Lausanne

22 décembre 2016 07:00; Act: 22.12.2016 07:00 Print

Permis retiré à un taximan qui abusait des heures sup

par Christian Humbert - La justice a condamné un chauffeur qui ne respectait pas ses temps de repos. Il ne touchera plus le volant pendant une année.

storybild

(Photo: Keystone)

Une faute?

Un professionnel de la route va devoir trouver autre chose pour gagner sa croûte. Les ennuis de ce taximan ont commencé en décembre 2014. Alors qu’il attendait des clients, l’homme s’est fait contrôler par la police lausannoise.

Saisi par les agents, le tachygraphe a révélé des irrégularités criantes: utilisation incorrecte, inscriptions manuscrites erronées, pauses et repos quotidiens non respectés. Et les dépassements étaient exorbitants. Le chauffeur cumulait jusqu’à trois heures supplémentaires par jour, jusqu’à 32 par semaine.

De concert, le préfet de Lausanne et le Service des automobiles l’ont estimé incapable de conduire dans un tel état de fatigue. Le magistrat l’a condamné en outre à une amende de 1000 fr. pour avoir violé de nombreuses prescriptions locales, cantonales et fédérales.

Le condamné n’a pas fait appel, mais il n’a pas accepté la sentence qui le privait de permis de conduire durant un an, à partir de la mi-octobre 2015. L’homme estimait avoir été suffisamment en forme pour conduire. «Il y a eu de longues périodes d’immobilisation du véhicule. La mauvaise utilisation du tachygraphe est une faute légère. Il n’y a pas eu de mise en danger», s’est défendu celui qui a porté l’affaire au Tribunal cantonal.

Les juges ne l’ont pas suivi. La Cour, qui a confirmé le retrait, a rappelé que le fait de circuler en état de surmenage peut conduire à un assoupissement au volant.