Cinéma

14 mars 2018 17:07; Act: 14.03.2018 17:33 Print

Le succès ne se dément pas pour Visions du Réel

Le festival, qui vient de dévoiler le programme de sa 49e édition, a vu sa fréquentation presque doubler lors des six dernières années.

storybild

«Nous constatons que la tendance à la coproduction internationale se renforce», souligne la nouvelle directrice artistique. (Mercredi 14 mars 2018)

Sur ce sujet
Une faute?

Pas moins de 174 films issus de 53 pays sont au programme de la 49e édition du festival Visions du Réel, du 13 au 21 avril à Nyon (VD). Simonetta Sommaruga lancera les festivités avant la projection du film d'ouverture qui évoque le terrorisme.

Coproductions internationales

«Of Fathers and Sons» est une immersion inédite et courageuse dans le quotidien familial de l'un des fondateurs d'une branche d'Al-Qaïda en Syrie décidé à imposer la charia à ses semblables, indiquent les organisateurs du festival de cinéma documentaire. Le reste du programme offre une présence plus marquée cette année de productions américaines, britanniques ou en provenance de l'est de l'Europe, l'Ukraine notamment.

«Nous constatons que la tendance à la coproduction internationale se renforce», souligne Emilie Bujès, la nouvelle directrice artistique citée dans le communiqué. Celle-ci apporte au festival des sections remodelées, permettant notamment d'ouvrir davantage la programmation à l'expérimentation de nouveaux langages. Elle met en avant le rapport étroit entre fiction et documentaire, que ce soit dans le programme ou avec des cinéastes invités d'honneur.

Multiples exclusivités

Cette 49e édition ne manquera pas d'exclusivités. Seront projetées durant huit jours à Nyon 78 premières mondiales, 23 premières internationales, deux européennes et 42 premières suisses. Le cinéma indigène est bien représenté dans la compétition nationale et au fil des autres sections, avec 27 productions ou coproductions suisses. Autres chiffres remarqués: 109 des 174 films, soit une claire majorité, ont été réalisés ou produits par des femmes.

Président du festival, Claude Ruey relève quant à lui le succès de l'événement, en progression constante avec 96% de fréquentation supplémentaire en six ans. L'édition à venir s'annonce riche en découvertes et débats d'actualité, consolidant à la fois la force internationale et l'ancrage local de Visions du Réel. Près de 1200 professionnels sont attendus sur les bords du Léman, dont 139 cinéastes invités à présenter leur film au public.

«Des films qui marqueront l'année»

Lors de la présentation du programme mercredi aux médias, les organisateurs se sont notamment arrêtés sur la dizaine de films projetés dans le cadre de la Section Grand Angle, qui sont appelés à «marquer l'année à venir», écrivent les organisateurs.

Et ceux-ci de citer notamment le film de pré-ouverture, le 12 avril: «Anote's Ark», qui concourt pour le Prix du public, ou «Silvana», qui suit une artiste hip-hop suédoise dont la musique est portée par un discours féministe engagé. Il y aura aussi «When Arabs Danced», qui interroge avec espoir les nombreuses facettes de la culture arabe, tout particulièrement la place de la danse.

C'est également de l'intérieur, en l'occurrence d'un parti d'extrême droite grecque, que le festival offre au public la possibilité de connaître le rôle des femmes avec «Golden Dawn Girls». «To Be Continued» et «Happy Winter» observent pour leur part avec beaucoup d'humanisme la société lettonne pour le premier, italienne pour le second, notent encore les organisateurs.

Dans le registre sportif, Visions du Réel propose «Time Trial», un documentaire qui raconte la dernière course et le déclin du champion britannique du Tour de France David Miller, ou «Over the Limit», qui suit la dure préparation aux Jeux olympiques d'une jeune athlète russe.

Invités d'honneur

Quelques projections spéciales seront encore présentées hors sélection. A l'image de «Gotthard? One Life, One Soul» sur le groupe suisse éponyme, ou de «Hors-Cadre», série de films en réalité virtuelle produite par la RTS, à voir tout au long du festival.

Quant aux trois invités d'honneur, la française Claire Simon est la Maître du Réel cette année, alors que l'américain Robert Greene et l'allemand Philip Scheffner sont les invités des Ateliers.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Udc88 le 14.03.2018 18:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on verra

    en espérant que nos redevance sont bien utiliser et pas pour de la daube....

  • Fernand le 14.03.2018 20:09 Report dénoncer ce commentaire

    Normal

    Du catéchisme droit-de-l'hommiste/métissolâtre promu par les mondialistes et accessoirement financé par nos impôts comme toute cette culture subventionnée de gôche... Si vous voulez rire un bon coup allez à une de leurs projection/débat, rien que les coupes de cheveux valent le détour. Quant à l'augmentation de fréquentation elle est directement liée aux piques-assiette de gôche qui se passent le mot, public et réalisateurs. Là où argent et petits fours tombent du ciel vous les verrez s'agglutiner...

  • tycoon le 15.03.2018 03:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cqfd

    c est facile de doubler le nombre de spectateurs, suffit d offrir plus d invitations et si c est pas assez, il suffit de forcer des classes a y aller! Comme ca c est du succes 100% avec le pognon des autres!

Les derniers commentaires

  • Lex Ronflex le 15.03.2018 22:51 Report dénoncer ce commentaire

    Non mais quoi

    C'est simple, le succès de ce cinoche à la noix est dû à deux fois plus d'ados et d'enfants qui sont forcés de regarder ces "oeuvres cinématographique" et de parler des choses "très profondes qui touchent à la vie"...

  • Gerege Posselet le 15.03.2018 14:20 Report dénoncer ce commentaire

    Et combien ça coute aux contribuables

    Si la ville de Nyon faisait autant pour le sport que pour la culture les habitants seraient plus heureux.

  • Brad Pitt le 15.03.2018 09:55 Report dénoncer ce commentaire

    Cinéma suisse ouvre toi

    A lire certains commentaires de lecteurs aigris, qui en plus ont probablememt voté Non à No Bilag, on comprend mieux pourquoi le cinéma suisse est quasi-inexistant !!! Pathétique...

    • kl le 15.03.2018 21:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Brad Pitt

      Même la pub est mauvaise ...

    • Romu le 16.03.2018 09:47 Report dénoncer ce commentaire

      De la daube

      Ce qui est pathétique, c'est le cinéma suisse, ses acteurs et tout ce qui tourne autour. Mais bon, vu que c'est avec l'argent des autres...

  • Benoit Guignet le 15.03.2018 07:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Culture subventionnée

    En ayant fait mes classes dans la région, jamais eu le choix, on y est toujours allé du collège au gymnase ! Autant vous dire qu'en 8 ans d'études, à part 1-2 films, tous les autres étaient ennuyant à mourir. Mais PAS LE CHOIX, fallait y aller. Facile dans ces conditions de culture subventionnée

  • tycoon le 15.03.2018 03:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cqfd

    c est facile de doubler le nombre de spectateurs, suffit d offrir plus d invitations et si c est pas assez, il suffit de forcer des classes a y aller! Comme ca c est du succes 100% avec le pognon des autres!

    • Juste Leblanc le 15.03.2018 06:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @tycoon

      C est encore plus facile de critiquer les gens qui se bougent pour organiser des trucs .. depuis sont canapé ! A part, le nombre de spectateurs, tu as lu l article ? Tu connais les sujets ? Tu es venu voir un film ou un débat ?

    • Dupont et Dupond le 17.03.2018 16:15 Report dénoncer ce commentaire

      @Tycoon

      Tout faire avec le fric des autres, c'est l'essence même du bon gauchiste .