Attentats de Nice (F)

21 septembre 2016 11:26; Act: 21.09.2016 11:43 Print

Le papa de Kayla: «On m'a volé mon bonheur»

Sylvain S. a perdu sa femme et une fille dans la tuerie de Nice, en juillet dernier. Il dit sa douleur dans «L'illustré».

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Continuer de vivre malgré l'invivable. C'est le défi de Sylvain S., l'Yverdonnois de 34 ans qui a perdu son épouse Cristina et leur fille aînée Kayla le 14 juillet dernier, à Nice (F). «Ce sont mes deux autres filles, Djulia (4 ans) et Kiméa (10 mois), qui me permettent de tenir debout», confie-t-il mercredi dans un entretien accordé à «L'illustré».

La famille vient de déménager dans un petit appartement au bord du chemin de fer. C'est ici qu'ils ont décidé de commencer leur insupportable travail de deuil. Malgré sa douleur, Sylvain a accepté de revenir sur cette soirée de fête nationale française cauchemardesque. Après le souper, la famille se rend sur la promenade des Anglais pour assister au feu d'artifice. Il est superbe. Les filles sont ravies. Mais moins d'une heure plus tard, le camion fou est venu emporter des dizaines de vies innocentes. Impossible de l'éviter pour Kayla et sa maman, qui sont percutées de plein fouet. «Cristina était allongée par terre, raconte-t-il. Elle était encore consciente, mais n'arrivait pas à me dire où elle avait mal. A son côté, il y avait Kayla, couchée au milieu d'une mare de sang. Je tentais de la rassurer, tout en essayant de ne pas perdre de vue Djulia, au milieu de la foule...»

Les secours finissent par arriver et emportent les victimes. Pour Sylvain, c'est un interminable moment de solitude qui commence. Il a dû se rendre lui-même à l'hôpital et aller à la pêche aux informations, avec un bébé dans les bras, dans une ville en état de siège. C'est là qu'on lui annonce le pire. «On m'a volé mon bonheur», résume-t-il. Le choc est tel que le Vaudois est hospitalisé durant plusieurs jours. Il ne rentrera en Suisse que la veille de l'enterrement des siens.

Depuis, l'école a repris pour Djulia. Elle s'en sort très bien. Sylvain consacre désormais toute son énergie à sa fillette et à son bébé. «La priorité, ce sont mes filles, explique-t-il. Je m'occuperai de moi plus tard.»

(frb)