Caricatures de Mahomet

19 septembre 2012 17:07; Act: 19.09.2012 19:35 Print

Ivan Frésard: «Oui, j'ai peur de l'islam»

par Frédéric Nejad - L'ancien animateur et producteur romand Ivan Frésard demande aux personnes de confession musulmane pratiquant l'islam de se retirer de sa page Facebook. Il s'en explique.

storybild

La page facebook d'Ivan Frésard, mercredi après-midi. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Le statut du profil Facebook d’Ivan Frésard en a surpris plus d’un mercredi. L'animateur s'est fendu du message suivant: «Si parmi les 5374 amis de mon compte facebook, il y a des personnes de confession musulmane pratiquant l'islam, je vous demanderai, malheureusement de vous retirer de cette page».

Contacté par téléphone mercredi, l'ancien animateur s’explique en toute franchise: «J’en ai ras-le-bol de n'entendre parler plus que de violence en rapport avec l'Islam et ça me fait peur! Je suis pour une liberté de la presse totale et cette religion musulmane me dépasse complètement à ce sujet.» Le fait que ses amis du magazine «Charlie Hebdo» doivent avoir recours à la protection de la police le choque, «alors que ce qu’ils ont dessiné n’est pas bien grave par rapport à ce qu’ils ont pu produire dans leur passé sur bien d'autres sujets bien plus sensibles.»

Acteur, humoriste mais aussi provocateur, Ivan Frésard se dit inquiet : «selon ce que je fais ou j’écris, je dois alors être prudent ou craindre pour ma sécurité? Dans ce cas, je préfère que les musulmans pratiquants qui se compteraient parmi mes friends sur le site Faceboook quittent mon profil. Pour éviter qu'ils ne soient choqués au cas où, sans le vouloir, je tiendrai des propos ou un humour qu'ils pourraient juger blasphématoire. Je ne souhaite pas craindre leurs éventuelles réactions violentes comme celles que je vois trop souvent dans l'actualité du moment. Je crains de les avoir dans mon monde.»

Ivan Frésard fait aussi référence au lynchage médiatique et sur les réseaux sociaux que l’actrice Véronique Genest a subi récemment: «Elle a, en plus, dû s’excuser, s’indigne-t-il. Je suis un anti-violent, donc je ne suis pas anti-musulman, mais oui, j'ai peur de l'Islam, j’ai peur de cette religion qui engendre haine et violence partout.» Il s’étonne aussi de ceux qui lui rétorquent qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre tous les musulmans. «Soit, mais alors où sont les dirigeants de pays islamiques qui dénoncent toute cette violence aveugle?»

Et Ivan Frésard de critiquer vertement l’attitude de Toto Morand, patron de magasins de chaussures à Lausanne, qui a fait parler de lui en élevant il y a trois ans un faux minaret sur le toit d’une bâtisse à Bussigny-près-Lausanne: «Avec les violences inacceptables et les débordements de ces derniers jours, il ferait mieux de l’enlever!»