Lausanne (VD)

12 avril 2017 21:24; Act: 13.04.2017 15:11 Print

CFF pas responsables des brûlures subies par un ado

par Christian Humbert - La mère d’un jeune, blessé après être monté sur un wagon, avait poursuivi la compagnie. Elle a été déboutée.

storybild

Les deux jeunes avaient été touchés par un arc électrique. (Photo: Marius Affolter)

Sur ce sujet
Une faute?

Les CFF ne peuvent pas répondre de tout. Et notamment du comportement d’ados qui, juchés sur un wagon, ont été victimes d’un arc électrique alors qu’ils étaient entrés sans droit sur un terrain privé. La mère d’une des victimes voulait que l’entreprise soit poursuivie pénalement. Elle vient d’être déboutée par le Tribunal cantonal vaudois.

Un soir de juin 2016, trois jeunes, dont Roger*, 16 ans, s’étaient introduits sur le domaine de l’ex-régie de la gare de marchandises de Sébeillon, à Lausanne. Deux d’entre eux étaient montés sur un wagon. Selon une hypothèse de la police, ils auraient jeté un drapeau suisse sur la ligne de contact, dont on a retrouvé des lambeaux. Un arc électrique s’est formé et a atteint les deux jeunes gens, qui ont été grièvement brûlés. Les deux victimes ont fait l’objet d’une procédure au Tribunal des mineurs pour contravention à la loi sur les chemins de fer. Ils n’ont cependant pas été condamnés, la justice ayant estimé qu’ils avaient déjà été assez punis. Mais le Tribunal a souligné qu’ils ne pouvaient ignorer le danger mortel consistant à grimper sur des wagons, même dans une gare de déchargement.

La mère de Roger n’a toutefois pas voulu en rester là: elle a déposé une plainte pénale contre les CFF, pour laquelle le Ministère public de La Côte a refusé d’entrer en matière. «La victime a adopté un comportement téméraire.» La plaignante a ensuite saisi le Tribunal cantonal, sans plus de succès.

*Prénom d'emprunt