15 février 2017 17:34; Act: 15.02.2017 17:46 Print

Le policier chauffard échappe à la prison

par Christian Humbert - Un ex-sergent-major avait gravement violé les règles de la circulation pour rejoindre sa mère à l'hôpital. Il a écopé d’une peine avec sursis, mercredi.

Sur ce sujet
Une faute?

Un policier jugé pour un grave excès de vitesse a échappé à la prison mais a perdu son poste après 35 ans de service. Il y a un an, il avait roulé à 150 km/h sur une route limitée à 80 km/h et franchi la ligne blanche en dépassant une voiture pour éviter une collision. Le tout sous les yeux de ses subalternes qui l’avaient flashé.

Le jour du délit, ce célibataire de 55 ans filait tout droit à l’hôpital, inquiet pour sa mère de 89 ans. Avisé par un tiers qu’elle avait été placée sous oxygène, il a foncé sans réfléchir et sans s’informer préalablement sur son état de santé. «Tout ce qui comptait était de retrouver maman», a répété le prévenu. Pour sa défense, il a souligné sa profonde détresse du moment, angoissé à l’idée de perdre celle avec il entretenait une relation fusionnelle. Leurs liens étaient si forts que le fils avait aménagé sa maison pour la retraitée en l’équipant d’un ascenseur et de caméras. Il pouvait ainsi la surveiller depuis son bureau à Lutry.

L’octogénaire n’est pas décédée ce jour-là mais deux mois plus tard. «Il n'y avait donc pas urgence», a souligné le procureur, fustigeant un «comportement injustifiable et grave» de la part d’un policier chargé d'appliquer Via Sicura. Cette loi prévoit une peine de 1 à 4 ans pour les violations graves de la loi sur la circulation routière. Le Ministère public avait requis 15 mois avec sursis à l’encontre de l'ex-sergent-major. Le Tribunal correctionnel l'a suivi sur toute la ligne, mercredi à Vevey.