Vaud

31 juillet 2017 16:47; Act: 01.08.2017 13:26 Print

Expulsé car non intégré et percevant des allocations

par Christian Humbert - Un Brésilien célibataire sans projet professionnel et dépendant de l'aide sociale depuis des années devra retourner dans son pays d'origine.

Une faute?

Le Tribunal cantonal partage le constat du Service de la population: il vient de décider qu'un célibataire brésilien de 29 ans qui n'a jamais vraiment travaillé sera expulsé. Il a déjà perçu près de 70'000 francs d'aides sociales. C'est à l'âge de 16 ans, en 2004, qu'il avait rejoint sa mère et sa soeur, toutes deux entrées illégalement en Suisse. Il y a entamé sa scolarité, sans obtenir aucun certificat. Ce sont des années plus tard, en 2011, qu'il a obtenu une autorisation de séjour et les prestations sociales qui vont avec.

Dépendance à l'aide sociale

Cinquante mille francs lui ont été versés entre fin 2011 et 2014. Le Service de la population a alors considéré qu'il était temps de mettre fin à cette «intégration non réussie». L'autorisation de séjour ne lui a pas été renouvelée en 2016, soit douze ans après son arrivée en Suisse. Motif principal invoqué par les autorités: cet individu brésilien va continuer de dépendre de l'aide sociale des années durant.

Lui a recouru contre cette décision et a déclaré vouloir travailler dans la logistique. Mais il n'a jamais été autonome financièrement. Son intégration en Suisse n'est pas exceptionnelle, note aussi le Tribunal cantonal. Or, il a déjà vécu 16 ans au Brésil: rien n'empêche qu'il y retourne, d'autant moins, même, qu'il n'a aucun projet professionnel susceptible de se concrétiser en Suisse.