Villeneuve (VD)

12 octobre 2017 21:29; Act: 12.10.2017 21:29 Print

La fille de l'octogénaire annonce faire appel

par Christian Humbert - Condamnée pour assassinat à 16 ans de prison, la femme refuse sa peine. A l'inverse de son fils, co-auteur des faits et qui a écopé de 10 ans.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Mon client a fait le choix de ne pas faire appel de sa condamnation pour assassinat à 10 ans de réclusion.» Me Patrick Michod, avocat du jeune homme qui a été reconnu coupable de l'assassinat de son grand-père avait obtenu la condamnation minimum prévue par la loi pour un tel crime. Il avait déjà laissé entendre, à l'issue du verdict, que cette sentence ne serait pas combattue.

Les faits s'étaient produits en novembre 2014 à Villeneuve (VD). Le jeune homme avait commis son acte avec sa mère, laquelle a été condamnée à 16 ans de réclusion par le Tribunal criminel de l'Est vaudois.

A l'inverse de son fils, la femme de 52 ans a déposé une déclaration d'appel. Le secrétariat de l'un de ses deux avocats, Me Stephan Disch, a précisé que cette annonce a été faite dans l'attente de la réception du jugement complet. Une telle démarche peut être retirée ou confirmée par un appel. A l'issue du jugement, le pénaliste lausannois avait déjà évoqué un éventuel appel, notamment parce qu'il soutient le meurtre, plutôt que l'assassinat, dans cette affaire.

De son côté, le procureur Hervé Nicod, qui avait requis la réclusion à perpétuité contre la femme assassin de son père octogénaire et 16 ans contre le petit-fils, n'a pas encore communiqué sa décision.

Acharnement sur l'octogénaire

C'est le soir du 5 novembre 2014 , à l'instigation de la mère, fille unique de la victime, que le duo, habillé de noir, s'était rendu au domicile de l'aïeul. Après l'avoir attiré à l'extérieur sous un faux prétexte, ils l'avaient poussé dans les escaliers. Comme le vieil homme était pratiquement indemne, ils l'avaient frappé à la tête avec un parapluie et une canne médicale, lui infligeant de multiples plaies et fractures à la tête. Ils l'avaient enfin étranglé avec une écharpe, celle-là même que le petit-fils avait offert à son grand-père pour Noël.