich, cette étude doit être menée de manière «ouverte et transparente», a insisté l'ancien conseiller d'Etat.

Le groupe mercure incite sa septantaine de membres à faire les différentes analyses qui permettront de comparer la santé de personnes soumises ou non à cette pollution au mercure.

Pas d'inscription au cadastre

La pollution entre Niedergesteln et Viège a été découverte en 2010 lors de travaux de construction. Le mercure provient de Lonza, qui l'a déversé dans un canal entre 1930 et le milieu des années 1970.

L'ampleur de la pollution ne cesse de croître. Le canton a indiqué en novembre qu'une nouvelle aire contaminée avait été découverte au sud de la gare de Viège, avec des concentrations en mercure pouvant atteindre 75mg/kg.

Lonza prépare le plan d'assainissement des parcelles contaminées dès 2mg/kg. Le groupe mercure souhaite aussi qu'une solution soit trouvée pour les terrains présentant des valeurs de 0,5 à 2 mg/kg. Il estime que si ces parcelles faiblement contaminées ne nécessitent pas d'assainissement, elles ne doivent pas non plus être inscrites au cadastre des sites pollués.

(ats)