20 décembre 2007 22:59; Act: 20.12.2007 23:30 Print

«La taupe» Covassi a reçu de l’argent indu du social

Lausanne. Lesoi-disant agent infiltré du Centre islamique de Genève a touché des aides financières à double.

Une faute?

«A vous Covassi Claude, né le 19 mars 1970, actuellement sans domicile connu. En date du 23 octobre 2007, le Service social de Lausanne a rendu une décision en matière d’Aide sociale vaudoise vous concernant.» L’encart paru dans la feuille des avis officiels n’en dit pas plus. Notamment s’il s’agit du soi-disant agent infiltré au sein du Centre islamique de Genève, dont les accusations graves contre les services de renseignements suisses avaient fait les gros titres en 2006 (lire encadré).

Et auprès de l’administration, difficile d’en savoir plus. Si ce n’est que ce serait un cas d’indemnités perçues dans deux cantons à la fois. «Les dossiers sont confidentiels, je ne peux rien dire», lâche Michel Cornut, chef du service. Toutefois, grâce au recoupement d’informations, dont la date de naissance de l’intéressé, il se trouve que c’est bien de la «taupe» dont il s’agit. Joint finalement par téléphone, Claude Covassi assure n’être «au courant de rien. Je suis à l’étranger ces jours.» Il promet de se renseigner.

Au second coup de fil, quelques éléments lui reviennent pourtant. Selon Claude Covassi, les faits remontraient à fin 2003. «Il est possible que j’ai, par erreur, demandé une aide financière durant deux mois à Lausanne, alors que j’étais inscrit au chômage à Genève. Il faut que je demande des informations par écrit. Si c’est avéré, je rendrai l’entier de la somme reçue.»

Julian Pidoux