Vaud

19 septembre 2014 15:10; Act: 19.09.2014 15:20 Print

Des utilisateurs d'Airbnb pas en règle sur la Riviera

Des logements de vacances proposés par des particuliers sur la plate-forme web ne sont pas en règle, estiment les autorités de la Riviera vaudoise et de Villeneuve.

storybild

Une quarantaine de logements étaient concernés à Montreux. (Photo: Keystone/Alessandro Della Bella)

Sur ce sujet
Une faute?

La Commission intercommunale de la taxe de séjour (CITS) de la Riviera vaudoise et de Villeneuve a identifié 78 loueurs, dont 73 n'étaient pas en règle. Les locations concernaient dix des onze communes de la région, pour des montants par nuit allant de 60 à 600 francs, pour une villa avec vue et diverses commodités. Les logements étaient situés à Montreux (37), Vevey (14) La Tour-de-Peilz (11), Chardonne (6) et Blonay (4) notamment, a indiqué vendredi la Commission intercommunale.

«Cela nous a surpris qu'il y en ait autant», a expliqué à l'ats Lyonel Kaufmann, président de la CITS et syndic de La Tour-de-Peilz. Chaque loueur a reçu une facture pour s'acquitter de la taxe de séjour, facturée à 9%. «Nous avons pour l'heure récolté un montant de l'ordre de 5000 francs, mais tout n'est pas encore rentré».

Les intéressés ont été informés de leurs obligations légales, comme l'inscription à la police du commerce et la déclaration de revenus aux impôts. «Nous avons aussi rendu attentifs les locataires à l'obligation d'obtenir l'autorisation de leur bailleur», a ajouté M. Kaufmann.

Une bonne partie d'entre eux ont, entre-temps, fermé leur compte Airbnb. Pour les autres, la CITS annonce qu'elle poursuivra ses contrôles afin d'encaisser les taxes de séjour dues. Elle continuera aussi à informer les bailleurs de leurs obligations légales.

Hôteliers mécontents

La location de logements de vacances par des privés via des plate-formes internet suscite le mécontentement des hôteliers, qui parlent «d'hôtellerie clandestine». Les professionnels de l'accueil estiment qu'il s'agit de concurrence déloyale, car les particuliers ne s'acquittent souvent pas de la taxe de séjour et de la TVA et ne sont pas soumis aux mêmes règles en matière de protection du feu ou d'hygiène.

(ats)