Vaud

17 février 2017 15:53; Act: 17.02.2017 17:29 Print

Une taxe cantonale sur les boissons sucrées

Pierre-Yves Maillard a présenté vendredi son contre-projet dont l'objectif est de financer une partie des soins dentaires.

storybild

Au total, les coûts de ce dispositif sont estimés à 38 millions de francs. (Photo: Keystone/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Conseil d'Etat vaudois veut introduire pour la première fois une taxe cantonale sur les boissons sucrées pour financer une partie de la prise en charge des soins dentaires. Son contre-projet à une initiative de la gauche mise aussi sur une hausse des cotisations salariales.

Si cette taxe sur les boissons sucrées de maximum 30 centimes par litre passait, «nous serions précurseurs en Suisse», a souligné vendredi Pierre-Yves Maillard, ministre de la santé, à Lausanne. Il présentait à la presse l'alternative du gouvernement à l'initiative cantonale pour le remboursement des soins dentaires.

Le socialiste ne propose pas de créer une assurance mais un dispositif de prévention et de prise en charge des soins. Divisé en trois volets.

Les jeunes

Premier volet pour les plus jeunes. Avec ce modèle, tous les enfants et adolescents jusqu'à 18 ans voient leurs soins dentaires (hors orthodontie) pris en charge à hauteur de 50%.

Durant la scolarité, des examens bucco-dentaires bisannuels sont gratuits. Quant aux tout petits, leurs parents sont encouragés à leur souscrire une assurance dès la naissance, via une incitation de 200 francs.

3% du revenu

Côté adultes, des aides financières sont prévues pour les frais importants. Ceux-ci devront excéder 3% du revenu net et seront pris en charge à concurrence de 5000 francs.

Le troisième volet s'adresse aux personnes bénéficiaires de soins à domicile ou séjournant dans des EMS. Les premières ayant souvent peu de contact avec des médecins dentistes, le dispositif propose par exemple que le personnel infirmier les dépiste et les adresse si nécessaire à des spécialistes.

Cofinancement

Les coûts de ce dispositif sont estimés à 38 millions de francs. «Nous proposons de les financer essentiellement par deux sources», a précisé Pierre-Yves Maillard. «Une légère taxe cantonale sur les boissons sucrées et un léger relèvement des cotisations des salariés et des indépendants de maximum 0,06%».

Les communes, qui participent déjà à ces coûts à hauteur de 1,8 million, continueront de contribuer dans la même mesure mais le modèle sera harmonisé.

Pourquoi les boissons?

La grande nouveauté réside à n'en pas douter dans la taxe sur les boissons sucrées. Mais pourquoi viser ce type de produit? «Parce qu'on sait qu'il y a des risques sanitaires comme l'obésité, les caries ou le diabète qui sont en lien avec leur consommation», justifie Christine Cunier, médecin-dentiste conseil de l'administration cantonale. «Sa consommation est en outre élevée chez les jeunes et au niveau des boissons, c'est une prise rapide et facile de sucre», poursuit-elle. A quoi s'ajoutent les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

Dans la pratique vaudoise, le prélèvement se fera chez les grossistes qui distribuent ces boissons sur le sol cantonal. Les boissons avec alcool ne sont pas concernées.

Un bon pas

Du côté des initiants, à l'image du secrétaire de solidaritéS Vaud Pierre Conscience, on estime que «le projet va dans le bon sens mais pas assez loin». Et de défendre le texte de l'initiative qui instaure «une couverture intégrale».

Dans un communiqué, POP et solidarités soulignent le caractère tardif du contre-projet présenté deux ans et demi après le dépôt de l'initiative. Reste qu'ils ne s'y opposent pas. Ils appellent ainsi le parlement à le soutenir mais encouragent plutôt peuple et élus à opter pour leur initiative.

Le PS lui salue le texte de son ministre. Il y voit un projet ambitieux et pertinent.

Méfiance à droite

Du côté du PLR, on se dit «méfiant». Le parti est d'accord avec le renforcement de la prévention «mais ne souhaite pas créer une nouvelle loi qui viserait à déresponsabiliser le citoyen et à faire passer à la caisse les salariés, les indépendants et tous les consommateurs responsables».

Et d'ajouter que le domaine du social capte déjà la plus grande partie du budget de l'Etat. Avant de se positionner définitivement, le PLR veut attendre, analyser le projet et consulter les acteurs concernés.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pascal le 17.02.2017 16:22 Report dénoncer ce commentaire

    Prix des dentistes !

    Les prix des dentistes en Suisse sont exorbitant, il est grand temps que l'état encourage des tarifs plus correcte. C'est par là qu'il faut commencer.

  • toscans le 17.02.2017 16:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    basta

    encore ????????????????????????????Mais.....quand pouvons nous,avoir une vie normal? Touts le temps,touts les mois,plus de choses à payer. C' à suffit !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Albert Binoche le 17.02.2017 16:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    taxe taxe again

    taxe taxe taxe again taxe taxe taxe taxe taxe again taxe taxe taxe taxe again taxe taxe

Les derniers commentaires

  • May Daniel le 01.03.2017 15:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La taxe des élections

    J'espère que les vaudois vont pas accepté cette taxe c'est leurs porte-monnaie qui est en jeu est les familles à revenus modestes par contre il faux que les Impot baisse sa porte mais il faux pas soutenir les parties qui font c'est proposition oublié pas ce sont tous des tordus que sa soit de droite ou de gauche c'est tout du même il i à pas un ou une qui rattrape l'autre il faux boycotté les élections c'est mieux pour les vaudois

  • Aline le 21.02.2017 23:02 Report dénoncer ce commentaire

    C'est cool

    Cest une bonne chose de mettre des taxes sur des produits nocif pour la santé aux quel on peut sen passé. (que sur des tampons)Ya une année marre davoir jamais une thune jai arrêter de fumé grace au prix du paquet Alors Vive leau et la santé!

  • robet le 21.02.2017 16:09 Report dénoncer ce commentaire

    le sucre nuie a la santé

    Monsieur Maillard veut taxer les entreprises et au même temps crée des emplois? ce qui ne colle pas, cette manière d'agir des Socialistse va faire fuire tous les entreprises du canton, et la ville de lausanne tombe dans la pauvreté, elle est déjà assez pauvre comme sa, son initiative est bonne mais trouver d'autres alternatives plus juste...

  • Lapins Crétins le 20.02.2017 20:32 Report dénoncer ce commentaire

    LA facilité, les taxes

    Il est plus facile de créer des taxes pour tous, que de demander à une minorité de faire un effort pour des prix correctes. Pire que la corruption, le copinage

  • Nico38 le 20.02.2017 14:20 Report dénoncer ce commentaire

    Jusqu'où taxer ?

    J'espère qu'ils vont aussi taxer les fruits, vu qu'on peut potentiellement en faire du jus et que leur sucre est tout aussi nocif pour les dents qu'un coca.