Recherche

05 février 2014 20:00; Act: 05.02.2014 20:02 Print

Une prothèse de la main redonne le toucher

Un amputé a testé une prothèse qui fonctionne comme un vrai bras. Ce prototype a été mis au point entre autre à l’EPFL.

Un homme de 36 ans a retrouvé le sens du toucher grâce à une prothèse perfectionnée.
Une faute?

La main bionique se concrétise de plus en plus. Un homme amputé a testé une prothèse qui restitue le sens du toucher. Les recherches font partie d'un projet européen qui réunit hôpitaux et universités suisses, italiens et allemands. «J'ai pu ressentir des sensations que je n'avais plus ressenties depuis neuf ans», déclare le Danois Dennis Aabo Sorensen, cité hier dans un communiqué de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). «Lorsque je soulevais un objet, je pouvais sentir s'il était doux ou dur, rond ou carré, c'était incroyable», s'enthousiasme-t-il.

Rétablir les sensations

«C'est la première fois que nous parvenons à rétablir une perception sensorielle en temps réel avec un membre artificiel», affirme le professeur Silvestro Micera qui a mis au point le prototype à l'EPFL et à la Scuola Superiore Sant'Anna de Pise (SSSA). Les chercheurs ont équipé la prothèse de capteurs qui réagissent à la tension de tendons artificiels. Le système transforme en courant électrique les informations émises lorsque le patient manipule un objet. Pour convertir les signaux électriques, les scientifiques ont mis au point des algorithmes. Les messages peuvent ainsi être transmis aux quatre électrodes greffées sur les nerfs périphériques du bras du patient. Le sens du toucher est alors rétabli.

Première mondiale

Les électrodes ultra-minces et précises ont été développées par Thomas Stieglitz de l'Université de Freiburg, en Allemagne. Elles ont été conçues pour être implantées de manière transversale dans les nerfs périphériques, ce qui constitue une première mondiale. Le prototype marque les premiers pas vers la réalisation d'une main bionique complète, capable de restituer non seulement les fonctions de base, mais aussi les sensations, souligne le communiqué conjoint des différents partenaires. Des années de travaux seront cependant encore nécessaires avant que la technique soit disponible pour les personnes amputées.

Prothèse retirée

L'intervention chirurgicale destinée à implanter les électrodes s'est déroulée en janvier 2013 à l'hôpital Gemelli de Rome. Denis Aabo Sorensen a perdu sa main gauche en manipulant des feux d'artifice lors d'une réunion de famille. Volontaire pour l'expérience, il doit désormais affronter un nouveau défi. Après avoir brièvement retrouvé le sens du toucher, sa prothèse lui a été retirée. Car conformément à la législation sur les essais cliniques, les électrodes doivent être retirées au bout d'un mois. Mais les scientifiques pensent qu'elles pourraient rester implantées et fonctionnelles pendant plusieurs années, sans endommager les nerfs périphériques.

(ats)