Vevey (VD)

04 septembre 2017 12:18; Act: 04.09.2017 20:49 Print

260 élèves sans toit après l’incendie de leur collège

Un incendie s'est déclaré lundi matin dans une école de la Riviera vaudoise. Il n'y a pas eu de blessé mais les dégâts sont considérables.

Une faute?

C’est à 11h40, lundi, que les premières alertes sont parvenues aux pompiers: le toit du collège des Crosets était en proie aux flammes. L’évacuation des 260 élèves de 7 à 11 ans et de leurs enseignants s’est faite dans le calme et aucun blessé n’est à déplorer. En fin de journée, l’incendie était circonscrit, mais une surveillance était prévue dans la nuit pour éviter que le feu reprenne. Les causes du sinistre étaient encore indéterminées hier, selon la police cantonale. La rumeur pointait du doigt les panneaux photovoltaïques installés sur la toiture, sans que rien ne vienne confirmer cette thèse.

Selon le municipal veveysan des Ecoles, un tiers des salles de classe ont subi des dommages, dus au feu ou aux opérations d’extinction. La toiture et le réseau électrique ont subi de gros dégâts, a-t-il précisé. «Nous avons vécu une situation très émotionnelle, avec la crainte pour la sécurité des élèves et des enseignants», a indiqué Lionel Girardin. «Bien sûr, une évacuation pour incendie reste quelque chose de stressant. Mais les enseignants ont été exemplaires pour faire sortir les élèves», a dit l'élu à l'ats.

En congé mardi et mercredi

L'établissement devrait être inutilisable au moins jusqu'à la fin de la semaine. «Maintenant, nous devons évaluer les dégâts au plus vite pour trouver les meilleures solutions possibles pour accueillir ces écoliers. En attendant, tous les enfants scolarisés aux Crosets seront en congé mardi et mercredi.» Les enfants dont les parents n’auraient pas de solution de garde seront pris en charge dans un établissement voisin, le collège de Plan.

Les élèves pourraient aller dans des pavillons provisoires ou dans d’autres collèges, voire dans des communes voisines. «Tout dépendra du temps qu’il faudra pour réhabiliter les classes des Crosets», selon Lionel Girardin.

(ats)